Navigation – Plan du site
CLIO a lu

Maria-Antonietta MACCIOCCHI, Eleonora. La vie passionnée d'Eleonora Fonseca Pimentel dans la Révolution napolitaine, Paris, éditions du félin, 1993, 381 p.

Catherine MARAND-FOUQUET

Texte intégral

1L'auteure, italienne antifasciste dès l'adolescence, ne cache pas, dans son introduction, qu'elle écrit ce livre « comme un récit à deux miroirs ». Intriguée dans son enfance par le personnage de la « savante et poétesse...martyre de la liberté » dont une plaque conserve, à Rome, le souvenir, elle s'identifie largement, devenue adulte, à celle qui dirige et rédige à Naples, sous la Révolution, il Monitore napoletano. Peu connue en France, l'héroïne de la révolution napolitaine, marquise révolutionnaire, bénéficie d'une notoriété plus grande en Italie, encore qu'elle soit absente de la Storia delle donne parue en 1990 chez Laterza, comme le remarque sa biographe. Après une étude de Benedetto Croce en 1943, Eleonora a retenu l'attention d'Annarita Buttafuoco qui lui a consacré un article très dense en 1977 (dans Donna Women Femme, n°3). Depuis, elle a bénéficié d'une importante citation dans Paroles oubliées, Les femmes et la construction de l'Etat-nation en France et en Italie (1789-1860) de Christiane Veauvy et Laura Pisano (Paris, Armand-Colin, 1997). Enfin, en 1998, un colloque lui a été consacré au Portugal, d'où sa famille est originaire.

2Pour écrire la vie mouvementée de son héroïne, née à Rome en 1752, pendue à Naples le 20 août 1799, Macciocchi a dépouillé des archives à Naples, Paris et Lisbonne. Elle a également utilisé les sources imprimées des deux siècles passés. Ce livre est destiné au grand public ; s'il indique une bonne part de la bibliographie dans ses notes et comporte un index, il ne donne pas la référence précise des sources archivistiques. Il passe allègrement de la citation à la reconstruction des dialogues. On ne peut dire tout à fait qu'il s'agit d'une biographie romancée, mais on peut parler d'une reconstruction qui s'appuie sur les expériences et la culture de l'auteure. Maria-Antonietta, visiblement éprise de celle qu'elle s'est choisie pour double, n'évite pas les accents hagiographiques. Elle frôle bien des fois l'anachronisme en torturant à sa guise la chronologie, et cherche à toute force des analogies qui correspondent à son idéologie. C'est ainsi qu'à propos de la révolution napolitaine elle se risque à écrire : « Le premier véritable théâtre de la Vendée se trouve à Naples, même si la Vendée française, si connue, l'a précédée de six ans » (p. 312). Elle maudit « pour toujours, non seulement les Bourbons, mais tous les Ruffo, et leurs armées de la foi ! Ils ont horriblement retardé l'avènement de la démocratie en Italie, et en Europe. » (p. 339).

3Livre passionné, livre partisan, il peut introduire à l'histoire de la « marquise jacobine » et de ses émules de la révolution napolitaine. Il renseigne assurément sur les émois et les engagements d'une professeure amoureuse de la Révolution vivant au XXe siècle, et sur sa vision de l'histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine MARAND-FOUQUET, « Maria-Antonietta MACCIOCCHI, Eleonora. La vie passionnée d'Eleonora Fonseca Pimentel dans la Révolution napolitaine, Paris, éditions du félin, 1993, 381 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 9 | 1999, mis en ligne le 21 mars 2003, consulté le 22 août 2017. URL : http://clio.revues.org/304

Haut de page

Auteur

Catherine MARAND-FOUQUET

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page