Navigation – Plan du site
Dossier

Des « femmes travesties » aux pratiques transgenres : repenser et queeriser le travestissement

Marie-Hélène BOURCIER

Résumés

Peut-on continuer à parler de « femmes travesties » sans questionner la construction à la fois hétérocentrée et masculine du travestisme, « perversion-inversion » essentiellement vestimentaire et qui n’a de sens que dans un régime hétéro-sexuel binaire établissant une continuité réglée entre sexe et genre, entre le sexe biologique, le masculin et le féminin ? En proposant un aperçu des différents modèles interprétatifs du travestisme : le modèle médical (les sexologues de la fin du XIXe et du XXe), le modèle féministe émancipationniste (Beauvoir), le modèle queer de la performativité (Butler), l’article retrace la généalogie des exclusions, des frontières et des délimitations oublieuses qu’entraîne une fidélité aux définitions disciplinaires ou idéologiques du « travestisme » des femmes. Parler de « pratiques transgenres » permettrait d’embrasser un plus grand nombre d’expressions de genres et de réévaluer la pseudo exceptionnalité du « travestisme ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Hélène BOURCIER, « Des « femmes travesties » aux pratiques transgenres : repenser et queeriser le travestissement », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 10 | 1999, mis en ligne le 08 février 2007, consulté le 22 mai 2017. URL : http://clio.revues.org/255 ; DOI : 10.4000/clio.255

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène BOURCIER

Marie-Hélène BOURCIER, normalienne, sociologue, a animé le séminaire Queer du Zoo, dont l’objectif est de diffuser savoirs et références relatifs à « la construction historique, sociale, politique et culturelle de l’homosexualité, de l’hétérosexualité et des genres » et de mettre en valeur « l’originalité de la pensée queer » et « la spécificité des points de vue gais, lesbiens ou trans ».

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page