Navigation – Plan du site
CLIO a lu

Des femmes et des livres. France et Espagnes XIVe-XVIIe siècles. Études réunies par Dominique de Courcelles et Carmen Val Julian. Études et rencontres, École des Chartes, Paris, 1999, 173 p.

Jean LEDUC

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble les communications présentées lors d'une Journée d'études organisée, le 30 avril 1998, par l'Ecole nationale des Chartes et l'Ecole normale supérieure de Saint-Cloud-Fontenay. Le rapport des femmes au livre y est envisagé sous plusieurs angles.

2Une partie de l'ouvrage envisage la femme comme lectrice, en Espagne et en Nouvelle Espagne, à la fin du Moyen Age et au début des Temps modernes. Les sources sont des inventaires. Les uns sont dressés après décès, tels ceux de quelques grandes dames ­ dont Isabelle de Castille et Jeanne la Folle (Araceli Guillaume-Alonso) ­ et ceux de femmes de Barcelone (Dominique de Courcelles, à partir des travaux de Manuel Peña). D'autres le sont lors des inspections des couvents (Pedro M. Catedra pour quatre couvents castillans des XIVe-XVIe siècles, Manuel Ramos Medina pour ceux de la Nouvelle Espagne du XVIe siècle). Dans les couvents, l'énorme majorité des livres est constituée d'ouvrages destinés à la lecture collective lors des offices ou des repas (livres liturgiques, règles et coutumes, vies de saints et de saintes) dont les listes témoignent d'un grand conformisme. Dans les bibliothèques des particulières, les livres d'heures dominent, les ouvrages profanes (auteurs antiques, poésie, romans de chevalerie) n'occupant une place significative que chez les souveraines ou les femmes de très haute noblesse. Sont aussi rappelés les débats de l'époque à propos de l'accès des femmes à la lecture. Margarete Zimmermann et Dominique de Courcelles évoquent quelques aspects de la « Querelle des femmes » qui se déroule du XVe au XVIIIe siècle et qui connaît depuis deux décennies un regain d'intérêt historiographique.

3La femme est aussi envisagée comme auteur. Ainsi Jean Balsamo s'attache aux dames des Roches (Madeleine et sa fille Catherine) qui publient à partir de 1578, une série d'ouvrages (Œuvres, Secondes Œuvres, Missives, etc.). Catherine participe à la Querelle des femmes en mettant en scène dans des Dialogues, publiés en 1583, deux pères et leurs deux filles disputant des mérites de la lecture pour les femmes. Divers livres rédigés par des femmes sont évoqués dans d'autres contributions. Manuel Ramos Medina mentionne ce qu'il appelle les « livres solitaires » rédigés par des religieuses : il s'agit, soit de compilations de leurs lectures ou de leurs autobiographies, souvent inspirées de Thérèse d'Avila, soit de chroniques qu'elles tiennent sur leur couvent. Leurs manuscrits sont conservés, après leur mort, dans la bibliothèque conventuelle (Manuel Ramos Medina).

4Les femmes jouent encore le rôle d'incitatrices à l'écriture et à la lecture. Elles tiennent des salons ou cercles littéraires. Telles, au XVe siècle, Beatriu de Pinos i Ballester qui diffuse à Barcelone les œuvres de R. Lulle ou inspirées par sa pensée, et Isabel de Villena, abbesse des Clarisses de Valence qui réunit dans son couvent un cénacle de religieuses et de femmes de la noblesse et est elle-même écrivaine (Dominique de Courcelles). Les femmes sont souvent dédicataires de livres, que l'auteur écrive spécialement à leur intention ou, plus généralement, à celle des femmes, ou qu'il veuille simplement les remercier de leur entremise dans l'édition de leurs ouvrages.

5Enfin les femmes éditent et vendent des livres ; Jean Balsamo rappelle le rôle de Marie de Gournay ­ par ailleurs écrivaine ­ dans l'édition de 1595 des Essais de Montaigne chez Abel L'Angelier. Annie Parent-Charon et Michel Simonin s'attachent aux destins de libraires parisiennes. Plusieurs de ces femmes, notamment à l'occasion de veuvages, sont de véritables chefs d'entreprise, telle Françoise de Louvain ­ épouse d'Abel L'Angelier ­ sa fille et sa petite-fille. Si Jean Balsamo étudie la politique éditoriale de L'Angelier, les deux autres auteurs de communications s'attachent aux libraires en tant que femmes d'affaires.

6Au total, des apports variés et érudits à un champ de recherches actuellement fréquenté (comme en témoignent les références bibliographiques présentées).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean LEDUC, « Des femmes et des livres. France et Espagnes XIVe-XVIIe siècles. Études réunies par Dominique de Courcelles et Carmen Val Julian. Études et rencontres, École des Chartes, Paris, 1999, 173 p. », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 11 | 2000, mis en ligne le 20 mars 2003, consulté le 25 mars 2017. URL : http://clio.revues.org/226

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page