Navigation – Plan du site
Documents

Canard Déchaîné et Poules Enchaînées : les premiers actes civiques des femmes au regard de la caricature satirique (1944-1946)

Bruno DENOYELLE

Texte intégral

1Ayant toujours immodérément usé de la caricature au fil de son entreprise d'iconoclastie politique, le Canard Enchaîné reste l'un des prismes les mieux adaptés à l'étude des représentations sociales de la femme et du politique. Des recherches antérieures menées sur l'émancipation politique féminine au travers de la presse française de la Libération1 permettent de souligner ici la contradiction résidant en cette traditionnelle prétention contestataire du Canard Enchaîné et l'archaïsme d'alors de ses représentations de l'acte de vote au féminin. Nulle exaltation lyrique entre avril 1945 et octobre 1946 alors que la Française rencontre, pour la première fois, les urnes lors de neuf scrutins décisifs ! Bien au contraire, le Canard Enchaîné, par ses caricatures, renchérit de façon systématique sur cette incapacité quasi-biologique de la femme à se mouvoir dans le champ du politique, incompétence nous renvoyant sensiblement aux lieux communs de la IIIe République.

2Il y a une tripartition fonctionnelle de l'incompétence politique féminine au travers de ces caricatures satiriques. Prostituées, religieuses et ménagères sont les archétypes récurrents sujets aux attaques du Canard. L'expérience politique quelque peu graveleuse des premières souligne en négatif l'incompétence bêtifiante des autres. Toutes ces figures féminines caractérisent ostensiblement l'image peu valorisante, comme peu valorisée, d'une femme égarée dans les domaines nouveaux du politique en actes. Le Canard Enchaîné va instrumentaliser cette incompétence présumée afin de nourrir son habituel irrespect des choses du civisme, afin de pouvoir jouer dès les premiers temps de la Libération avec des valeurs politiques tenues désormais pour sacrées.

3Cette instrumentalisation contemptrice passe essentiellement par un travestissement de la gestuelle du vote au féminin, par une parodie des sacrements religieux : l'urne se transforme en tronc d'église, le « a voté ! » en « a dévoté ! », le Nom du Seigneur en non référendaire… Le célèbre anticléricalisme du Canard Enchaîné renforce une représentation idéal-typique de la femme assujettie aux intérêts de son Église : nonnettes et dévotes font écho aux prophéties séculaires de Michelet… D'autre part, la ménagère n'est présentée qu'en état de sujétion, soumise au joug matrimonial, sujétion justifiée par une candeur politique proche de la stupidité. La prégnance des pôles socialisateurs du mari comme du prêtre souligne cette incompétence féminine supposée aux choses du civique. Enfin, la prostituée ne fait que renforcer cette dévalorisation du politique en y associant une image peu laudative aux compétences ambiguës, image qui renforce la vacuité civique des « honnêtes femmes ».

4À rebours de la presse française de la Libération, le Canard Enchaîné ne feint nullement d'intégrer de façon anodine l'accession à la citoyenneté politique des Françaises. Il ne rompt en rien avec le schème de ses représentations sociales hérité de la IIIe République, laissant ainsi présumer de l'effort qu'auront à fournir les consciences d'alors pour intégrer les femmes au corps civique et politique de la Nation.

Haut de page

Notes

1 Bruno Denoyelle & Virginie Martin, Des corps en élections. L'acte du vote des femmes (1944-1946), Rapport de Recherches, Programme d'Etudes Doctorales, I.E.P. de Paris, 1993, 221 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno DENOYELLE, « Canard Déchaîné et Poules Enchaînées : les premiers actes civiques des femmes au regard de la caricature satirique (1944-1946) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 1 | 1995, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 24 mars 2017. URL : http://clio.revues.org/532 ; DOI : 10.4000/clio.532

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page