Navigation – Plan du site
Clio a lu

Solène Daoudal, Sirènes romanes en Poitou, XIe-XIIe siècles. Avatars sculptés d’une figure mythique

Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection Mnémosyne, 2007, 180 pages.
Sophie Cassagnes-Brouquet
p. 275-307

Texte intégral

1L’ouvrage de Solène Daoudal, Sirènes romanes en Poitou, xie-xiie siècles. Avatars sculptés d’une figure mythique, signale les premiers pas prometteurs d’une chercheuse dans l’univers de l’histoire de l’art médiéval. Il a été couronné en 2007 par le Prix de l’association Mnémosyne récompensant un mémoire de master en langue française consacré à l’histoire des femmes ou du genre. Dans cette étude d’histoire de l’art, Solène Daoudal se livre à une lecture décapante d’un thème bien connu de la sculpture romane, celui des sirènes. Elle s’interroge sur la réception dans l’art chrétien d’un thème hérité de la mythologie païenne. Le nom de sirène suggère en effet une continuité alors que, dans la réalité, le langage des formes témoigne des variations de cette figure mythique. L’auteure souligne la survivance et la coexistence de deux traditions différentes : l’une véhiculée par le texte, qui s’enracine dans la mythologie classique, la sirène oiseau, l’autre, celle de l’image qui a des ancêtres barbares, la sirène poisson.

2Après avoir retracé les origines de ces figures mythiques, l’auteure n’hésite pas à s’aventurer dans le champ de l’esthétique et à considérer la sirène comme une figure symbolique, dotée de sa propre temporalité. Dans la lignée d’un Aby Warburg, elle retrace la survivance, le renouveau et la vie posthume de cette figure païenne au fil de l’histoire, revendiquant une approche anthropologique des images. La sirène oiseau est née de la rencontre entre un type iconographique séculaire et un épisode de la poésie homérique, le motif de l’oiseau à tête féminine ou barbue issu de l’art oriental antique et du chant xii de l’Odyssée. Quand le monstre pénètre dans la pensée chrétienne, sa morphologie n’est plus aussi assurée. Dans la Septante, elle est associée aux démons du désert et parfois à la Lilith juive. Un bas-relief copte du ve siècle laisse supposer que les chrétiens prêtent parfois aux sirènes l’apparence de femmes poissons, mais ce n’est qu’aux viie-viiie siècles que la corrélation entre la forme et le monstre est clairement établie, même si la sirène oiseau demeure.

3Ces bases historiques posées, l’auteure définit les champs géographiques et historiques de sa recherche : l’ancien diocèse de Poitiers aux xie-xiie siècles. Elle retrace alors l’histoire politique, religieuse et archéologique des principaux monuments religieux qui concentrent la sculpture romane en Poitou : Saint-Jean de Montierneuf de Poitiers, Saint-Nicolas de La-Chaize-le-Vicomte, Saint-Pierre d’Airvault, Saint-Pierre de Parthenay, Saint-Maixent de Saint-Maixent l’École, Saint-Nicolas de Civray, Notre-Dame du Colombiers et Notre-Dame de Melleran. Le corpus, ainsi défini, comprend 37 images de sirènes qui font l’objet d’une analyse détaillée. Le dénominateur commun de toutes ces images est de montrer des corps hybrides. Dans le cas de la sirène, les modalités de l’hybridation sont bien fixées : le haut du corps figure l’humain, le bas l’animalité. La sirène est un avatar satanique. Sa féminité est celle d’Ève, domptée par Marie. L’analyse approfondie des images, de leur implantation au sein du monument signale le dialogue permanent entre une culture savante et une culture populaire, mais aussi ses évolutions. Peu à peu, les images s’organisent et attestent de la création d’un canon de représentation. L’image possède sa vie, sa dynamique qui, du diabolique passe finalement au symbolique.

4Le jury du prix Mnémosyne a su récompenser l’ambition d’une jeune chercheuse qui n’hésite pas à se frotter aux grands noms de l’histoire de l’art et de l’iconologie afin de nourrir son discours, sans toutefois délaisser l’étude approfondie de son terrain d’étude. Il a aussi tenu à signaler combien les images demeurent un champ d’investigation encore largement ouvert aux investigations de l’histoire du genre et de l’histoire des femmes par le biais d’une approche anthropologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Cassagnes-Brouquet, « Solène Daoudal, Sirènes romanes en Poitou, XIe-XIIe siècles. Avatars sculptés d’une figure mythique », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 28 | 2008, 28 | 2008, 275-307.

Référence électronique

Sophie Cassagnes-Brouquet, « Solène Daoudal, Sirènes romanes en Poitou, XIe-XIIe siècles. Avatars sculptés d’une figure mythique », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 28 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://clio.revues.org/9062

Haut de page

Auteur

Sophie Cassagnes-Brouquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page