Navigation – Plan du site
CLIO a lu

Gisèle MATHIEU-CASTELLANI, La quenouille et la lyre, Paris, José Corti, 1998, 212 p.

Daniel FABRE

Texte intégral

1Prenant acte du fait que le XVIe siècle occidental est un moment fondateur de nouveaux savoirs et d'une nouvelle théorie du sujet, Gisèle Mathieu-Castellani a choisi de mettre en évidence en quoi la période a contribué à ouvrir le débat sur la “nature” et le rôle des femmes. Il ne s'agit pas ici de la condition des femmes réelles mais du foyer de discours qui se développe à leur sujet dans les milieux lettrés. Discours dans lesquels elle propose de distinguer d'une part les interventions dans le cadre dit de « la querelle des femmes » et, d'autre part, l'émergence moins d'une « écriture féminine » que d'un rapport féminin à l'écriture. D'où le titre et le plan de ce livre. La quenouille et la lyre sont les termes de l'alternative que contestent théoriquement les femmes de lettres et leurs défenseurs. Une première partie est consacrée à leurs arguments, elle reprend dans son titre la belle expression de Marguerite de Navarre et Marie de Gournay : « La cause des femmes ». Une deuxième partie ­ « La lyre de Sappho » ­ évoque la voix de la patrone féminine des poètes que la Renaissance venait de réinventer. Cinq chapitres dans chacun des deux volets présentent avec vivacité et élégance autant de variations sur le propos.

2Du premier ensemble je retiendrai la manière dont, s'agissant de définir l'accès des femmes à des pouvoirs qui leur étaient refusés, affleure à l'expression un système de coordonnées dont les anthropologues et les historiens ont pu vérifier la prégnance de longue durée dans les représentations européennes de la féminité commune. Une fois encore le caractère forcément énigmatique et « bon à penser » du lieu commun est ici mis en évidence. Trois thèmes cruciaux s'imposent à l'attention : la discussion sur la place et la part des femmes dans le schéma cosmologique des quatre éléments et des quatre qualités ; l'anthithèse entre le fuseau et la plume, l'acte de filer et celui d'écrire ; l'équivalence posée entre les enfants, les écrits et les bijoux.

3La seconde partie rassemble des essais qui tentent, prudemment, de repérer l'émergence d'un rapport spécifique à l'écriture chez les femmes auteurs du XVIe siècle. La circonspection de Gisèle Mathieu-Castellani se traduit dans le fait qu'elle problématise véritablement la question. Comment, en effet, détecter dans les textes narratifs ou poétiques de cette époque une spécificité féminine alors que la règle d'or de toute la production lettrée est la fidélité au modèle, la variation virtuose sur des thèmes convenus ? La situation très minoritaire des femmes peut même laisser supposer (et redouter) une obéissance plus servile encore aux schèmes rhétoriques dominants. De fait il n'en est pas ainsi. Ce n'est pas tant dans le choix des sujets que les femmes affirment leur expérience particulière mais dans des écarts de leur énonciation et c'est à partir de là que s'amorce, chez les plus libres et les plus talentueuses, une distance à l'égard des stéréotypes. Le discours amoureux, par l'inversion des positions qu'il implique lorsqu'il est proféré par une femme, est, chez Pernette du Guillet ou Louise Labé, la voie par laquelle les femmes s'approprient ­ le terme revient avec insistance sous la plume de Gisèle Mathieu-Castellani ­ pleinement la littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel FABRE, « Gisèle MATHIEU-CASTELLANI, La quenouille et la lyre, Paris, José Corti, 1998, 212 p. », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 11 | 2000, mis en ligne le 20 mars 2003, consulté le 21 août 2017. URL : http://clio.revues.org/220

Haut de page

Auteur

Daniel FABRE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page