Navigation – Plan du site
CLIO a lu

Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Tome V : Les protestants

Gabrielle CADIER-REY
Référence(s) :

André Encrevé (dir.), Beauchesne, 1993, 534 p.

Texte intégral

1Le but de cette collection est de mettre en lumière la personnalité des principaux acteurs de la vie religieuse en France entre 1805 et 1962. Ce sont des volumes thématiques : les Jésuites, les Protestants… ou consacrés à des régions. Le volume sur les protestants comprend 550 notices bibliographiques : 523 hommes et 27 femmes, soit 4,9 %. Certes c’est la même proportion qu’à l’Assemblée Nationale en 1993, mais on peut quand même formuler quelques remarques. Les auteurs semblent répondre par anticipation lorsqu’ils écrivent que ce « chiffre ne reflète pas un quelconque parti pris… mais traduit la place assez mince laissée aux femmes dans l’Église avant 1962 ».

2En fait ce petit nombre correspond à un double parti pris. Le premier vient du fait que le comité qui fit le choix n’était composé que d’hommes apparemment peu soucieux de l’action spécifique des femmes. Qu’elles aient créé ou animé des œuvres de charité ou d’évangélisation, des institutions scolaires ou de persévérance, est dans la « nature féminine », donc normal, et on ne les remarque pas sauf quand il s’agit d’un nom célèbre. Ainsi l’Œuvre des Libérés de Saint-Lazare, que l’on peut replacer dans le grand combat abolitionniste mené par des protestantes - Joséphine Butler (GB), Émilie de Morsier (Suisse), Isabelle Bogelot et Mme Henri Mallet (France) - est seulement cité pour les visites qu’y fait Mme de Witt-Guizot. Isabelle Bogelot et son dévouement inlassable sont ignorés. Le deuxième parti pris, c’est de surestimer les pasteurs et d’oublier les paroissiens. 65 % des notices sont consacrées à des pasteurs qui, pour un certain nombre, se limitent à une succession de dates, de postes, sans que l’on comprenne leur apport personnel (J. A. Blachon, F. Bonnard, Th. Duproix, P. Enontre, …), alors que des femmes qui ont consacré leur vie à une œuvre sont ignorées : ainsi Jane Pannier, présidente de l’Alliance française des UCJF qui, avec Suzanne de Dietrich (Secrétaire générale de la Fédération Universelle des Associations Chrétiennes d’Étudiants), est à l’origine de la CIMADE (mais son mari, Jacques Pannier, a droit à une bonne page !) ; ou encore Claire Jullien, principale responsable en pleine guerre du Conseil protestant de la Jeunesse et du CPED, ou Elisabeth Fuchs, fondatrice du Foyer de la rue de Naples, etc. En plus, comme une des spécificités des femmes est de travailler en équipe, il est facile de ne pas voir leur action vraiment personnelle et de les « oublier ». Sont ignorées aussi les grandes figures protestantes qui, au début du XXe siècle, arrivent au féminisme par la philanthropie, pourtant à l’époque internationalement connues : Sarah Monod, première Présidente du Conseil National des Femmes Françaises (1901) et celles qui lui ont succédé : Julie Siegfried (1912), Avril de Sainte-Croix (1922) puis Lucie Chevalley.

3En somme les 27 femmes qui ont été sélectionnées peuvent être réparties en trois groupes : les fondatrices, Caroline Malvezin, Coraly Hinsch, Antoinette Butte… Les grandes dames du siècle dernier : Mme de Staël, la comtesse de Gasparin, les duchesses d’Orléans et de Broglie… Enfin, les incontournables du XXe siècle : Bertie Albrecht, Madeleine Barot, Francine Dumas, Suzette Doflo, Herrade Mehl, etc. Mais on peut regretter que soient restés dans l’ombre tant de dévouements de celles qui à l’Armée du Salut, dans les Écoles du Dimanche, dans les missions… ont été elles aussi de vrais témoins de la Parole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle CADIER-REY, « Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Tome V : Les protestants », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 2 | 1995, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 29 mai 2017. URL : http://clio.revues.org/508

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page