Navigation – Plan du site
CLIO a lu

Meike LAUGGAS, Mädchenbildung bildet Mädchen. Eine Geschichte des Begriffs und der Konstruktionen (La formation des filles crée les filles. Une histoire de la notion et des constructions), Milena, Feministische Theorie, vol. 40, Vienne, 2000, 240 p.

Ulrike KRAMPLE

Texte intégral

1Depuis une dizaine d'années, l'histoire des femmes germanophone, la Frauen- und Geschlechtergeschichte, a commencé à s'intéresser de plus près à l'éducation des femmes, à commencer par des études sur la féminisation de l'enseignement primaire au XIXe siècle, l'accès retardé des femmes aux études supérieures (en 1899 en Autriche), et finalement à l'éducation des jeunes filles, parallèlement et faisant suite à des recherches sociologiques, pédagogiques et psychologiques sur la socialisation sexuée des enfants. Mais faisant suite aussi au second mouvement féministe des années 1970 très attentif aux questions de socialisation, de violence, et, plus particulièrment, de violence par le langage1. C'est dans ce double cadre que s'inscrit le livre très original de la jeune historienne italienne germanophone Meike Lauggas.

2Le point de départ de Meike Lauggas, universitaire et militante féministe, était d'étudier l'enseignement dispensé aux jeunes filles au XVIIIe siècle dans la monarchie des Habsbourg. Les archives de la Studienhofkommission, l'administration impériale chargée de l'enseignement, fondée en 1760 qui succède à la compétence ecclésiastique en la matière, constituent la source principale de ce travail. Elles embrassent la période 1760-1792, époque du grand projet de réformes sociales et institutionnelles entrepris par Marie-Thérèse et Joseph II, aboutissant en 1774 à l'introduction d'une scolarité obligatoire de cinq ans, souvent assurée par des religieux, dans toute l'étendue de la monarchie. Au cours de la lecture de ces documents, l'attention de l'historienne est retenue par la grande variabilité de l'orthographe de ce que nous appelons aujourd'hui Mädchen (la jeune fille) dont Mägdlein, Mädel, Mägden, Magdgen etc., contrastant ainsi avec l'orthographe relativement stable de ces textes administratifs dans leur ensemble. Pourquoi cette incertitude dans la dénomination ? La définition de la « jeune fille », serait-elle moins évidente qu'elle n'apparaît au premier abord ? Le mot Mädchen dans ses multiples variantes et synonymes devient « pierre d'achoppement » (20) et incite l'auteur à une réorientation méthodologique. Son regard délaisse ainsi le champs d'une histoire de l'éducation proprement dite pour croiser étymologie, sémantique historique, histoire des mentalités, histoire des rapports sociaux des sexes et critique féministe du langage. Aux textes d'archives se joignent dictionnaires, écrits pédagogiques et débats sur la formalisation de l'allemand écrit au XVIIIe siècle, complétés par les échos féministes actuels concernant la socialisation des jeunes filles. C'est le mot Mädchen « en tant que construction lingustique liée à ses significations sociales [mais aussi] en tant qu'actrices dans le contexte des perceptions historiques » (12) qui devient l'objet même de cette entreprise.

3En effet, des onze manières d'écrire le mot, à présent nous n'en connaissons qu'une seule, celle de Mädchen. Tandis que le garçon est désigné par des termes propres jusqu'à aujourd'hui (Junge, Knabe), Mädchen est un diminutif dérivé du mot Magd. Etymologiquement, Magd, depuis le IXe siècle, désignait à la fois la servante, la pucelle et la jeune fille. Ce n'est que dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, que l'usage de différents diminutifs se fait jour, et c'est celui du langage écrit au suffixe -chen qui l'emporte, notamment contre l'usage oral des dialectes autrichiens qui très probablement l'ignore. Cette transformation grammaticale a pour corollaire non seulement une « diminution », mais aussi le changement du genre grammatical du féminin (die Magd) au neutre (das Mädchen), suggérant une sorte de « chosification ».

4La deuxième moitié du XVIIIe siècle est bien sûr aussi le moment où l'enfance, dans ses perceptions et les rôles, s'apprête à prendre un nouveau sens. L'enfance devient désormais une période de vie autonome d'un groupe d'âge déjà capable de travailler mais pas encore majeur. La nouvelle vision de cet âge est ambiguë : d'une part, déficitaire (ce que l'enfant ne sait pas) et pour cela, d'autre part, doté d'un grand potentiel d'apprentissage. Mais, on le sait, dans le cadre des changements majeurs de la fin du XVIIIe siècle, l'industrialisation naissante introduisant une distinction entre le travail salarié masculin en dehors du foyer familial et les « occupations » féminines à la maison, l'égalité sur fond d'exclusion des femmes de l'espace public et politique, instaurant de nouveaux paramètres de la différence des sexes, les choses se passent différemment pour les femmes ­ et donc, à « petite échelle » aussi pour les filles.

5La sémantique historique élaborée par Reinhart Koselleck et Lucian Hölscher à l'appui, l'historienne peut comprendre Mädchen comme notion et non pas comme simple mot, c'est-à-dire tant comme indicateur d'un état des choses que comme l'un des facteurs de celui-ci, mais aussi comme ayant un impact sur l'avenir, orientant les pensées, les discours, les perceptions des contemporains, chargée de significations spécifiques. C'est notamment en explorant le champ sémantique de Mädchen (22 sq.) que Meike Lauggas parvient à déceler ses spécificités paradoxales: les définitions et paraphrases de l'enfance des Mädchen, terme inédit choisi pour désigner désormais l'enfance féminine, se réfèrent pour la plupart à celles de la féminité adulte fondée sur les rôles d'épouse et de mère. La nouvelle manière de distinguer les étapes de la vie ne semble pas concerner les filles. Au contraire, chez les Mädchen, « la » féminité serait déjà en germe n'attendant que son épanouissement et à laquelle un curriculum spécifique, d'ailleurs socialement hiérarchisé, les prépare tant moralement que physiquement ­ dans les archives, il n'est pas rare de trouver l'appellation de « futures mères ». Les Mädchen, semble-t-il, ne sont pas des enfants au même titre que les garçons, mais avant tout des « petites femmes » (indiqué par le diminutif) calquées sur le modèle de leurs mères, donc aussi dépourvues d'existence propre (indiqué par la neutralisation grammaticale) puisque toujours tournées vers quelqu'un d'autre, vers le mari et vers les enfants de préférence. Clairement sexuées comme femmes par référence à la procréation, elles sont d'autant plus clairement soumises à l'impératif de la pureté. Si, des connotations du mot d'origine Magd, se maintiennent celles de la virginité et de jeune âge féminin, la dimension du travail (la servante), en revanche, s'en trouve évincée, l'activité laborieuse étant remplacée par l'apprentissage scolaire. L'enfance moderne qui se présente comme concept bourgeois entre travail populaire et oisiveté aristocratique (97) mettra néanmoins du temps à s'imposer, comme le montrent les nombreux enfants « servant » dans les manufactures et usines du XIXe siècle.

6La mise en discours de l'enfance féminine dans le cadre de l'administration scolaire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle donne aux Mädchen une visibilité inédite (179) tout en les figeant, contrairement aux garçons, dans une sorte de non-état régi par la même dépendance que les femmes adultes, celles que leurs filles ­ « naturellement » ­ seront un jour. L'enfance est masculine et l'enfance féminine n'a pas lieu d'être puisque celle-ci est toujours une variante de la féminité tout court. Et c'est pour cela qu'elles vont à l'école comme les garçons et pas tout à fait comme eux.

7Aujourd'hui encore, ces contradictions de l'image de la « petite femme » (grammaticalement) neutre qui doit apprendre ce que, par nature, elle est déjà, nous donnent du fil à retordre. C'est notamment contre le statut passif et dépendant auquel leur appellation même réduit ­ ou « diminue » ­ les filles que s'insurgent depuis une vingtaine d'années des critiques féministes proposant diverses politiques féministes2. Contradictions qui anéantissent, comme disent certaines, mais aussi contradictions qui s'approprient. Dans le sillage du second mouvement féministe, une nouvelle prise de conscience s'est fait sentir chez les jeunes filles et par rapport à elles, produisant pédagogies féministes, réflexions critiques sur la co-éducation ou l'expression artistique et sociale dont la culture des girlies3 des années 1990 est l'exemple phare.

8Ceci n'est pas seulement un livre sur les jeunes filles, mais il leur est aussi adressé. Dans un style clair et rigoureux, Meike Lauggas cherche explicitement à rendre accessible son cheminement intellectuel complexe à un public au-delà des universités. Lectrices et lecteurs intéressés peuvent ainsi trouver en annexe le répertoire de quelques deux cents adresses d'institutions et d'initiatives sociales et culturelles (Autriche, Allemagne, Suisse) destinées aux jeunes filles.

9Ce qui est visible aujourd'hui ne l'est pas toujours aux siècles passés et l'on regrette de ne pas pouvoir mieux connaître la vie de tous les jours et les regards de ces Mädchen du XVIIIe siècle ; peut-être retrouvera-t-on un jour d'autres archives. Il serait important d'élargir l'interrogation esquissée par l'auteur, d'apprendre davantage sur les jeux et les enjeux des différenciations, dans d'autres contextes (médecine, droit, politique, travail, représentations artisti-ques) et dans d'autres langues, entre âges, sexes et états sociaux; il serait notamment instructif d'examiner de plus près les usages de Fräulein, l'appellation antérieure au terme de Mädchen et exclusivement réservée aux jeunes aris-tocrates. Une autre question concernerait les nouvelles frontières qui séparent l'enfance de la jeune enfance d'une part, et de l'adolescence (ou jeunesse) de l'autre4. Il serait également intéressant de poursuivre, en amont, les liens de la nouvelle catégorie de Mädchen avec les féminismes naissants du XIXe siècle, la diversification progressive de l'enseignement, la féminisation de la profession, les tensions entre égalité et différence etc., et, en aval, de scruter plus préci-sément la pluralité des enfances et de leurs significations à l'époque moderne.

10Si, aujourd'hui, le terme de Mädchen nous paraît le plus « naturel » possible pour parler de l'enfance féminine ­ voire de femmes adultes ­, cette étude très suggestive nous montre non seulement qu'il a une histoire controversée, mais surtout que l'institutionalisation de l'enseignement au XVIIIe siècle sous la houlette de l'Etat marque une étape fondamentale dans l'institutionnali-sation de la différence des sexes dont les effets sont sensibles loin au-delà des salles de classes. Le livre de Meike Lauggas propose en effet l'ébauche d'une sémantique historique féministe de ce que l'on pourrait appeller des « mentalités contradictoires » : en prenant les mots au pied de la lettre, elle invite à approfondir un regard original sur l'histoire politique, institutionnelle et sociale de la naissance des catégories, chargées de significations distinctives et discriminatoires, qui forgent la réalité de notre perception du monde ­ et celle de nous-mêmes.

Haut de page

Notes

1 Sur l'éducation et l'histoire sociale des femmes et des jeunes filles : Elke Kleinau et Claudia Opitz (dir.), Geschichte der Mädchen- und Frauenbildung, 2 vol., Francfort-sur-le-Main/New York, Campus, 1996; Ilse Brehmer et Gertrud Simon (dir.), Geschichte der Frauenbildung in Österreich, Graz, Leykam, 1997; Christina Benninghaus et Kerstin Holtz (dir.), « Sag mir, wo die Mädchen sind... ». Beiträge zur Geschlechtergeschichte der Jugend, Cologne/Weimar/ Vienne, Böhlau, 1999 ; sur le sexisme du langage: Luise Pusch, Das Deutsche als Männersprache, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1984; Senta Trömel-Plötz (dir.), Gewalt durch Sprache. Die Vergewaltigung von Frauen in Gesprächen, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1984.
2 L'allemand s'est montré assez attentif aux inégalités inhérentes au langage (ou plus politiquement correct), tant en Allemagne qu'en Autriche. L'appellation Fräulein (Mademoiselle, littéralement la petite femme) n'ayant pas d'équivalent masculin (comme dans d'autres langues), aujourd'hui perçue comme dévalorisant a été supprimée en Autriche du langage officiel (formulaires, appels à candidature, etc.) dans les années 80 ; les annonces (d'emploi) publiées doivent employer des termes masculins et féminins, etc.
3 Traduit de l'anglais en allemand par « Görl-Kultur », Görl faisant allusion à Göre, la gamine insolente ; cf. Annette Baldauf et Katharina Weingartner (dir.), Lips. Tits. Hits. Power ? Feminismus und Popkultur, Vienne/Bolzano, folio, 1998.
4 Gabrielle Houbre, La discipline de l'amour : l'éducation sentimentale des filles et des garçons à l'âge du romantisme, Paris, 1997 : 25, a fait remarquer que le terme français d'adolescence ne se disait qu'au masculin, et cela depuis le XVIIe siècle ; Jean-Noël Luc, L'invention du jeune enfant au XIXe siècle. De la salle d'asile à l'école maternelle. Paris, Belin, 1997, souligne également l'importance de l'institutionalisation de l'enseignement.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ulrike KRAMPLE, « Meike LAUGGAS, Mädchenbildung bildet Mädchen. Eine Geschichte des Begriffs und der Konstruktionen (La formation des filles crée les filles. Une histoire de la notion et des constructions), Milena, Feministische Theorie, vol. 40, Vienne, 2000, 240 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 20 mars 2003, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://clio.revues.org/207

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page