Navigation – Plan du site
CLIO a lu

Fantaisies du harem et nouvelles Schéhérazade, Muséum d'histoire naturelle, Éditions d'art Somogy, 2003, 191 p. (introduction de Fatima Mernissi).

Michelle Zancarini-Fournel
p. 243-244

Texte intégral

1Sur la couverture du catalogue de l'exposition présentée à l'automne 2003 au Muséum d'histoire naturelle de Lyon, on peut voir la photographie pleine page d'une femme en foulard, prise dans un décor oriental traditionnel, un lecteur de CD collé à l'oreille1. Le décalage entre la pose, la tenue traditionnelle de cette femme et la modernité de l'objet surprend et accroche le regard. Le cliché de l'artiste iranienne, Shadi Ghaditian, date de 1998. Comme d'autres photographies exposées et présentes dans le catalogue, elle imite les représentations des femmes de la Cour du XIXe siècle, imitation accentuée par la couleur sépia des tirages. Mais faisant poser ses modèles avec des objets contemporains importés d'Occident (lecteur de CD, cannette de Coca Cola), la photographe souligne la situation paradoxale des femmes iraniennes dans une société déchirée entre tradition et modernité. L'humour à froid de ces portraits est une forme paradoxale du combat de ces « Nouvelles Schéhérazade » bien représentées par ces femmes peintres ou photographes qui, sous des formes diverses, disent à la fois l'enfermement des femmes, mais aussi leur volonté farouche de s'émanciper de la pesante tutelle.

2Le catalogue présente deux regards inversés : celui des Orientaux dans les miniatures du XVIIe et du XVIIIe siècle, représentant le harem, en particulier celles de l'Inde moghole et celui des Occidentaux fascinés par l'Orient et le corps des Orientales, de l'Odalisque de François Boucher en 1745 aux Femmes d'Alger de Picasso (1955) en passant par Les femmes d'Alger de Delacroix (1832) ou l'Odalisque au sarrouel rouge de Matisse de 1921. La photographie coloniale n'est pas en reste dans le dévoilement du corps lascif des « Mauresques ». La richesse et l'arc chronologique des documents présentés font oublier le propos classificatoire parfois abrupt sur les Orientaux et les Occidentaux. Les œuvres des artistes contemporaines, iraniennes ou turques - qui ont dû parfois s'exiler pour créer - contribuent fortement à déconstruire certains a priori sur les femmes orientales, plus sans doute que les commentaires parfois un peu schématiques. Elles permettent la confrontation des imaginaires et des réalités et dessinent un nouveau féminisme du XXIe siècle.

Haut de page

Notes

1 Le livre de Fatima Mernissi, Sheherazade goes West, traduit en français sous le titre Le Harem et l'Occident a servi de trame pour l'exposition montée à Barcelone, puis montrée à Lyon au Muséum d'histoire naturelle (dans une version réduite).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michelle Zancarini-Fournel, « Fantaisies du harem et nouvelles Schéhérazade, Muséum d'histoire naturelle, Éditions d'art Somogy, 2003, 191 p. (introduction de Fatima Mernissi). », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 19 | 2004, 19 | 2004, 243-244.

Référence électronique

Michelle Zancarini-Fournel, « Fantaisies du harem et nouvelles Schéhérazade, Muséum d'histoire naturelle, Éditions d'art Somogy, 2003, 191 p. (introduction de Fatima Mernissi). », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 19 | 2004, mis en ligne le 24 juin 2004, consulté le 24 août 2017. URL : http://clio.revues.org/661

Haut de page

Auteur

Michelle Zancarini-Fournel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page