Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

L’exemplarité de Didon dans les Vies de femmes illustres à la Renaissance1

Dido’s exemplarity in The Lives of Illustrious Women in the Renaissance
Tatiana Clavier
p. 153-168

Résumés

Les recueils de Vies de femmes illustres, genre littéraire à succès à la Renaissance, utilisent l’exemplarité à des fins didactiques tout autant que polémiques. L’étude de la figure particulière de Didon permet d’envisager les enjeux et modalités de la construction de l’exemplarité féminine. Entre l’amoureuse éplorée de Virgile et l’intransigeante uniuira de Justin, la balance n’est pas égale. Seule Christine de Pizan entreprend de louer l’héroïne virgilienne, tandis que Champier mélange les sources pour en faire une digne épouse. De nombreux auteurs dont Boccace, retiennent l’exemple de cellequi se sacrifia pour garder sa chasteté et sauver sa cité, indiquant par là les cadres fixés à l’héroïsme au féminin.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette recherche a été réalisée dans le cadre d’une allocation de recherche doctorale de la région (...)
  • 2 Lazard 2003 : 31. De même, pour Évelyne Berriot, « la lecture d’un seul [de ces recueils] suffit à (...)
  • 3 Angenot 1977 : 159.
  • 4 Vasselin 1994 : 40.

1Les recueils de Vies de femmes illustres se développent et se multiplient aux xve et xvie siècles au point de constituer un véritable genre littéraire à succès. Écrits ou traduits en français et rendus ainsi accessibles au public féminin, ils sont souvent adressés à de grandes dames dont ils font l’éloge. Certains critiques ont prôné une lecture strictement « rhétorique » de ces textes, qu’ils soient philogynes ou misogynes, ou qu’ils mêlent les deux points de vue, affirmant souvent qu’on fait erreur en tentant de trouver des implications politiques dans ces « escarmouches intellectuelles » au « caractère conventionnel et ludique »2. D’autres critiques, plus attentifs à la portée de ces textes, insistent sur la variété et l’ambiguïté des messages qu’ils délivrent. PourMarc Angenot, « le panégyrique des femmes apparaît comme un genre discursif » qui ramène le texte « à une série de contraintes idéologiques, plus ou moins malléables, et remplit une fonction sociale ou plus précisément plusieurs fonctions en tension dialectique, les unes de subversion, les autres d’intégration, les unes topiques, les autres “idéologiques” »3.Pour Martine Vasselin, « on constate à travers ce corpus littéraire le caractère confus de la notion d’héroïne. […] les femmes atteignent à la notoriété, justifient l’admiration, aux yeux des auteurs, pour des raisons multiples, parfois d’une façon dont elles ne sont pas responsables volontairement ou directement »4.

  • 5 Bouchet 2006 : 34.
  • 6 Kelso 1956.
  • 7   Mac Leod 1991.
  • 8   Dermenjian, Guihaumou & Lapied 2004.

2Aucun de ces traits ne nous paraît tout à fait contestable. Les catalogues induisent en effet une impression de répétition, et les auteurs, bons rhétoriciens, ne semblent pas toujours très « investis » dans leur sujet. Néanmoins, on ne saurait sous-estimer ni la rudesse de la polémique qui a cours à l’époque sur les capacités des femmes, ni oublier, comme le remarque Adrian Armstrong, les relations qu’entretiennent la rhétorique et l’idéologie5. On s’en convainc aisément en constatant que les arguments des livres de conduite6 font très souvent écho à ceux des textes qui nous occupent et en observant que ces textes illustrent des visions de la féminité différentes, voire antithétiques, les mêmes figures pouvant soutenir des démonstrations contradictoires7, en fonction des choix effectués par les auteurs. En pleine période de « querelle des femmes », les modalités des mises en scène de figures féminines célèbres du passé et les transformations qu’elles subissent au sein des différents discours qui les modèlent, permettent ainsi de comprendre les enjeux idéologiques du processus d’héroïsation à l’œuvre dans ces textes8. Des textes dont les auteurs utilisent l’argumentation par l’exemplum et la rhétorique de l’exemplarité à des fins didactiques tout autant que polémiques. Nous étudierons ici la construction de l’héroïsme au féminin, en tentant de cerner les enjeux de ces modélisations, à travers une figure singulière particulièrement bien représentée : Didon, la reine de Carthage.

Les Vies de femmes illustres

  • 9 L’ouvrage connaît dès sa rédaction un immense succès comme l’attestent les nombreux manuscrits dif (...)
  • 10   Cassagnes-Brouquet 2007.
  • 11   Comme chez Boccace, les femmes y sont exemplaires car représentatives d’un vice à fuir ou d’une v (...)

3Pour la Renaissance, le texte fondateur est le De mulieribus claris (1361-1362) de Boccace, imprimé en français dès 14939. Cette liste de cent quatre clarae mulieres de l’Antiquité et du Moyen Âge célèbres pour leurs exploits, leurs vices ou leurs vertus, est la principale source d’inspiration des textes qui nous occupent. Mis à part Jean Dufour, dont le splendide manuscrit enluminé10 des Vies des femmes célèbres qu’il offre à Anne de Bretagne, en 1504, présente une sèche suite chronologique de quatre-vingt onze notices11(de la Vierge à Jeanne d’Arc), les auteurs philogynes de la Renaissance, pour qui le mémorable deviendra louable, réorganisent la matière boccacienne en adaptant le procédé ouvert de la liste dans des structures textuelles bien plus complexes.

  • 12 Viennot 2006, chap. 10 et 11.
  • 13 Dans le prologue, Raison, Droiture et Justice incitent Christine à défendre l’honneur féminin en é (...)

4La mise en lumière des femmes célèbres s’avère en effet un moyen de réfuter les attaques contre les femmes, particulièrement intenses à partir de la fin du Moyen Âge12. Le modèle du débat est donc souvent structurant, et la dimension judiciaire fondamentale. Ainsi la Cité des dames (1405)de Christine de Pizan, qui emprunte à la fiction-cadre du songe13, est d’abord un éloge des femmes et une réfutation des arguments misogynes, les exemples de femmes illustres jouant ici un rôle de narration à l’appui du discours judiciaire développé dans un cadre architectural. Les femmes sont les pierres de la Cité (métaphore de la protection active dont elles ont besoin), en même temps que ses habitantes. De même, si dans les 25 000 vers des cinq livres du Champion des dames (1441-1442), Martin le Franc dit transcrire l’aventure qu’il a vécue en songe (l’attaque du château d’Amour par Malebouche et consorts, ainsi que le débat entre Franc Vouloir et les détracteurs des dames), les données narratives de ce long roman allégorique ne font que dissimuler une argumentation avec réfutation des thèses misogynes, matière par matière, exemples féminins à l’appui.

  • 14 La tour de composition féminine est dédiée à la reine de Navarre, le bastion de force et magnanimi (...)

5Dans le Fort inexpugnable de l’honneur du Sexe femenin (1555), François de Billon mêle également discours épidictique et judiciaire. Si la composition, comme le titre l’indique, est architecturale, l’argumentation domine pourtant, rhétorique de l’exemple à l’appui. Cet ouvrage d’amplification aux multiples digressions est une declamatio défendant la thèse de la supériorité des femmes. Les femmes sont à la fois des habitantes du Fort et des exemples, vus comme lieux d’invention et réemployés à l’appui de diverses démonstrations. Billon actualise les listes traditionnelles avec des femmes contemporaines : ses dédicataires d’abord, par lesquelles il commence son éloge14, et quelques figures des cénacles littéraires féminins de son époque.

6Dans le prologue allégorique de la Nef des dames vertueuses, que Symphorien Champier dédie à Anne de France et à sa fille en 1503, dame Prudence demande à l’auteur de défendre les dames contre leurs détracteurs. Ce compendium de plusieurs genres à visée laudative et doctrinale n’est pas une structure architecturale comme le titre le laisse abusivement entendre. Il se compose de quatre livres très différents : une liste de femmes célèbres, un traité sur le mariage, un livre de prophéties et une anthologie du commentaire de Ficin sur le Banquet de Platon. Dans le premier livre qui nous intéresse ici, les louenges fleurs et deffenssoir des dames, les vies de cent trente-trois femmes antiques, bibliques puis saintes sont classées par ordre chronologique.

  • 15 Par exemple « De la sagesse, prudence, sapience et devotion des femmes », « De [leur] litterature, (...)

7C’est de l’exemplum le plus ancien au plus contemporain que Jean Du Pré ordonne également les femmes illustres dans les treize loci du Palais des nobles dames dédié à Marguerite de Navarre en 1534. Au cours d’un songe, Noblesse féminine invite l’auteur à prendre sa plume pour défendre la cause des femmes, et pour ce faire, à visiter les chambres et le jardin d’un palais où les femmes sont regroupées selon les exploits ou les qualités qui les ont immortalisées. Dans cette architecture peuplée de dames vivantes, mises en scène telles des images agissantes, on note l’influence des temples des rhétoriqueurs et des arts de la mémoire. C’est aussi le cas du Jugement poetic de l’honneur femenin (1538) de Jean Bouchet, tout à la fois éloge de Louise de Savoie (décédée en 1531) et plaidoyer pour les femmes. Ce texte hybride prend lui aussi la forme du récit allégorique : après l’Apologie (texte indépendant du récit), Mercure amène l’auteur jusqu’au palais des Cleres Dames contenant les épitaphes des femmes célèbres. Chez l’universitaire Pierre de Lesnauderie, c’est une Louenge de mariage qui introduit le Recueil des hystoires des bonnes, vertueuses et illustres femmes (1520) compilant « environ deux cens » exempla de la bonté des femmes regroupés dans six chapitres thématiques15qui visent à convaincre maître Zacharie le Gouez, « voisin familier et disciple » de l’auteur, d’opter pour le mariage.

8Enfin, l’ouvrage  Les Controverses des Sexes Masculin et Femenin (1534) est écrit contre les idées nouvelles et les formes littéraires raffinées en l’honneur des femmes.En en prenant le contre-pied, Drusac s’inscrit dans une tradition dont il fait la synthèse stylistique, en employant les formes à travers lesquelles s’exprimaient les auteurs philogynes pour renverser leurs discours. Au début du texte, le vieillard « Sexe Masculin » demande à l’auteur de rétablir son honneur. Suivent deux livres fondés sur une alternance entre argumentation juridique, récits allégoriques et poésie d’invective. Le troisième livre est une galerie de femmes illustres pour leur méchanceté regroupées par vices (orgueil, luxure, cruauté), subdivisés en catégories (histoire, mythologie, écriture sainte).

9Les textes envisagés dans cette étude utilisent donc l’exemplarité des héroïnes du passé à l’appui de leur prise de position dans la vaste controverse européenne nommée « querelle des femmes ». Pour la plupart d’entre eux (Drusac mis à part), les exemples des femmes célèbres permettent d’illustrer la large palette des capacités féminines, de répondre ainsi aux détracteurs des dames et de participer à l’entreprise de réhabilitation de l’honneur du sexe féminin. Le cas de Didon nous permettra d’envisager les multiples fonctionnalités de l’exemplum qu’ils utilisent, lafaçon dont ils compilent leurs diverses sources pour mettre en valeur les différentes facettes d’une même héroïne, et la portée idéologique des modélisations qu’ils opèrent.

Didon et sa double tradition

  • 16 Poinsotte 1990 ; Lord 1969.
  • 17 Sur la vogue du personnage de Lucrèce du xve au xviiie siècle, voir Villemur 2008.

10Il existe une double tradition concernant Didon et sa mort. La version dite “historique” est tirée des Historiae Philippicae de Justin (xviii, 4, 3-6, 8) : Elissa (nom primitif de Didon), princesse phénicienne et fille du roi de Tyr, a rusé pour fuir son pays avec ses richesses après l’assassinat de Sychée, son mari, par le prince Pygmalion, son frère. Débarquée avec sa suite sur les côtes de l'actuelle Tunisie vers 814 av. J.-C., elle achète aux indigènes une parcelle de terre pouvant être contenue dans une peau de bœuf : célèbre astuce qui lui permet, en mettant bout à bout les lanières de la peau découpée, de délimiter le terrain de Carthage. Exigée en mariage par un prince voisin, elle feint de céder pour sauver sa cité mais demande un délai afin de réaliser son dessein. Elle fait préparer un bûcher pour apaiser les mânes de Sychée, mais s'y jette elle-même en se poignardant. L’Antiquité tardive a construit à partir de là le mythe d’une Dido pudica et uniuira, exemple de fidélité conjugale16. Artisan de l’élaboration de la morale de la chasteté dans le mariage et le veuvage, Tertullien a fait l’éloge de l’héroïne antique qui « préféra brûler plutôt que se marier » (De monogamia et Ad martyras). Associé au suicide de Lucrèce17, celui de Didon devient une sorte de préfiguration des martyrs chrétiens. Après Tertullien, saint Jérôme raconte l’histoire de l’uniuira dans sa lettre 123 (titrée De Monogamia et adressée à une jeune veuve) et dans son Adversus Jovinianum où il renverse comme son prédécesseur la formule paulinienne (I Cor. 7, 9 : « mieux vaut se marier que brûler »). Saint Jérôme et Tertullien associent enfin Didon à l’épouse d’Hasdrubal, connue pour avoir égorgé ses enfants avant de se précipiter dans les flammes de sa ville assiégée.

11L’autre version, “poétique”, vient de l’Enéide de Virgile(iv, 642-705) : de retour de Troie, Énée, sur le chemin de Rome, fait halte à Carthage où il est accueilli par la reine. Une grande passion naît alors entre eux mais se voit interrompue par les dieux qui rappellent au héros troyen sa destinée. Lorsqu’Énée quitte Carthage, Didon, incapable de supporter cet abandon, se donne la mort avec l’épée de son amant. L’héroïne de l’Énéide, remise en scène par Ovide dans la lettre vii des Héroïdes, est un personnage tragique dominé par sa passion dont le rôle politique et le statut d’amante sont incompatibles.

  • 18 Jacques Monfrin (1986) nous indique un effort de réflexion critique intéressant autour de cette qu (...)
  • 19 Ruff 1994.

12Si les deux versions coexistent à la Renaissance18, la balance n’est pas égale entre l’intransigeante uniuira et l’amoureuse éplorée dont l’image reste empreinte de négativité19. Ainsi verrons-nous sans surprise la première tenir la vedette dans les Vies de femmes illustres.

Un modèle de chasteté et de fidélité conjugale

13Dans le De mulieribus claris, Didon exemplifie la pudicité et la fidélité conjugale. Boccace termine son chapitre XL par un long sermon sur la chasteté qui rappelle l’Adversus Jovinianum de saint Jérôme et enfle l’éloge de Didon de plus d’un tiers. Ce discours moral s’adresse aux jeunes veuves, mime un dialogue avec elles et les enjoint à se tourner vers la chasteté et la foi.

  • 20 Boccaccio 1993 : 141.

O honneur de chasteté neant [en rien] violee ! O mirouer exemplaire et ymage pardurable de vesveté neant froissie [en rien brisée] treshonnorable ! O vous, tresnobles femmes et dames de pris [...] regardez des yeux de cuer parfondement la constance, la force et la vertu de ceste dame, qui mieulx ama mourir et des pendre [répandre] son chaste sanc que de le violer et vivre20.

  • 21 Le Franc 1999 : 241(v. 10303-04).
  • 22 Le Franc 1999 : 242 (v. 10319).

14Dans le deuxième livre du Champion des dames sur le mariage et la dignité féminine, Le Franc qualifie Didon, qui « estoit amoureuse/ seulement de son mary mort »21, de « tres et tres chaste femme » (v. 10286), ce qui lui permet d’illustrer et de célébrer la loyauté féminine.Celle qui « vers les cieulx regard[e] » (v. 10315) et prononce en dernières paroles « Leale [loyale] veu vivre et morir ! »22, est donnée en exemple à suivre aux hommes et aux femmes de son temps :

O hommes preubs, hardis et fors,

Regardez le feminin cueur !

O dames de bien et d’onneur,

Ayez de Dido souvenance,

Laquelle de morir n’eut peur

  • 23 Le Franc 1999 : 241 (v. 10323-28).

Pour sa leale convenance !23

  • 24 Dufour 1970 :52.
  • 25 Dufour 1970 : 53.
  • 26 Sur les différences entre exemplum (preuve au raisonnement) et exemplar (modèle proposé à l’imitat (...)
  • 27 Dufour 1970 :54.

15Dans ses Vies des femmes célèbres, le dominicain Jean Dufour, prédicateur officiel de la cour, insiste sur la chasteté des vierges, le dévouement des épouses et la fidélité des veuves. Ce moraliste chrétien explique, avec l’emphase de l’orateur, comment « la bonne chaste veufve Dido » qu’il qualifie de « chose merveilleuse ou miracle […] fist ung cas merveilleux et piteux »24. Il dit citer saint Jérôme lorsqu’il fait l’éloge final de l’héroïne : « O la chaste Dido, qui mieulx ayma de sa propre main prendre la mort pour le salut de son peuple que de rompre la foy à Sicheus, son mary mort, promise »25. Lui aussi, enfin, souligne le statut d’exemplar26de Didon :« Ceste hystoire me semble estre ung beau mirouer pour les chastes veufves chrestiennes. Je ne leur conseilleroye jamais de eulx tuer, mais chasteté et honnesteté à leur po[u]voir garder »27.

  • 28 De Lesnauderie 1523 : f° lxxiiii.

16Dans le Recueil des hystoires des bonnes, vertueuses et illustres femmes de Lesnauderie, Didon figure au sixième chapitre « De la chastete et vraye amour des femmes ». L’auteur cite le Livre contre Jovinien de saint Jérôme et associe à son tour l’héroïne à la femme d’Hasdrubal. Didon, dit-il, « ne se vouloit point remarier [;] pour lamour de son mary trespassé elle ayma mieulx soy faire brusler en ladicte ville »28.

  • 29 De Lesnauderie 1523 : f° lxxiiii.

Les autres hystoires dyent quelle se occist publiquement de son couteau disante a haulte voix a ceulx de ladicte ville. Je men voys a mon mary Sichen trespasse. Et apres quelle se fut donne du couteau se gecta dedans ung grant feu quelle avoit fait allumer [;] qui est une chose merveilleuse ainsi que dit sainct Hierosme que une femme si chaste fist et construist la ville de Cartage29.

  • 30   Du Pré 2007 : 227 (v. 2756-79).

17Jean Du Pré, quant à lui, place Didon dans « la tierce chambre » de son Palais des nobles dames, là où se trouvent celles qui « ont esté loyalles à leurs maris, et preferées en l’amour conjugale, fuyant toute aultre volupté charnelle »30 ;

car si jamais y eust femme loyalle

Dame Dido, la princesse royalle,

Eust la coronne et tousjours florira. (v. 2770-73) 

18La « treschaste », dit-il,

... jamais ne fust aise

Jusques à ce que sur une fornaise

De feu ardant, d’une poignant espée

Fust la cordete de la vie couppée. (v. 2760-61)

  • 31 Bouchet 2006 : 263 (v. 1900).
  • 32 Bouchet 2006 : 263 (v. 1910).

19De même, dans l’épitaphe xliiidu Jugement poetic de l’honneur femenin, Bouchet illustre le chaste veuvage de Didon en lui faisant déclarer : « Des vefves suys la doctrine et l’exemple »31. Ce premier vers révèle à lui seul l’enjeu de l’épigramme : la chasteté exemplaire est le trait dominant de l’héroïne. Significativement, les seuls noms d’hommes évoqués sont ceux de ses père, frère et mari, et la fondation de Carthage est elle-même minorée. Face au roi qui veut l’avoir en mariage « par force et outrage », Didon clôt l’épigramme en dramatisant son choix final : « Me mys à mort pour fuÿr ce delict »32. La reine bâtisseuse et la femme politique sont ainsi éclipsées par l’uniuira,dont seule la chasteté est donnée en exemple. C’est encore ce qu’exprime Billon :

Dido la Royne ediffia Carthage,

Mais on la doit bien priser davantage,

Qu’ayant desir d’un vidual repos

Tant chaste fut, que hors mys tout propos

De mariage, elle ayma mieux fyner,

En dueil sa vie, et son corps ruyner

En se gettant d’un lieu si haut en bas

  • 33 De Billon 1970 : 76.

Que d’épouzer le puissant Hyarbas33.

20Même le misogyne Drusac retient l’exemple de celle qui « en chasteté, fut reputée saige », s’inspirant de « Bocass. »comme il l’indique en marge :

elle aymoit, tant fort son feu marry

Tant de sa mort, estoyt son cueur marry

Qu’elle conclud, par son honnesteté

  • 34 Drusac 1534 : f° clxxii.

Qu’à tout jamays, garderoit chasteté34.

  • 35 À la Renaissance, l’admiration pour le suicide à l’antique vient contredire la condamnation du « m (...)

21 Didon apparaît vers la fin du troisième livre, parmi les « femmes qui se sont tuées d’elles-mesmes ». Elle est accusée – notons que c’est le seul de nos auteurs qui le relève – d’avoir enfreint l’interdit du non occides35. Parce qu’elle s’est jetée sur la pointe d’une épée en même temps que dans le feu, elle

fina, ses jours meschantement

  • 36 Drusac 1534 : f° clxxii.

Dont en enfer, en brusle incessamment36 .

Le traitement paradoxal de l’héroïne virgilienne

  • 37   Aux vers 3498-3499 du Jugement (« Parquoy pensay que c’estoit Cupido/Qui tant pressa pour Enée Di (...)

22Si l’on note parfois la présence discrète de la Didon virgilienne dans les textes qui louent par ailleurs la veuve de Sychée37, le personnage permet surtout de réactualiser le topos de la poésie mensongère. Comme les commentateurs de Virgile, Servius ou Donatus, qui rendaient le grand poète coupable d’avoir souillé la mémoire d’une femme respectable, certains de nos auteurs l’accusent de faire partie des détracteurs des dames. Martin le Franc indique que:

Virgille faint [nous trompa] quant amye [maîtresse]

  • 38 Le Franc 1999 : 241 (v. 10277-10278).

La fit du mauvais traitre Enne38.

  • 39 Dufour 1970 :54.
  • 40 Notons que la prise de Troie date du xiie siècle av. J.C. et la fondation de Carthage du ixe siècl (...)

23et Dufour termine son texte avec la même idée, datation à l’appui :« Regardez la mensonge de Virgille et tous ces foulx qui disent qu’elle estoit amoureuse de Enéas. Car il estoit mort plus de quatre vingtz ans devant que Dido fust jamais née »39. Enfin, Du Pré, pour qui il s’est écoulé « cent ans et encor davantaige » (v. 2778) entre la chute de Troie et la fondation de Carthage40, feint de s’adresser directement au poète :

O faulx virgile, dont [d’où] te venoit cela,

De maintenir que la Dame souilla

Son bon renom avec le faulx Enée,

L’ayant aymé de fureur effrenée ?

Tu as menty, sans avoir nulle excuse,

  • 41 Voir Les Confessions, I, 13 :« De la vanité des fables et fictions poétiques qu’il aimait avec pas (...)

Sainct Augustin41, mesmes, fort t’en accuse :

  • 42 Du Pré 2007 : 227 (v. 2764-74).

[...] Et ta mensonge meschamment perira42.

  • 43 De Billon 1970 : 76.

24Enfin, avec son « Virgile démenty » inscrit en marge de la notice sur Didon43, Billon formule un démenti des « discours mensongers qu’il a tenuz en ses Enéides au prejudice d’icelle Dido, Dame d’honneur, & de tout son Sexe aussi ». La reine bâtisseuse est mentionnée au début du Fort, mais c’est dans le deuxième bastion, consacré à « la chastete et honnestete des femmes », que l’auteur fait cette apologie de « la Pudique Royne Dido », « l’honneur de laquelle dérobé par le Poëte Virgile, pour donner couleur a ses Fables, sera icy rétably ».

  • 44 La mort de la Didon « historique » n’est pas sans problèmes, en effet, pour un discours qui se veu (...)

25De fait, Christine de Pizan est la seule à entreprendre de louer l’héroïne virgilienne. Au chapitre xlvi du premier livre de laCité des dames, le cas de Didon est une pièce maîtresse de la démonstration de l’auteurepour prouver que la femme est capable de jugement. Dame Raison fait l’éloge de la femme politique fondatrice de Carthage, détaille sa fuite de Phénicie et la négociation du nouveau territoire, mais elle ne parle pas de sa fin44. Sans doute valait-il mieux taire ici les amours de Didon (racontés plus loin), pour mieux mettre en valeur ses talents politiques.

  • 45 De Pizan 1998 : 210.

Et tant se gouverna nottablement et par grant prudence qu’en toutes terres en aloient les nouvelles et ne parloit on se d’elle non [on ne parlait plus que d’elle] telement que pour la grant vertu qui fu veue en elle, tant pour la hardiece et belle entreprise que fait avoit comme pour son tres prudent gouvernement. Lui transmuerent son nom et l’appellerent Dido, qui vault a dire comme virago en latin, qui est a dire celle qui a vertu et force d’omme45.

26Notons que Christine de Pizan explique la force du personnage par sa masculinisation,reprenant l’étymologie fantaisiste trouvée dans Boccace, qui écrivait :

  • 46 Boccaccio 1993 : 135.Servius affirme que Didon signifie virago en langue punique dans In Aeneid (i (...)

Si laissa et osta condicion femenine et courage de femme, et prist en soy vertu et force d’omme, pour quoy elle fut appelle Dydo ou langage des Phenicyens, qui vault a dire en latin comme virago et en françois « celle qui a vertu et force d’omme »46.

  • 47 De Pizan 1998 : 380.

27Au chapitre lv du second livre, « De Dido, royne de Cartage, a propos d’amour ferme en femme », la souveraine est le premier exemple d’une série de femmes « loyales en amour ». Christine de Pizan reprend là le mythe des amours de Didon et Énée, et oppose la traîtrise du héros à la fermeté absolue de Didon « qui tant honoree avoit esté que elle passoit en renomme toutes les femmes de son temps »47. Elle renverse ainsi avec audace l’image négative du Roman de la Rose (v. 13144-13180), où Didon exemplifiait les dangers de l’amour pour une femme :

  • 48 De Pizan 1998 : 380.

moult fu plus grande l’amour de Dido vers Eneas que celle de lui vers elle, car nonobstant que il lui eust sa foy baille que jamais autre femme qu’elle ne prendroit, et que a tousjours mais [à jamais] sien seroit [...] S’en ala, sans congié prendre, de nuit, en recelee, traytreusement, sans le sceu d’elle. [...] se geta en un grant feu que fait alumer avoit. Et autres dient que elle s’occist de la mesmes espee de Eneas48.

  • 49 Champier 2007 : 76.

28C’est enfin par un astucieux montage d’autorités que Champier réhabilite l’amoureuse du Troyen en faisant d’elle une digne épouse fidèle : « Fidelité doit conduire Dido royne de Cartaiges à nostre naviere [navire] »49. Après avoir indiqué les circonstances de l’établissement de sa cité, l’auteur mélange les deux versions du mythe : l’uniuira se suicide pour rester fidèle, non pas à Sychée, mais à Énée :

  • 50 Champier 2007 : 76.

Puis fut mariée à Enée qui s’en alloit en Italie auquel elle tint si bonne loyaulté que quant Hiarbas la voulut avoir à femme [...] elle ayma mieulx mourir dedans ung grand feu qu’elle fit construire au milieu de sa cité que de faulser sa foy à son mari Enée et que ses gens et populaire eussent mal pour [à cause d’]elle50.

  • 51 Armstrong 2002.

29Si Christine de Pizan s’inspire de Virgile pourlouer la fondatrice de Carthage, l’acte héroïque relevé par les auteurs masculins est le sacrifice « historique » de l’uniuira, exemplaire car elle renonce à la vie pour sauvegarder sa chasteté. Didon fait preuve d’une vertu à la fois active, par sa position de reine et ses exploits publics, et passive, car sa mort fait d’elle un exemple de chaste veuvage, vertu parmi les plus louées à la Renaissance51. Les actions et vertus qui font l’héroïne sont en outre tantôt perçues comme masculines – la virago échappe anormalement aux lois de son sexe –, tantôt clairement distinguées comme féminines – la chasteté légendaire et le suicide, seul acte héroïque reconnu à la femme-objet de désir.

30La figure de Didon révèle donc l’intention double et contradictoire des Vies de femmes illustres : la construction de l’exemplarité féminine à des fins d’édification et celle de l’héroïsme au féminin. Les représentations des héroïnes y sont en effet guidées par l’arbitraire culturel des valeurs sexuées en place et participent des représentations dominantes sur les différences sociales de sexe en déroulant des discours que l’on qualifierait aujourd’hui d’« essentialistes ». Mais dans le même temps, des femmes sont héroïsées selon des qualités et des attributs qui souvent transgressent explicitement ce que dit la doxa traditionnelle sur la/les différence(s) entre les sexes. C’est pourquoi on peut envisager le processus d’héroïsation des femmes comme un des ressorts principaux de la transmission, de la reproduction et/ou de la contestation de l’ordre social sexué en place. D’où l’utilité d’une étude genrée, donc pluridisciplinaire, de la tradition textuelle des Vies de femmes illustres pour l’avancée des travaux de la recherche féministe sur la querelle des femmes à la Renaissance.

Haut de page

Bibliographie

Boccaccio Giovanni, 1993, Des cleres et nobles femmes (traduction anonyme du De mulieribus claris [1361-1362]), Jeanne Baroin & Josiane Haffen (éd.), Paris, Les Belles Lettres, t.1.

Bouchet Jean, 2006, Le Jugement poetic de l’honneur femenin [1538], Adrian Armstrong (éd.), Paris, H. Champion.

Champier Symphorien, 2007, La Nef des dames vertueuses [1503], Judy Kem (éd.), Paris, H. Champion.

De Billon François, 1970, Le Fort inexpugnable de l’honneur du sexe féminin [1555], Michael A. Screech (éd.), Yorkshire-N.Y.-Paris-The Hague, Johnson Reprint Corporation, Mouton éditeur.

De Lesnauderie Pierre, 1523, La Louenge de mariaige et Recueil des hystoires des bonnes, vertueuses et illustres femmes, Paris, François Regnault.

De Pizan Christine, 1998, La Cité des dames [1405], Earl Jeffrey Richards (éd.), Milan-Trente, Luni Editrice.

Dufour Antoine, 1970, Vies des femmes célèbres [1504], Gustave Jeanneau (éd.), Genève, Droz.

Du Pont Gratien, sieur de Drusac, 1534, Les Controverses des Sexes Masculin et Femenin, Toulouse, Jacques Colomiés.

Du Pré Jean, 2007, Le Palais des nobles dames [1534], Brenda Dunn-Lardeau (éd.) Paris, H. Champion.

Le Franc Martin, 1999, Le Champion des dames [1441-1442], Robert Deschaux (éd.), 5 vols, Paris, H. Champion.

***

Angenot Marc, 1977, Les Champions des femmes. Examen du discours sur la supériorité des femmes, 1400-1800, Montréal, P.U. Québec.

Armstrong Adrian, 2002, « L’active et la passive : deux modèles de vertu féminine dans Le Jugement poetic de l’honneur femenin de Jean Bouchet », in Jennifer Britnell & Ann Moss (ed.), Female Saints and Sinners : Saintes et Mondaines (France 1450-1650), Durham, Durham Modern Languages Series, p. 179-195.

Belkadi Ali Farid, 2006, « Un épigraphe littéraire libyque du IIe siècle avant J.C. », Language Design, 8, p. 47-67.

Berriot-Salvadore Évelyne, 1990, Les Femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, Droz.

Cassagnes-Brouquet Sophie, 2007, Un manuscrit d’Anne de Bretagne, Les Vies des femmes célèbres d’Antoine Dufour, Rennes, Ouest-France.

Dermenjian Geneviève, Guihaumou Jacques & Martine Lapied (dir.), 2004, Le Panthéon des femmes. Figures et représentations des héroïnes, Paris, éd. Publisud.

Desmond Marilynn, 1994, Reading Dido : Gender, Textuality, and the Medieval Æneid, Minneapolis-Londres, Minnesota U.P.

Jordan Constance, 1990, Renaissance Feminism. Literary Texts and Political Models, Ithaca-London, Cornell U.P.

Kelso Ruth, 1956, Doctrine for the Lady of the Renaissance, Urbana, Illinois U.P.

Lazard Madeleine, 2003, Les Avenues de fémynie, Paris, Fayard.

Lord Mary Louise, 1969, « Dido as an Example of Chastity : The Influence of Example Literature », Harvard Library Bulletin, XVII, p. 22-44 et p. 216-232.

Malenfant Marie-Claude, 2003, Argumentaires de l’une et l’autre espèce de femme, Le statut de l’exemplum dans les discours littéraires sur la femme (1500-1550), Québec, P.U. Laval.

McLeod Glenda, 1991, Virtue and Venom. Catalogs of Women from Antiquity to the Renaissance, Ann Arbor, Michigan U. P.

Minois Georges, 1995, Histoire du suicide. La société occidentale face à la mort volontaire, Paris, Fayard.

Monfrin Jacques, 1986, « L’histoire de Didon et Énée au XVe siècle », in Études littéraires sur le XVe siècle, Actes du Ve colloque international sur le moyen français, Milan 6-8 mai 1985, t. III, Milan, Contributi del centro di studi sulla letteratura medio-francese, vol. quinto, p. 161-197.

Poinsotte Jean-Marie, 1990, « L’image de Didon dans l’Antiquité tardive », in Hervé Martin (dir.), Didon et Énée. Naissance, fonctionnement et survivance d’un mythe, Paris, Éd. du CNRS, p. 45-54.

Ruff Nancy, 1994, « Regina, meretrix and libido : The Medieval and Renaissance Dido », in Ann Moss et al. (dir.), Acta Conventus neo-latini Hafniensis. Proceedings of the Eight International Congress of Neo-Latin Studies, Copenhagen, 1991, Binghamton N.Y., Medieval and Renaissance Texts and Studies, p. 875-881.

Sozzi Lionello, 1971, « Boccaccio in Francia nel cinquecento », in Carlo Pellegrini (dir.), Il Boccaccio nella cultura francese, Florence, L.S. Olschki, p. 211-356.

Vasselin Martine, 1994, « Histoires déformées, miroirs déformants : l’image artistique des héroïnes au XVIe siècle », Nouvelles Revue du Seizième siècle, 12/1, p. 33- 62.

Viennot Éliane, 2006, La France, les femmes et le pouvoir, 1. L’invention de la loi salique (XVe-XVIe siècle), Paris, Perrin.

Villemur Frédérique, 2008, « Le suicide de Lucrèce, ou la République à l’épreuve de la chasteté dans les arts des XVe-XVIIIe siècles », in Sylvie Steinberg & Jean-Claude Arnould (dir.), Les femmes et l’écriture de l’histoire 1400-1800. Actes du Colloque de Rouen (mai-juin 2005), P.U. de Rouen et du Havre, p. 381-404.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche a été réalisée dans le cadre d’une allocation de recherche doctorale de la région Rhônes-Alpes.

2 Lazard 2003 : 31. De même, pour Évelyne Berriot, « la lecture d’un seul [de ces recueils] suffit à faire connaître tous les autres (Berriot-Salvadore 1990 : 353).

3 Angenot 1977 : 159.

4 Vasselin 1994 : 40.

5 Bouchet 2006 : 34.

6 Kelso 1956.

7   Mac Leod 1991.

8   Dermenjian, Guihaumou & Lapied 2004.

9 L’ouvrage connaît dès sa rédaction un immense succès comme l’attestent les nombreux manuscrits diffusés en latin et en français aux xive et xve siècles (voir Sozzi 1971).

10   Cassagnes-Brouquet 2007.

11   Comme chez Boccace, les femmes y sont exemplaires car représentatives d’un vice à fuir ou d’une vertu à rechercher.

12 Viennot 2006, chap. 10 et 11.

13 Dans le prologue, Raison, Droiture et Justice incitent Christine à défendre l’honneur féminin en édifiant la Cité.

14 La tour de composition féminine est dédiée à la reine de Navarre, le bastion de force et magnanimité à Catherine de Médicis, celui de chasteté et honnêteté à Marguerite de France, celui de clémence et libéralité à Marguerite de Bourbon et le dernier, de dévotion et piété, à Anne de Ferrare.

15 Par exemple « De la sagesse, prudence, sapience et devotion des femmes », « De [leur] litterature, clergie et science », « De [leur] patience, charite et liberalite », « De [leur] force, vertu, prouesse et chevalerie ».

16 Poinsotte 1990 ; Lord 1969.

17 Sur la vogue du personnage de Lucrèce du xve au xviiie siècle, voir Villemur 2008.

18 Jacques Monfrin (1986) nous indique un effort de réflexion critique intéressant autour de cette question : l’auteur d’un Livre des Eneydes (1483) relève successivement les deux versions. Il s’est apparemment inspiré d’un Livre de la royne Dido de Cartage consacré à la double image de l’héroïne, qui circulait vers 1472-75.

19 Ruff 1994.

20 Boccaccio 1993 : 141.

21 Le Franc 1999 : 241(v. 10303-04).

22 Le Franc 1999 : 242 (v. 10319).

23 Le Franc 1999 : 241 (v. 10323-28).

24 Dufour 1970 :52.

25 Dufour 1970 : 53.

26 Sur les différences entre exemplum (preuve au raisonnement) et exemplar (modèle proposé à l’imitation), voir Malenfant 2003 : 47-72.

27 Dufour 1970 :54.

28 De Lesnauderie 1523 : f° lxxiiii.

29 De Lesnauderie 1523 : f° lxxiiii.

30   Du Pré 2007 : 227 (v. 2756-79).

31 Bouchet 2006 : 263 (v. 1900).

32 Bouchet 2006 : 263 (v. 1910).

33 De Billon 1970 : 76.

34 Drusac 1534 : f° clxxii.

35 À la Renaissance, l’admiration pour le suicide à l’antique vient contredire la condamnation du « meurtre de soi-même » par l’Église. Pour une étude de cette vision dichotomique du suicide, qui oppose celui des grands personnages, loué comme acte héroïque, et celui des gens du vulgaire, sévèrement réprimé comme acte de lâcheté et de fuite, voir Minois 1995 : 75-105.

36 Drusac 1534 : f° clxxii.

37   Aux vers 3498-3499 du Jugement (« Parquoy pensay que c’estoit Cupido/Qui tant pressa pour Enée Dido ») ainsi que dans le De mulieribus claris où « Enees le Troyen, que elle n’avoit oncques veu ne congneu » (Boccaccio 1993 : 141) est cité juste avant le suicide de Didon.

38 Le Franc 1999 : 241 (v. 10277-10278).

39 Dufour 1970 :54.

40 Notons que la prise de Troie date du xiie siècle av. J.C. et la fondation de Carthage du ixe siècle.

41 Voir Les Confessions, I, 13 :« De la vanité des fables et fictions poétiques qu’il aimait avec passion ».

42 Du Pré 2007 : 227 (v. 2764-74).

43 De Billon 1970 : 76.

44 La mort de la Didon « historique » n’est pas sans problèmes, en effet, pour un discours qui se veut proféminin comme celui de Christine de Pizan. Comme le remarque Constance Jordan, son sort implique que le règne d’une femme est impossible : le mariage est nécessaire pour permettre la continuation dynastique, mais fatal pour l’autorité d’une reine. Jordan 1990 : 37-39.

45 De Pizan 1998 : 210.

46 Boccaccio 1993 : 135.Servius affirme que Didon signifie virago en langue punique dans In Aeneid (iv, 36, 335, 674). Dérivé de la racine berbère Ddu, Didon signifie « celle qui marche », « l’errante » (Belkadi 2006 : 48).

47 De Pizan 1998 : 380.

48 De Pizan 1998 : 380.

49 Champier 2007 : 76.

50 Champier 2007 : 76.

51 Armstrong 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tatiana Clavier, « L’exemplarité de Didon dans les Vies de femmes illustres à la Renaissance », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 30 | 2009, 30 | 2009, 153-168.

Référence électronique

Tatiana Clavier, « L’exemplarité de Didon dans les Vies de femmes illustres à la Renaissance », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 30 | 2009, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://clio.revues.org/9444 ; DOI : 10.4000/clio.9444

Haut de page

Auteur

Tatiana Clavier

Tatiana Clavier, ATER en littérature et langue françaises, prépare une thèse en littérature française de la Renaissance, sous la direction d’Eliane Viennot.. Elle est rattachée à l’Institut Claude Longeon,Institut d'Histoire de la pensée classique, de l'Humanisme aux Lumières, CNRS - UMR 5037. Parmi ses travaux récents : Anne de France : Les Enseignements à sa fille et l’histoire du siège de Brest, édition Tatiana Clavier et Eliane Viennot. Saint-Etienne, Publications de l’Université, coll. « La Cité des dames », 2006. tatiana.clavier@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page