Navigation – Plan du site
Dossier

La guerre dans la famille

Nicole LORAUX

Résumés

L'étude porte sur la façon dont les Athéniens de l'époque classique ont pensé la guerre civile avec comme référence obligée l'affrontement entre oligarques et démocrates qui a déchiré leur cité à la fin du Ve siècle. Leur réflexion, comme en témoignent les syntagmes utilisés, est ambivalente. Lorsque la cité est conçue comme un phulon (la souche, la lignée), donc comme un groupe clos, la guerre civile est nommée en tant que telle : c'est la stasis emphylos, un affrontement interne engendré par la cité elle-même. Lorsque l'oikos (la maison, la famille) sert de support à la représentation de la cité assimilée au groupe des oikeioi (un signifiant qui oscille entre parents et intimes), le terme stasis est évité, au profit de polemos, le terme traditionnellement réservé à l'affrontement avec l'étranger. La guerre civile devient un oikeios polemos, une guerre à l'intérieur de la famille, une guerre à l'horizon de laquelle se profile une fête de la réconciliation. Faut-il en conclure que pour conjurer la guerre civile, il n'y a pas d'arme idéologique plus efficace que l'appel à la famille et à la parenté civique ? Au lendemain des affrontements sanglants de la fin du Ve siècle, l'imaginaire politique, nourri par le mythe de l'autochtonie (Erichthonios, le fondateur de la cité, est né de la terre et tous les Athéniens sont autochtones par hérédité), développe l'idée d'une parenté généralisée, unissant entre eux tous les citoyens. Il va de soi, même si le but recherché n'a jamais été exprimé, qu'une telle représentation est censée prévenir les risques de guerre civile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole LORAUX, « La guerre dans la famille », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 5 | 1997, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 16 août 2017. URL : http://clio.revues.org/407 ; DOI : 10.4000/clio.407

Haut de page

Auteur

Nicole LORAUX

Nicole LORAUX est directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (Histoire et anthropologie de la cité grecque). Elle a publié : L'Invention d'Athènes. Histoire de l'oraison funèbre dans la « cité classique », Mouton, 1981 (pour la nouvelle édition abrégée, Payot & Rivages, 1993) ; Les Enfants d'Athéna. Idées athéniennes sur la citoyenneté et la division des sexes, Maspéro, 1981 (pour la réédition, Seuil, 1990) ; Façons tragiques de tuer une femme, Hachette, 1985 ; Les expériences de Tirésias, le féminin et l'homme grec, Gallimard, 1989 ; Les mères en deuil, Seuil, 1990 ; Né de la terre. Mythe et politique à Athènes, Seuil, 1996. Un ouvrage sur la stasis est en cours de publication.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page