Navigation – Plan du site
Clio a lu

Karen Hagemann & Jean H. Quataert (eds), Gendering Modern German History. Rewriting Historiography

New York & Oxford, Berghahn Books, 2007, 301 pages
Alice Primi
p. 286-289

Texte intégral

1Comme son titre l’indique, cet ouvrage collectif, dirigé et présenté par Karen Hagemann et Jean H. Quataert, s’adresse en premier lieu aux historien-ne-s travaillant sur l’Allemagne des xixe et xxe siècles, et dont la majorité se trouvent aux États-Unis et en Allemagne. Son lectorat devrait pourtant s’avérer beaucoup plus vaste, car le livre offre aussi une précieuse somme de connaissances et de réflexions à tout-e historien-ne s’intéressant aux récentes évolutions de l’historiographie occidentale, ainsi qu’à toute personne engagée dans « l’histoire des femmes » ou les gender studies, quels que soient son objet et son aire de recherche. Le propos du recueil est en effet d’examiner dans quelle mesure et de quelle manière l’usage du concept de genre a modifié l’écriture de l’histoire allemande, en Allemagne et aux États-Unis, au cours des trente dernières années.

2L’Allemagne présente plusieurs caractéristiques particulièrement intéressantes pour un tel questionnement : tout d’abord, la portée internationale de son histoire contemporaine a incité des chercheurs/ses en sciences humaines de divers pays à se pencher sur elle, suscitant un dialogue – souvent décalé mais mutuellement enrichissant – avec les historien-ne-s allemand-e-s ; par ailleurs, les travaux anglo-saxons sur le genre ont connu en Allemagne une réception plus rapide et plus importante que dans la plupart des autres pays européens. Cela étant, on constate en Allemagne un fort attachement à l’héritage académique légué par les « pères fondateurs » de la discipline, tels que Ranke ou Mommsen. L’historiographie de l’Allemagne s’avère donc propice à un bilan critique prenant comme point de départ les ambitions des historiennes qui ont forgé et utilisé le « genre » comme catégorie d’analyse historique : leur a-t-il été possible de susciter un questionnement théorique et politique suffisamment puissant pour ébranler le fonctionnement méthodologique et institutionnel de la discipline, voire pour transformer en profondeur les schémas narratifs, les perspectives et les contenus du récit historique ?

3Cette question a été d’abord posée lors d’un colloque tenu en mars 2003 à Toronto, intitulé « Gendering Modern German History : Rewriting of the Mainstream ». La réflexion a été ensuite prolongée par les onze historien-ne-s allemand-e-s et nord-américain-e-s dont les articles sont réunis dans le présent ouvrage. Ces auteur-e-s ont sélectionné dix thèmes de l’historiographie allemande, présentant pour chacun un état de la recherche dans une perspective genrée, et recommandant de futures pistes de travail. Par ailleurs, l’ouvrage s’attache à confronter les perspectives de chercheurs/ses établi-e-s de part et d’autre de l’Atlantique. Les Américaines ayant été pionnières sur l’histoire des femmes allemandes, puis ayant fourni l’essentiel des premiers travaux théoriques sur le genre, il est significatif de comparer les pratiques, les influences et les intérêts des historien-ne-s américain-e-s et allemand-e-s travaillant sur l’aire germanique. La rigoureuse introduction de Hagemann et Quataert, ainsi que l’ensemble des contributions, ouvrent ainsi d’intéressantes pistes pour comprendre les divers facteurs – institutionnels, politiques, culturels... – qui déterminent les évolutions historiographiques dans chaque pays et qui expliquent le statut plus ou moins marginal dévolu aux études de genre.

4Les dix thèmes analysés dans ce livre sont présentés dans l’ordre de leur apparition dans l’historiographie allemande. Angelika Schaser et Karen Hagemann examinent respectivement deux domaines qui sont longtemps restés fermés aux historiennes en général, et en particulier à celles travaillant sur les femmes et le genre : la nation et l’histoire militaire. Birthe Kundrus montre de quelle manière l’historiographie allemande du colonialisme peut s’inspirer des travaux britanniques et néerlandais, pour saisir l’importance du genre dans l’idéologie impérialiste comme dans les pratiques coloniales. Belinda Davis se penche sur la dimension militante de l’histoire des femmes et du genre, en inscrivant cette historiographie dans l’histoire des féminismes. Kathleen Canning analyse l’histoire récente des notions de « classe », de « citoyenneté » et d’« État-providence », en lien avec le développement du concept de genre, et propose de nouveaux usages de ces notions pour l’écriture d’une histoire réellement genrée. Claudia Koonz souligne l’enrichissement de la recherche sur la période nazie grâce aux questionnements sur les femmes puis sur la catégorie de genre, tout en remarquant que ces nouvelles perspectives sont bien mieux incluses dans les productions académiques et populaires aux États-Unis qu’en Allemagne. Benjamin Baader explore l’intersection de deux phénomènes : l’intégration de l’histoire des Juifs allemands dans l’histoire allemande et l’assimilation de l’histoire des femmes et du genre dans le mainstream, montrant en particulier le rôle de la réflexion sur le genre dans l’historicisation de toute autre catégorie. Ann Taylor Allen dresse un bilan historiographique des rapports entre genre et religion dans l’histoire allemande, et invite à s’intéresser au poids de la religion comme fondement des identités sociales et politiques contemporaines, notamment depuis la fin de la guerre froide. L’article d’Atina Grossmann sur l’histoire de la sexualité au xxe siècle est centré sur les politiques démographiques, hygiénistes et sexuelles, dans le souci de questionner les continuités et les ruptures avec la période nazie. Enfin, Robert Moeller plaide pour placer « la famille » – en tant que construction légale et idéologique – au centre des recherches sur l’histoire du xxe siècle allemand.

5L’ensemble de ces études de cas permet ainsi de repérer depuis quand, pour quelles recherches, avec quelles conséquences, mais aussi avec quelles restrictions et impasses, des approches longtemps déconsidérées ont pu être reconnues et adoptées par l’histoire générale. Les deux premiers articles soulignent que l’historiographie dominante – qu’elle soit institutionnelle ou médiatique et populaire – reste très marquée par le rôle des premiers historiens allemands au service de la construction de l’État-nation. Le récit national conserve une place importante dans les publications actuelles et continue de revendiquer une dimension neutre et universelle, niant ses présupposés genrés. Si les recherches sur le genre ont progressivement intégré de nombreuses interrogations concernant la construction nationale, le nationalisme, mais aussi la violence ou la guerre, la réciproque est moins vraie. La dimension genrée demeure un thème plutôt marginal dans les sommes publiées par les principaux historiens de l’État allemand ou de l’histoire militaire allemande, bien que les questionnements sur le rôle des femmes, les rapports entre sexes et identités genrées se soient imposés dans ces domaines de recherche, en conséquence notamment des développements successifs de l’histoire culturelle. Par ailleurs, l’Histoire – qu’elle s’intitule histoire allemande, européenne ou mondiale – demeure écrite dans un cadre national qui semble inébranlable. Cette résistance représente peut-être l’un des principaux défis pour les historien-ne-s qui entendent s’appuyer sur le concept de genre pour transformer en profondeur la narration historique : en témoignent leurs nombreux appels à effectuer un réel comparatisme transnational pour contribuer à historiciser l’ensemble des catégories d’analyse historique, à l’instar de la catégorie de genre.

6Souhaitons que la lecture de cet ouvrage incite chercheurs/euses et étudiant-e-s à s’orienter vers une histoire à la fois genrée et comparatiste, et qu’elle suscite aussi des vocations pour que se multiplient de semblables bilans concernant l’historiographie d’autres pays : faire le point sur l’usage du genre en histoire, trente ans après ses débuts, ainsi que sur ses rapports avec le mainstream, ne peut qu’être profitable, dans une perspective de recherche comme dans une perspective institutionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Primi, « Karen Hagemann & Jean H. Quataert (eds), Gendering Modern German History. Rewriting Historiography », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 32 | 2010, 32 | 2010, 286-289.

Référence électronique

Alice Primi, « Karen Hagemann & Jean H. Quataert (eds), Gendering Modern German History. Rewriting Historiography », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 32 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://clio.revues.org/9949

Haut de page

Auteur

Alice Primi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page