Navigation – Plan du site
Clio a lu

Kathleen Wilson-Chevalier (études réunies et présentées par), avec la collaboration d’Eugénie Pascal, Patronnes et mécènes en France à la Renaissance

Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne,2007, coll. « L’école du genre », 681 pages.
Sophie Cassagnes-Brouquet

Texte intégral

1Katherine Wilson-Chevalier propose avec Patronnes et mécènes en France à la Renaissance une somme qui marquera l’histoire du mécénat féminin. Les Anglo-Saxons ont un joli nom pour définir ce patronage au féminin, ils parlent de matronage, et c’est précisément à cette pratique qu’est consacré cet ouvrage fondamental. Il nous propose une galerie de fortes femmes destinées à jouer un rôle politique dans la France du XVIe siècle, mais aussi protectrices des arts. Certaines sont fort connues et se taillent la part du lion comme Marguerite de Navarre dans le domaine de la littérature ou Catherine de Médicis dans celui des arts plastiques. D’autres sont des princesses plus obscures ou des dames de la noblesse.

2Les vingt-quatre contributions sont réparties en deux ensembles qui abordent le mécénat littéraire et les arts plastiques. Mais au-delà de ces grandes divisions, fort inégales d’ailleurs, une part plus importante est laissée aux arts visuels, c’est une grande diversité de thèmes qui est abordée et très bien analysée par la précieuse introduction de Kathleen Wilson-Chevalier.

3Susan Broomhall évoque la floraison de recherches en cours dans le domaine du mécénat littéraire des femmes à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, tout en signalant qu’elles se limitent encore aux figures emblématiques de quelques reines et princesses et à la production de manuscrits. Les collections d’imprimés sont beaucoup moins connues. Pourtant, leurs auteurs choisissent soigneusement leurs dédicataires, des femmes savantes, capables de reconnaître leur talent comme Marguerite de Navarre ou Diane de Poitiers. Aurore Evain évoque la longue généalogie des reines et des princesses protectrices du théâtre en France au XVIe siècle depuis Anne de Bretagne à Marie de Médicis, en passant par Marguerite de Navarre, Catherine de Médicis ou plus curieusement Jeanne d’Albret. Eugénie Pascal propose d’utiliser une source assez peu fréquentée, la correspondance des princesses, catholiques ou protestantes, afin d’entrevoir leurs activités de mécénat. Leurs lettres révèlent le même désir de paraître dans l’aménagement de la demeure et des jardins. Elles y mentionnent leurs projets architecturaux, le goût du portrait et l’usage affectif ou politique qu’elles en font.

4Beaucoup plus étoffée, la seconde partie aborde des sujets novateurs comme le rapport des femmes de la noblesse et de l’architecture, un domaine souvent associé au genre masculin. Les auteurs soulignent la transmission de châteaux de père à fille ou de mère à fille et surtout le rôle des veuves comme Jeanne de Balsac à Montal – des femmes qui jouent un rôle important dans la diffusion des nouveaux modèles architecturaux de la Renaissance. Ce goût novateur transparaît aussi dans les chantiers urbains de Catherine de Médicis ou de Diane de France à Paris. Selon une tradition bien établie, reines et princesses apportent également leur soutien aux églises. Une dévotion qui n’est pas dépourvue d’arrière-pensées politiques. Elizabeth l’Estrange évoque l’utilisation du culte de sainte Anne par la régente Anne de France, fille de Louis XI et sœur de Charles VIII. Anne de France est aussi une collectionneuse de livres comme le montre la contribution d’Élodie Lequain. Les livres qu’elle possède révèlent ses lectures favorites et son patronage. Anne de Bretagne partage bien des goûts et des dévotions de sa belle-sœur et lui emprunte certains de ses auteurs favoris. Elizabeth L’Estrange et Cynthia J. Brown retracent le mécénat désormais bien connu d’Anne de Bretagne et ses principales étapes. Jena Ludwig Burk propose une analyse du rôle de deux femmes, Anne de Bretagne et Marguerite d’Autriche, dans la transition entre le gothique tardif et la Renaissance au travers de leur commandes funéraires à Nantes et à Brou. Un art funéraire qui est aussi évoqué par Sigrid Ruby dans son étude du mécénat de Diane de Poitiers. Jessica Munns et Penny Richards soulignent encore la fonction politique et lignagère du tombeau commandé par Antoinette de Bourbon, première duchesse de Guise pour son défunt mari.

5Louise de Savoie fait aussi partie de ces veuves qui ont joué un rôle fondamental en transmettant ses goûts et sa pratique du patronage à ses deux enfants, Marguerite de Navarre et François Ier. Mary Beth Winn propose ainsi une généalogie du goût au sein de la famille d’Angoulême qui éclaire d’un jour nouveau des personnalités primordiales du XVIe siècle. Barbara Stephenson et Anne Funke rendent justice au patronage humaniste et artistique de Marguerite de Navarre. Moins connue est la personnalité d’Éléonore d’Autriche, sœur de Charles Quint et épouse de François Ier. Annemarie Jordan et Kathleen Wilson-Chevalier éclairent la sûreté de ses goûts artistiques et son rôle à la cour de France.

6Le titre de la communication de Sheila FFolliott, « La reine mécène idéale de la Renaissance : Catherine de Médicis … », illustre à merveille les nombreuses communications consacrées à la « star » de ce volume. Catherine bâtisseuse comme le souligne Caroline zum Kolk dans l’étude de sa correspondance. Catherine passionnée d’architecture, de fêtes et de jardins, sous la plume de Laurent Odde. Catherine collectionneuse d’art contemporain avec Chantal Turbide, et de portraits avec Alexandra Zvereva. Catherine amatrice d’orfèvrerie dans la tradition des Médicis, de Michèle Bimbenet-Privat. La reine transcende tous les aspects du mécénat : politique, dévotionnel. Elle apparaît aussi comme une maîtresse dans l’art du mécénat, comme le montre Kerrie-rue Michahelles en analysant ses relations avec sa petite-fille Christine de Lorraine, promise à un Médicis, son cousin éloigné Ferdinand devenu grand duc en 1587.

7La reine de France semble épuiser tous les aspects du patronage dans la seconde moitié du XVIe siècle, et pourtant, il n’en est rien. Il existe d’autres voies parallèles, voire dissidentes. Camille Grand-Dewyse tourne son intérêt vers Antoinette de Bourbon, duchesse de Guise, et Dora E. Polachek évoque la même famille au cœur des guerres de religion. Elle montre comment le mécénat des Guise évolue après l’assassinat du duc à Blois en 1588. Il prend une forme meurtrière : les femmes du clan mènent une guerre de mots et d’images visant à discréditer le roi Henri III. Elles orchestrent la destruction des images du roi, multipliant les processions funèbres et les actes d’iconoclasme. D’autres voies du mécénat féminin existent encore, illustrées par la contribution que Michel Melot consacre aux abbesses de Fontevraud. Et tant d’autres… La richesse de ce volume ne parvient pas à les épuiser. La personnalité de ses auteurs français, américains, australiens et allemands, conservateurs de Musée, chercheurs confirmés ou doctorants, est la preuve des apports de l’interdisciplinarité. Elle démontre, s’il en était besoin, la passion que suscite ce thème, elle augure de nouveaux développements pour le XVIe siècle et constitue un modèle pour les autres périodes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Cassagnes-Brouquet, « Kathleen Wilson-Chevalier (études réunies et présentées par), avec la collaboration d’Eugénie Pascal, Patronnes et mécènes en France à la Renaissance », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 29 | 2009, mis en ligne le 16 juin 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://clio.revues.org/9331

Haut de page

Auteur

Sophie Cassagnes-Brouquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page