Navigation – Plan du site
CLIO a lu

Anne-Marie GREEN et Hyacinthe RAVET (dir.), L’accès des femmes à l’expression musicale, apprentissage, création, interprétation. Les musiciennes dans la société, Paris, L’Harmattan, 2005, 279 p.

Catherine Monnot
p. 249-290

Texte intégral

1Ensemble d’articles et de comptes rendus de tables rondes, cet ouvrage est le fruit d’un colloque organisé par l’IRCAM1, l’occasion d’une rencontre entre chercheurs et musiciennes. De nombreux sujets sont abordés dans cette étude pluridisciplinaire où les femmes sont replacées dans leur contexte historique, social et culturel original, et où le fait musical est entendu comme révélateur du fonctionnement d’une société. Par de multiples portes d’entrée, cette réflexion d’ensemble aborde ainsi le problème de la représentation sociale de la musicienne. De même sont mis en lumière les enjeux symboliques majeurs sous-tendus par l’expression musicale féminine, considérée comme partie intégrante de la construction des identités culturelles et sociales.

2Les thèmes de la différenciation des sexes et de la domination masculine au travers de la pratique musicale apparaissent donc transversaux dans cette recherche. Les auteurs démontrent en effet l’aspect subversif de la création musicale pour les femmes, au travers de portraits de compositrices célèbres (Elisabeth Jacquet de La Guerre, Fanny Mendelssohn) et moins célèbres (Mel Bonis) qui, à travers les époques, ont tenté avec plus ou moins de succès de passer outre les contraintes familiales, conjugales et sociales pour se faire entendre et laisser une trace. De même, Michèle Alten explore les formes d’apprentissage et de professionnalisation spécifiques offertes aux femmes dans le domaine : alors que la musique instrumentale et le chant font partie de l’enseignement de base délivré aux filles au sein même de l’école publique jusqu’au milieu du XXe siècle, les garçons en furent, eux, longtemps privés. L’apprentissage de la musique apparaît donc comme une activité permettant de définir et de renforcer les identités sexuées dès le plus jeune âge. En comparaison avec la carrière théâtrale, Aurore Evain montre cependant la difficulté qui fut longtemps celle des jeunes musiciennes d’accéder à un enseignement de haut niveau compatible avec le passage sur scène. Encore aujourd’hui, la division sexuée du travail reste de mise dans la musique, les jeunes filles ayant toujours été prioritairement dirigées vers les activités d’enseignement, laissant aux garçons les lauriers des carrières d’instrumentistes.

3Selon Alfred Willener, les musiciennes d’aujourd’hui accèdent cependant plus facilement aux orchestres symphoniques grâce aux auditions ‘’à l’aveugle’’, le jury ne pouvant distinguer à l’oreille un jeu ‘’masculin’’ d’un jeu ‘’féminin’’ jusqu’au ‘’round final’’ sans rideau (les filles optant néanmoins pour des chaussures sans talon pour éviter de se trahir…). Pour autant, les postes prestigieux de solistes, de chefs d’orchestre et de compositeurs sont perçus comme des positions phares, lourdes d’enjeux symboliques, et restent donc très majoritairement occupés par des hommes. L’éducation à la compétition et à la réussite doit donc être interrogée pour comprendre une telle différence de représentation, alors même que les filles sont aujourd’hui majoritaires dans les conservatoires. De même, Hyacinthe Ravet soulève la problématique du rapport au corps pour comprendre ce qui pousse la société, encore aujourd’hui, à diriger massivement ses filles vers des instruments symboliquement tournés du côté du féminin par leur forme, leur tenue ou leur jeu : l’instrument féminin (piano et cordes principalement) ne doit pas mettre le corps en avant, ne doit pas exiger de force physique, de souffle ou de sécrétion (salive ou transpiration). Pour autant, l’accès nouveau de certaines musiciennes à des instruments traditionnellement masculins comme le cor, le basson, la contrebasse, les percussions etc., apparaît comme une évolution récente liée à une transformation plus générale du statut et de l’image de la femme dans notre société. Mais lorsque Jacqueline Rousseau-Dujardin étudie le rapport physique et psychologique de ces nouvelles artistes à leurs instruments, elle considère que ce choix “atypique’’ est issu de causes psychanalytiques complexes, enfouies dans l’histoire personnelle de chaque instrumentiste, et qu’elle refuse de voir réduites à la seule question de la différence des sexes. Indéniables cependant, ces nouvelles dynamiques en viennent peu à peu à modifier les rapports entre hommes et femmes à l’intérieur et à l’extérieur du monde musical, par une évolution de la perception et de la définition des identités, de leurs espaces, leurs rôles et leurs attributs.

Haut de page

Notes

1 Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique, Centre Georges Pompidou, www.ircam.fr
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Monnot, « Anne-Marie GREEN et Hyacinthe RAVET (dir.), L’accès des femmes à l’expression musicale, apprentissage, création, interprétation. Les musiciennes dans la société, Paris, L’Harmattan, 2005, 279 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 25 | 2007, 25 | 2007, 249-290.

Référence électronique

Catherine Monnot, « Anne-Marie GREEN et Hyacinthe RAVET (dir.), L’accès des femmes à l’expression musicale, apprentissage, création, interprétation. Les musiciennes dans la société, Paris, L’Harmattan, 2005, 279 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 25 | 2007, mis en ligne le 03 octobre 2007, consulté le 23 mai 2017. URL : http://clio.revues.org/5112

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page