Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Compte-rendu sur le colloque L'Éducation des femmes en Europe et en Amérique du Nord, de la Renaissance à 1848 qui s'est déroulé à Lille du 28 au 31 mars 1996.

Frédérique VERRIER

Texte intégral

1Malgré la prédominance quantitative (15 interventions sur 25) et qualitative (les deux « astres » du colloque étant Ruth Perry et Claude Rawson), des anglicistes et dixhuitièmistes, la confrontation entre des approches disciplinaires et méthodologiques extrêmement différenciées constitua l'un des mérites majeurs du colloque. Effet, d'une part, du recrutement « pluri-disciplinaire » des communiquants (littéraires, historiens, philosophes, linguistes, civilisationnistes…), d'un cadre géographique1 et chronologique très ouvert, d'autre part, d'un thème ­ « l'éducation des femmes » ­ qui s'est avéré catalyseur et transversal sans être fourre-tout.

2Un certain nombre de figures d'éducateurs professionnels ou amateurs, ­ auteurs de projets réels ou fictifs ­ (Thomas More, Poullain de la Barre, Daniel Defoe, Lord Kames, Fénelon, Condorcet, l'abbé Pluche, Swift, Balzac…), d'éducatrices (Mary Astell, Madame de Lambert, Madame de Maintenon, Madame de Genlis, Madame Guizot, Charlotte Bronte, Jane Austen, Mary Wollstonecraft…), d'éduquées ou d'inéduquées, ont été passées en revue.

3Ces communications ont illustré le passage de l'éducation féminine comme anomalie ou exception à sa théorisation sous forme de projet ou de fiction, préalable à la normalisation et institutionnalisation (cf. Martine Sonnet). Le colloque par sa composition atteste un décloisonnement de la question féminine comme res historica, comme en témoignèrent les communications sur l'impact de l'Humanisme (Jean-Claude Margolin), du cartésianisme (Marcelle Maistre Welch) et de la philosophie des Lumières (Catherine Kintzler) sur la pédagogie féminine. Particulièrement ambitieux sur le plan méthodologique est le modèle mathématico-littéraire de « gender curriculum » proposé par George S. Rousseau, tandis que Ruth Perry substitue au rapport filial ou marital le rapport fraternel qu'elle illustre par des couples de frères et sœurs. D'autres communications ont illustré le lien entre éducation et écriture féminine : du paradoxe d'une écriture autobiographique asexuée et impersonnelle dans l'autobiographie spirituelle puritaine (Elisabeth Soubrenie), au « tabou de la publication » brisé par l'excentrique Margareth Cavendish (Line Cottegnies) en passant par les difficultés des dramaturges anglaises pour concilier pudeur féminine et succès théâtral (Angela Smallwoood).

4Le consensus sur l'intérêt de la question féminine ne signifie pas aplatissement. On relèvera, entre autres, la mise en question par Paul Denizot du lieu commun historiographique selon lequel le protestantisme aurait favorisé l'éducation féminine, l'invitation de Paul Levayer à démoraliser et à politiser les Liaisons dangereuses, tandis que Michèle Crogiez s'est essayée à nuancer l'image « antiféministe » d'un Rousseau, auteur d'un Émile et non d'une Sophie.

Haut de page

Notes

1 13 interventions sur la France, 2 sur l'Italie, 2 sur l'Allemagne, 1 sur la Hollande, 2 sur l'Espagne, 2 sur la Russie, 1 sur la Pologne, 1 sur le Mexique.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique VERRIER, « Compte-rendu sur le colloque L'Éducation des femmes en Europe et en Amérique du Nord, de la Renaissance à 1848 qui s'est déroulé à Lille du 28 au 31 mars 1996. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 4 | 1996, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://clio.revues.org/441 ; DOI : 10.4000/clio.441

Haut de page

Auteur

Frédérique VERRIER

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page