Navigation – Plan du site
CLIO a lu

Michaela HOHKAMP, Herrschaft in der Herrschaft (Pouvoir local, pouvoir central). Die vorderösterreichische Obervogtei Triberg von 1737 bis 1780), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1998.

Ulrike KRAMPLE
p. 318-320

Texte intégral

1Dans son étude sur le petit domaine de Triberg dépendant de la province habsbourgeoise de Vorderösterreich, situé dans le sud-ouest de l'Allemagne actuelle, l'historienne allemande Michaela Hohkamp, assistante à la Freie Universtität de Berlin, s'interroge sur le mouvement de centralisation de l'État que l'on a coutume d'observer à cette époque dans l'Europe entière. En dépit de son relatif isolement géographique au cœur de la Forêt Noire, Triberg, est toutefois touché par les vastes transformations administratives et sociales du XVIIIe siècle entamées pendant le règne de Marie-Thérèse. Prenant à rebours les théories de la naissance de l'État moderne, souvent limitées aux centres du pouvoir, Michaela Hohkamp met en question l'uniformité du processus de modernisation dont la force motrice serait le pouvoir absolutiste de la cour. Plus qu'une simple étude régionale, son travail pose la difficile question de l'exercice du pouvoir absolu dans les conditions particulières d'une localité qui, éloignée des enjeux généraux, se consacre à ses propres intérêts et conflits. C'est en visant les enjeux du pouvoir local et souvent informel que les rapports entre les sexes, dans leurs manifestations concrètes, parviennent ainsi à apparaître sur la scène de l'histoire.

2Les cinq chapitres ­ l'emprise du Landesherr, l'exercice du pouvoir du gouverneur/Obervogt, le pouvoir délégué, conflits dans le domaine de Triberg, le pouvoir au siège du gouverneur/Amtshaus ­ se déploient à partir de la notion fondamentale du conflit. Par une analyse quantitative et qualitative d'un vaste fonds d'archives, concernant tant les procès de justice que les correspondances et écrits administratifs, l'auteure combine judicieusement différentes perspectives historiographiques : celles de l'histoire politique, de l'histoire sociale, de l'histoire du quotidien, de la microhistoire, de l'histoire des femmes et des genres. Le travail de Michaela Hohkamp ne se borne donc pas à mesurer l'extension progressive du pouvoir du centre vers ses marges, mais se demande au contraire comment un tel processus s'est déroulé. S'intéressant avant tout aux modes de fonctionnement du pouvoir à Triberg même, on s'aperçoit que l'impact du centre, jamais linéaire, se décline selon les différentes configurations locales de pouvoir. La complexité de la situation historique ne permet plus l'emploi d'oppositions simples comme sujets/administration gouvernementale, peuple/élites, paysans/fonctionnaires, obéissance/résistance, etc. Au premier abord, les directives de Vienne s'avèrent d'une efficacité limitée. Trop dépendant de la coopération des élites locales, le gouverneur du domaine de Triberg renonce souvent à les appliquer directement. Les habitants de ce territoire, de leur côté, ne reçoivent ces tentatives de réorganisation que pour tirer profit de l'éventuelle concurrence entre les institutions. Occupant une fonction dans l'administration locale, les paysans utilisent également la politique intégratrice du gouverneur à leurs propres fins. Ce sont surtout les hommes qui arrivent à élargir considérablement leur marge de manœuvre. Par le maintien du droit de succession traditionnel privilégiant le fils cadet, les femmes se voient obligées à renoncer, peu à peu, à la propriété foncière, car, sur fond de croissance démographique, la concurrence portait d'abord sur la ressource de plus en plus limitée de la terre. À partir du milieu du XVIIIe siècle, le terrain des confrontations se déplace vers les conflits d'honneur pour lesquels les plaignants, majoritairement masculins, font progressivement appel à la justice locale. Utilisé par les sujets comme moyen de règlement de conflits mais avant tout comme moyen de positionnement social et politique, le tribunal devient également un instrument pour fixer l'exercice du pouvoir au siège officiel du gouverneur (Amtshaus) ­ au détriment de l'auberge (Wirtshaus). Gérant la distribution de l'honneur, les formes de violence verbale et physique qui y sont liées sont sanctionnées selon le statut social et économique ainsi que le sexe des personnes impliquées : peu protégées contre des atteintes physiques venant d'un homme, les femmes semblent ainsi préférer la violence verbale ; les hommes, de leur côté, emploient gestes violents et mots injurieux, en fonction du statut de leur vis-à-vis. Contrairement au modèle de Norbert Elias d'une civilisation progressive des comportements sociaux, cette transformation de l'espace public ­ l'auberge cédant la place au siège du gouverneur qui devient le lieu charnière de l'État moderne ­ n'apaise guère la violence, délibérée, des mœurs, surtout pas envers des femmes à statut socialement faible. Le pouvoir de Vienne sur la contrée lointaine de Triberg se constitue par l'arrangement avec les exigences du moment, par la flexibilité même par laquelle les habitants du lieu agissent dans le cadre des changements structurels. « Ce qui, dans la perspective du centre, se présentait comme une administration laxiste, [...] s'avère dans la perspective de Triberg comme un rééquilibrage diplomatique permanent [...] directement dicté par la situation à l'intérieur du domaine » (p. 253). Voilà le paradoxe de l'affirmation de l'État moderne : malgré le faible impact de Vienne sur Triberg, toujours médiatisé selon des enjeux locaux, le pouvoir du centre finit néanmoins par s'installer sans jamais avoir été imposé « d'en haut ». L'État arrive à Triberg non pas sous forme d'une discipline renforcée, mais par bribes, répondant au jeu complexe de forces souvent contradictoires sur place.

3Dans un langage clair et précis, Michaela Hohkamp propose une compréhension plus affinée d'une question toujours d'actualité, celle du fonctionnement de l'exercice du pouvoir, dans sa dimension sexuée, en nous invitant à regarder de près les contradictions l'histoire du progrès de la civilisation des mœurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ulrike KRAMPLE, « Michaela HOHKAMP, Herrschaft in der Herrschaft (Pouvoir local, pouvoir central). Die vorderösterreichische Obervogtei Triberg von 1737 bis 1780), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1998. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 16 | 2002, 16 | 2002, 318-320.

Référence électronique

Ulrike KRAMPLE, « Michaela HOHKAMP, Herrschaft in der Herrschaft (Pouvoir local, pouvoir central). Die vorderösterreichische Obervogtei Triberg von 1737 bis 1780), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1998. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 16 | 2002, mis en ligne le 11 mars 2003, consulté le 26 juin 2017. URL : http://clio.revues.org/51 ; DOI : 10.4000/clio.51

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page