Navigation – Plan du site
Clio a lu

Christine Bard, Annie Metz, Valérie Neveu (dir.), Guide des sources de l'histoire du féminisme

Rennes, Presses universitaires de Rennes, Collection Archives du féminisme, 2006, 442 pages.
Florence Rochefort
p. 275-307

Texte intégral

  • 1 Françoise Thébaud (dir.), Pas d’histoire sans elles. Ressources pour la recherche et l’enseignement (...)

1L’association Archives du féminisme et le Centre des Archives du féminisme situé dans la bibliothèque universitaire d’Angers œuvrent depuis leur fondation en 2000, à l’initiative de l’historienne Christine Bard, à la récolte, au classement et à la mise à disposition du public d’archives concernant l’histoire du féminisme. Nouvelle preuve d’une fructueuse collaboration entre historiennes, conservatrices et archivistes, le guide des sources de l’histoire du féminisme français offre un état des fonds d’archives très clairement présenté. Si l’histoire des femmes dispose de publications récentes sur les sources, l’histoire du féminisme n’avait pas encore fait l’objet d’un tel travail, si ce n’est le guide des sources documentaires sur les mouvements de femmes qui ne concernait que la période 1919-19401.

2La tâche n’a pas été facile et repose en premier lieu sur un travail associatif opiniâtre dont Christine Bard, une de ses principales artisanes, retrace l’historique et la méthodologie en introduction. Un premier questionnaire soumis aux archives et aux bibliothèques universitaires n’ayant pas donné de résultat satisfaisant, le choix a été fait d’étendre la définition du féminisme pour ne pas la restreindre à son strict aspect militant et inclure quelques personnalités ou mobilisations féminines politiques, syndicales ou associatives qui ont œuvré d’une manière ou d’une autre pour l’égalité des sexes, sans toujours être définies ou se définir pour autant comme féministes ; c’est le cas de résistantes ou d’écrivaines, ou encore d’une association longtemps hostile au féminisme comme l’association catholique générale féminine (ACGF) par exemple. La consultation a ainsi été élargie auprès d’institutions privées : bibliothèques, musées et associations (dont certaines manquent à l’appel faute de réponse).

3La contribution d’archivistes des Archives nationales amorce le guide par une présentation des fonds d’archives publiques. Après un utile rappel des grandes séries de classement des services d’archives départementaux et municipaux et de leur richesse potentielle pour l’histoire du féminisme (et des femmes), succède une présentation détaillée des fonds repérés dans les archives départementales, municipales et nationales ou autres services publics. Une seconde partie, la plus abondante du volume, présente les fonds repérés dans les associations, les bibliothèques, les musées et les centres d’archives privées. Les fonds de la Bibliothèque Marguerite Durand, du fonds Bouglé de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP), des fonds de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) et du Centre des Archives du féminisme sont de loin les plus fournis et les rassembler se révèle déjà très utile principalement pour la période des années 1880 à nos jours. Nombre d’associations et d’instituts en France, comme l’institution Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC), ou à l’étranger comme l’International Institute of Social History (IISH), recèlent aussi des trésors d’archives.

4Cette recension est complétée par une troisième partie consacrée aux sources audiovisuelles, de plus en plus utilisées dans les recherches historiques, et un quatrième volet concernant la webographie. En annexe une bibliographie et surtout des index (médias, associations, personnes) permettent les usages multiples qu’on attend d’un guide. L’équipe qui a réalisé l’ouvrage reconnaît la non exhaustivité du travail présenté et appelle de ses vœux la poursuite du repérage au sein des archives publiques notamment. Il s’agit néanmoins d’un très bel outil de travail, déjà très riche, qui contribue à la visibilité d’un champ de recherche et vise à susciter de nouvelles vocations de chercheur-e.

Haut de page

Notes

1 Françoise Thébaud (dir.), Pas d’histoire sans elles. Ressources pour la recherche et l’enseignement en histoire des femmes et du genre, Orléans, Association pour le développement des femmes du genre Mnémosyne / CRDP de l’académie d’Orléans-Tours, 2004 ; Annick Tillier (coord.), Des sources pour l’histoire des femmes. Guide, Paris, BNF, 2004 ; Françoise Blum, Colette Chambelland, Michel Dreyfus, « Mouvements de femmes (1919-1940). Guide des sources documentaires », Vie sociale 11-12, oct-nov 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Rochefort, « Christine Bard, Annie Metz, Valérie Neveu (dir.), Guide des sources de l'histoire du féminisme », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 28 | 2008, 28 | 2008, 275-307.

Référence électronique

Florence Rochefort, « Christine Bard, Annie Metz, Valérie Neveu (dir.), Guide des sources de l'histoire du féminisme », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 28 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://clio.revues.org/9162

Haut de page

Auteur

Florence Rochefort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page