Navigation – Plan du site
Clio a lu

Cécile Berly, Marie-Antoinette et ses biographes. Histoire d’une écriture de la Révolution française

Paris, L’Harmattan, coll. Logiques historiques, 2006, 175 pages
Pascal Dupuy
p. 278-280
Référence(s) :

Cécile Berly, Marie-Antoinette et ses biographes. Histoire d’une écriture de la Révolution française, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques historiques, 2006, 175 pages.

Texte intégral

1Tiré d’un mémoire de maîtrise soutenue à l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Jean-Clément Martin, ici préfacier, Marie-Antoinette et ses biographes. Histoire d’une écriture de la Révolution française, possède les qualités et les défauts de ce type d’exercice. Le titre en est ainsi trompeur, puisqu’il laisse envisager une enquête reposant sur l’ensemble des travaux portant sur la figure historique de Marie-Antoinette. En fait, cinq biographes ont été convoqués et fondent le socle sur lequel s’appuie l’auteur. Sans jamais véritablement expliquer ses choix, si ce n’est qu’ils relèvent, selon elle, d’une forme de « vulgarisation », Cécile Berly s’est donc servie, afin de développer ses analyses, des ouvrages d’Edmond et Jules de Goncourt (Histoire de Marie-Antoinette, 1858), de Ztefan Zweig (Marie-Antoinette, portrait d’un caractère moyen, 1934), de Jean Chalon (Chère Marie-Antoinette, 1988), de Paul et Pierrette Girault de Coursac (Louis xvi et Marie-Antoinette, vie politique, vie conjugale, 1990 et La dernière année de Marie-Antoinette, 1993) et de Evelyne Lever (Marie-Antoinette, 1991). Les auteurs et leurs biographies sont présentés dans un premier chapitre où C. Berly préfère à la chronologie de la parution, un classement relevant du genre : à l’œuvre de « réhabilitation » (p. 15) des Goncourt répond « son équivalence contemporaine », le larmoyant récit de Jean Chalon, journaliste au Figaro et biographe à succès. Puis viennent deux auteurs, dont on nous apprend qu’ils « ne méritent pas le nom » de vulgarisateur (Zweig et Lever), pour finir avec une « analyste royaliste », celle des Girault de Coursac. Le deuxième chapitre étudie l’ensemble des biographies sélectionnées à partir de leurs traits communs et au travers d’une étude littéraire et historique associant, à l’occasion, la vie des auteurs étudiés, l’analyse des illustrations de couvertures ou encore d’autres procédés publicitaires. Si l’ensemble n’est pas sans intérêt, les conclusions qu’en tire C. Berly sont souvent d’une assez grande banalité en raison de la qualité historique très variable de chaque ouvrage analysé. On apprend ainsi que « la jeune Marie-Antoinette est, pour l’ensemble des écritures vulgarisatrices, une princesse sacrifiée par sa mère » (p. 124) ou encore que « les biographies de la reine sont autant de miroirs déformants de la Révolution française » (p. 128)… Vient ensuite un dernier chapitre qui s’attache à démontrer que les biographies de Marie-Antoinette sont avant tout des histoires « du corps d’une femme qui fut reine à la fin du xviiie siècle » (p. 132). On découvre à partir d’extraits des biographies suscitées les descriptions du corps de la reine, son corps d’adolescente, puis son intimité et sa sexualité et enfin son devenir de condamnée. Le tout repose principalement sur les ouvrages polémiques et partisans des Girault de Coursac, sur la biographie de Chalon, dévot et amoureux de son héroïne, sur les tableaux littéraires des de Goncourt et, dans une moindre mesure, sur le regard freudien que porte Zweig sur Marie-Antoinette. Evelyne Lever est pratiquement absente de cette partie et l’on peut se demander quelle part son ouvrage prend dans la démonstration de l’auteur. Infime, assurément.

2L’ensemble laisse donc le lecteur quelque peu circonspect sur la démarche et la finalité du travail entrepris. Si les ouvrages étudiés le sont sérieusement, de nombreux passages auraient mérité d’être confrontés à d’autres sources afin de compléter et de préciser les analyses. Certaines reposent d’ailleurs sur des appréciations pour le moins originales et insuffisamment démontrées (voir par exemple les appréciations sur les travaux d’E. Lever par « le microcosme de la communauté des historiens » (sic), p. 60). Mais, c’est surtout le manque d’analyse de la notion qui a servi de fondement aux choix des auteurs étudiés, cette « histoire vulgarisée » pourtant maintes fois évoquées, qui interpelle. En ne la précisant pas suffisamment, C. Berly nous donne une étude, certes agréablement écrite, mais qui reste toujours à l’état d’explication de textes à la portée somme toute limitée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Dupuy, « Cécile Berly, Marie-Antoinette et ses biographes. Histoire d’une écriture de la Révolution française », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 30 | 2009, 30 | 2009, 278-280.

Référence électronique

Pascal Dupuy, « Cécile Berly, Marie-Antoinette et ses biographes. Histoire d’une écriture de la Révolution française », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 30 | 2009, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://clio.revues.org/9513

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page