Navigation – Plan du site
Dossier

Féminisme et coéducation en Europe avant 1914

Denise KARNAOUCH
p. 21-41

Résumés

En 1868, vingt ans après la naissance du féminisme américain, se forme en Europe un mouvement pour l'émancipation des femmes qui, faute de faire l'unité sur la demande du droit de vote, se concentre sur l'exigence de l'amélioration de l'enseignement féminin. À l'exemple américain, des femmes de plusieurs pays plaident pour la mixité scolaire ou coéducation. Dans les nombreux congrès internationaux ou nationaux, on en discute fortement dans la dernière décennie du XIXe siècle. C'est d'abord le fait des Françaises, des Finlandaises, des Suissesses et des Anglaises puis l'idée gagne les autres pays d'Europe. Principal nom à retenir, celui de la Française Pauline Kergomard. L'intérêt faiblit en Occident au XXe siècle mais la pensée coéducative est reprise par les féministes russes à la veille de la Grande Guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denise KARNAOUCH, « Féminisme et coéducation en Europe avant 1914 », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 18 | 2003, 18 | 2003, 21-41.

Référence électronique

Denise KARNAOUCH, « Féminisme et coéducation en Europe avant 1914 », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 18 | 2003, mis en ligne le 17 juin 2008, consulté le 30 mars 2017. URL : http://clio.revues.org/609 ; DOI : 10.4000/clio.609

Haut de page

Auteur

Denise KARNAOUCH

Denise KARNAOUCH, retraitée, était chargée de recherche en histoire de l'éducation à l'INRP. Elle a notamment participé au Répertoire de la presse d'éducation et d'enseignement (sous la direction de Pierre Caspard) et au Répertoire de la presse corporative et syndicale des enseignants avant 1940 (ce dernier à paraître prochainement). Elle achève actuellement une thèse sur Le mouvement féministe européen devant les problèmes d'enseignement (1860-1914).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page