Navigation – Plan du site
CLIO a lu

Au cloître et dans le monde. Femmes, hommes et sociétés (IXe-XVe siècle). Mélanges en l'honneur de Paulette L'Hermite-Leclercq, textes réunis par Patrick Henriet et Anne-Marie Legras, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne (« Cultures et Civilisations Médiévales » XXIII), 2000, 396 p.

Laurence Moulinier-Brogi
p. 215-217

Texte intégral

1Les trente et un articles composant ce volume dédié à Paulette L'Hermite-Leclercq sont regroupés sous cinq rubriques, et il faut saluer d'emblée le travail de P. Henriet et A.-M. Legras, qui ont proposé ici un découpage aussi fidèle au parcours intellectuel de celle qu'ils voulaient ainsi honorer, qu'exempt de tout parfum d'artifice. La première partie réunit des études analysant différents « Regards masculins sur la femme », observés d'après des lieux attendus comme l'exégèse ou la pensée scolastique, mais aussi dans des sermons inédits de Robert de Sorbon présentés par Nicole Bériou, dans des chroniques de l'époque ayyoubide et dans les règles d'un ordre militaire. La seconde partie, intitulée « Vivre en communauté », regroupe des contributions ayant en commun des interrogations sur des problèmes d'histoire interne ou externe posés par les différentes formes de vie religieuse et communautaire du Moyen Age. La troisième partie, « Femmes laïques, entre pouvoirs et dévotions », est celle qui fait le plus voyager le lecteur : de Byzance à la Hongrie en passant par l'Italie, l'Espagne, l'Angleterre et la France, elle éclaire les différents positionnements des laïques par rapport au pouvoir, à l'Église et à la culture. La quatrième partie, « Droits, femmes et justice », tire son unité des questionnements sur la conception du droit et l'exercice de la justice à partir de sources variées, enquêtes, lettres de rémission, pénitentiels ou recueils de droit canon comme à propos du blasphème, ou encore Vie de saint, telle celle de saint Arnoul, à partir de laquelle Dominique Barthélemy se livre à une passionnante réflexion sur la vengeance. Le volume se clôt sur « Rites, liturgie, spiritualité », une partie qui s'interroge sur la nature et la forme, concrète et ritualisée aussi bien que spirituelle, du lien entre sociétés et religion. Les deux dernières études subsument dans la religion le clivage entre « femmes » et « hommes » du sous-titre du recueil : Damien Boquet analyse la sexuation des émotions, en particulier de l'amitié, dans l'œuvre d'Aelred de Rievaulx, et Daniel Russo se penche sur les représentations de la stigmatisation de saint François, c'est-à-dire l'image d'un corps non plus tant sexué que saint et christique.

2Les études sur les femmes et celles sur la vie des monastères, sont les plus nombreuses.Le recueil retiendra bien sûr au premier chef les lecteurs intéressés par l'histoire religieuse ou l'histoire des femmes. Mais sur ce dernier domaine, les éditeurs du volume rejoignent leur inspiratrice : l'introduction rappelle les risques et les écueils d'une histoire des femmes fermée et entachée de partialité, et Annie Saunier, dans son article « L'Histoire de la femme au Moyen Age ; une histoire qui ne coule pas toujours de source », souligne les difficultés de méthode posées par deux types de sources différents : des lettres de rémission concernant de près ou de loin des femmes, et un registre des tailles du début du XVe siècle.

3Si l'on veut écrire l'histoire des femmes,il n'est pas pensable de les séparer de la compagnie des hommes, et donc de la société ­ et nul besoin pour cela d'invoquer les auspices de l'histoire du gender, selon les auteurs. Qu'elles fussent grandes dames, comme la comtesse de Tonnerre ou la dame de Santes dont J. Paviot et B. Schnerb étudient ici respectivement les bibliothèques, religieuses, comme les jeunes florentines dont Christiane Klapisch-Zuber évoque les modalités d'entrée au couvent, les vierges dont Catherine Vincent analyse le rituel de consécration, ou simples laïques, comme cette Haynarde Le Sourd dont Romain Telliez retrace les démêlés avec la justice à la suite d'un mariage infructueux, ou encore ces veuves de Normandie réclamant leur douaire, évoquées par Henri Dubois.

4De fait, comme l'indique le sous-titre, le monde masculin n'a pas été, loin de là, mis au ban du volume, et certaines contributions sont même autant d'éclairages sur des aspects méconnus de la vie des seuls hommes : Michel Parisse analyse ainsi la résistance opposée par un jeune, du IXe siècle, aux visées de ses oncles, et Isabelle Cochelin répare une injustice de la recherche à l'égard d'un groupe de moines n'ayant guère retenu l'attention, les iuniores sub custodia, des « adolescents sous surveillance » dont certains coutumiers monastiques parlent pourtant en détail. De fait, si certaines études apportent de nouvelles pièces à des dossiers déjà largement ouverts, comme la question de la culture des grandes laïques, d'autres abordent des aspects encore nébuleux de l'histoire des hommes et des femmes de sociétés diverses, tel le problème de l'Infantado analysé par Patrick Henriet, une institution attestée en Castille et en Léon du Xe au XIIe siècles par laquelle les rois dotaient des monastère octroyés à de proches parentes, sans que celles-ci fussent pour autant de vraies religieuses.

5Comme le reflète l'ampleur de son champ géographique, ce volume se signale donc par son ouverture intellectuelle et lecteurs et lectrices seront heureux de trouver regroupés autant de regards complémentaires sur les rapports entre sociétés et religion, à différentes époques. On appréciera notamment de pouvoir lire des textes inédits ou difficiles d'accès (sermons de Robert de Sorbon, histoire édifiante du jeune Rigran traduite par Michel Parisse, charte d'Infantado, inventaires des livres de la comtesse de Tonnerre, lettres de rémission, etc.), ce choix ne constituant qu'un petit échantillon de la variété de documents que doivent interroger et croiser historiennes et historiens pour écrire non seulement une possible histoire des femmes, mais aussi et surtout l'histoire des sociétés. C'est ce qu'illustrent parfaitement tous les auteurs de ce volume riche et fécond et l'on regrette d'autant plus de ne pouvoir tous les citer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Moulinier-Brogi, « Au cloître et dans le monde. Femmes, hommes et sociétés (IXe-XVe siècle). Mélanges en l'honneur de Paulette L'Hermite-Leclercq, textes réunis par Patrick Henriet et Anne-Marie Legras, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne (« Cultures et Civilisations Médiévales » XXIII), 2000, 396 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 15 | 2002, 15 | 2002, 215-217.

Référence électronique

Laurence Moulinier-Brogi, « Au cloître et dans le monde. Femmes, hommes et sociétés (IXe-XVe siècle). Mélanges en l'honneur de Paulette L'Hermite-Leclercq, textes réunis par Patrick Henriet et Anne-Marie Legras, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne (« Cultures et Civilisations Médiévales » XXIII), 2000, 396 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 11 mars 2003, consulté le 28 mars 2017. URL : http://clio.revues.org/70

Haut de page

Auteur

Laurence Moulinier-Brogi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page