Navigation – Plan du site
CLIO a lu

Valerie STEELE, Se vêtir au XXe siècle. De 1945 à nos jours, Paris, Adam Biro, 1998, 207 p.

Christine BARD
p. 326-327

Texte intégral

1Valerie Steele, conservatrice du musée du Fashion Institute of Technology de New York et rédactrice en chef d'une revue de grande qualité, Fashion Theory : the journal of Dress, Body and Culture, est une référence très importante dans le domaine de l'histoire de la mode. Ce livre (traduit de l'américain) ne répond que très imparfaitement à son titre ambitieux ­ « se vêtir » ­, qui est aussi celui d'une collection (deux ouvrages déjà parus, l'un sur le Moyen Âge et l'autre sur le XVIIIe siècle). En réalité, seules les « tendances » de la mode et de la haute couture sont abordées. En cela, il n'innove en rien, et apporte moins d'informations que l'Histoire de la mode au XXe siècle d'Yvonne Deslandres et Florence Müller (Somogy, 1986). L'espace étudié n'est pas précisé : la mode parisienne domine, même si quelques pages évoquent Londres, New York, San Francisco et Milan. Rien ne justifie non plus l'inégalité de traitement de la mode féminine et de la mode masculine, réduite à la portion congrue. Cette absence de rigueur est frappante tout au long de la rédaction qui manque de fil conducteur et imprègne le style, impressionniste et subjectif. Ajoutons que la bibliographie est très lacunaire, qu'il n'y a pas de notes infrapaginales et que rares sont les citations (pourtant très nombreuses) correctement référencées. Nous n'avons pas même le plaisir des images, qui compense souvent la pauvreté des textes dans les histoires de la mode. Les reproductions, en noir et blanc, sont de qualité moyenne (ce qui mérite d'être souligné car le prix du livre est relativement élevé).

2On trouvera néanmoins, même si la question du genre est marginale dans le propos de l'auteure, quelques aperçus intéressants sur l'histoire des femmes. Pour le second XXe siècle, la domination masculine dans la haute couture est éclatante. Les femmes ne gagnent de la notoriété, à partir des années 1960, que comme stylistes pour la confection. Les réactions des consommatrices sont simplement évoquées. Si, pour la mode masculine, l'influence de la « rue » et de minorités contestataires est mentionnée, rien n'indique de tels facteurs de renouvellement du côté des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine BARD, « Valerie STEELE, Se vêtir au XXe siècle. De 1945 à nos jours, Paris, Adam Biro, 1998, 207 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 16 | 2002, 16 | 2002, 326-327.

Référence électronique

Christine BARD, « Valerie STEELE, Se vêtir au XXe siècle. De 1945 à nos jours, Paris, Adam Biro, 1998, 207 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 16 | 2002, mis en ligne le 11 mars 2003, consulté le 25 juin 2017. URL : http://clio.revues.org/54 ; DOI : 10.4000/clio.54

Haut de page

Auteur

Christine BARD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page