Navigation – Plan du site
Informations et initiatives

Informations et initiatives

Florence ROCHEFORT
p. 293-310

Plan

Haut de page

Colloques

« Women Family, Private Life and Sexuality » Call for Papers. The next conference of the International Federation for Research in Women’s History 11-14 August 2003 in Queen’s University Belfast, Northern Ireland.

The conference organisers invite proposals for papers on any aspect of the history of women’s relationship and engagement with the family, private life and sexuality. Among themes which will be discussed are the impact on women’s lives of changing definitions of the family and private life ; the history of women’s relationship with the family in different cultures, religious groups and countries ; public and state policies on  women and sexuality, private life and the family ; the economic function of the family and women’s contribution to it ; perceptions of women’s sexuality and family role in legal and religious codes and practices ; and the historiographies of sexuality, private life, the family and women.

The conference organisers welcome proposals for panels and individual papers. In order to assist the research schedules of contributors, there will be two deadlines for submissions : 1 June 2002 and 1 November 2002. The selection committee will decide on proposals submitted by 1 June 2002 by 1 July 2002 and on those submitted from 1 June to 31 October by 1 December 2002. Proposals should include a short summary of the paper and a brief curriculum vitae for each contributor.

Address for Proposals :  IFRWH Conference 2003, School of Modern History, Queen’s University Belfast, Belfast BT7 1NN, Northern Ireland, United Kingdom. Phone : 028 90 245133 ; Fax : 028 90 314611 ; Email : history@qub.ac.uk ; Webpage: http://historians.ie/women

Colloque international (Maghreb/Europe du sud) « La question du ‘sujet féminin’ entre menaces, incertitudes et stratégies de liberté »

Les 13 mars, 14 mars et 15 mars 2003 matin, organisé en commun par la Maison des Sciences de l’Homme (Séminaire franco-italien « Femmes, espace, public et Etat-nation en France et en Italie (XIXe-XXe) », responsable Christiane Veauvy), l’Institut d’Etudes Européennes de Paris 8 et l’Institut Maghreb-Europe de Paris 8. Paris, 54 bd Raspail (salle 214).

Compte tenu du nombre restreint de places en salle 214, les personnes intéressées par le suivi des travaux de ce colloque, en liaison avec leurs propres recherches, doivent s’inscrire auprès de Marguerite Rollinde, Institut Maghreb/Europe, Université Paris8-Saint Denis, 2, rue de la Liberté, 93. (e.mail : mrollinde@univ-paris8.fr).

Fourth Avignon Conference on Slavery and Forced Labour « Women in Slavery - in honour of Suzanne Miers », Université d’Avignon 16-18 Octobre 2002.

It will examine the roles of women in slavery across all geographical regions of the world, in different systems of slavery (indigenous and imported) and over time periods from antiquity to contemporary times, as well as trades in female slaves and other means of acquiring them, and their tactics of ‘resistance’ and other accommodations to the positions in which they found themselves. Themes, within the relatively recent Atlantic experience of slavery, to be covered in the conference may include:

  • the economic importance and roles of the female slave (child and adult)

  • the sexual role of the female slave

  • slave relations : women-children ; female-female ; female-male

  • women and the ‘slave family’

  • slave women in the families of their masters

  • ideology, religion and the female slave

  •  ‘memory’ and the female slave

  • culture and the female slave

  • the female slave in literature

  • female resistance to slavery

  • the role of the female slave rebel (her status; her function; female-male rebel relations during revolt and in the rebel camp)

  • consequences of resistance for the female slave

  • gender issues across the slave/master divide.

However, participants are also invited to consider rethinking their planned presentations in the light of growing evidence from Asia, Africa, antiquity, and other slaving in world history that its practice focused more on females (and children) than the literature generally appreciates.  Is it within the reach of this conference to reformulate definitions and theory away from the still-usual reference to « the slave » as « him »?

Gwyn Campbell CAROME
UFR/SLA Université d’Avignon, 74 rue Louis Pasteur, 84029 Avignon Cedex 1
Tel : (+33) 04.90.16.27.18 ; Fax : (+33) 04.90.16.27.19
e.mail : gwyn.campbell@univ-avignon.fr / gcampb3195@aol.com

« Le Genre face aux mutations (Moyen-Age - XXe siècle) ». Colloque Université de Rennes du 26 au 28 septembre 2002

Jeudi 26 septembre

1ère séance : Des invariants aux prises avec la durée 10h 30-12h 30 Anne-Marie Sohn (Univ. Rouen), Chronologie et dialectique entre féminin et masculin (XIXe-XXe siècles), Hervé Martin (Univ. Rennes 2), L’éducation des jeunes filles à Notre-Dame de la Victoire de Morlaix à travers des cahiers de classe (1886-1887) ; archaïsme ou modernité ?, Michelle Zancarini-Fournel (IUFM Lyon), Mixité scolaire (XIXe-XXe), lieu de brouillage du Genre ?, Teresa Bertilotti (Université d’Essex), « Marianne va faire le shopping» : le Genre face aux mutations du métier d’historien (ne) dans les manuels scolaires.

2ème Séance : Normes et ajustements 14h-19h

L’ajustement des représentations 14h-16h Bernard Merdrignac (Univ. Rennes 2), Homo et virago : deux reflets de la femme dans l’hagiographie bretonne du haut moyen âge, Dominique Kalifa (Univ. Rennes 2), Enquête sociale et différence des sexes, Sylvie Steinberg Modélisations savantes de la différence des sexes de la Renaissance au milieu du XVIIe siècle, Nicole Edelman (Univ. Paris 10), Hypnose et hystérie : de constants réajustements des catégories femme/homme, Anne Carol (Univ. Aix Marseille 1), La médecine face à la nature féminine : mutations et rémanences, Florence Vienne (Institut Max Planche, Berlin), Andrologie et sciences raciales

L’invention des normes 16h 30-19h Jean-Christophe Cassard (UBO), En Bretagne au Moyen Âge, l’impensable sainteté féminine ?, Didier Panfili (Rennes), Femmes et réforme grégorienne en Bas-Quercy et Haut-Toulousain, Karine Lambert (Univ. Nice), Genre et transmission du patrimoine face aux mutations sociales et juridiques de l’aire méridionale, XVIIIe-XIXe, Ionela Baluta (Univ. Bucarest), Lois juridiques, lois sociales et identités de genre (seconde moitié du XIXe siècle roumain), Françoise Fortunet (Univ. Bourgogne), Regards sur un siècle de législation du travail des femmes. Régime juridique de droit commun ou régime d’exception ?

Vendredi 27 septembre

Le Genre face aux guerres 9h 30-12h 30

Sophie Cassagnes-Brouquet (Univ. Rennes 2), L’invention d’un nouveau thème iconographique, Les Neuf Preuses, dans le contexte de la Guerre de Cent Ans, Jacques Solé (Univ Pierre Mendès France, Grenoble), Les choix et le rôle religieux et politique des femmes de l’aristocratie française à l’époque des guerres civiles du XVIe siècle (1559-1598), Jean-Yves Le Naour (Univ. Toulouse-Le Mirail), Le héros, la putain et la femme honnête. La Première Guerre mondiale et les mutations du genre, Didier Guyvarc’h (IUFM Bretagne), La guerre de 14-18 et les représentations du féminin et du masculin en Bretagne, Cyril Olivier, Sexualités en recomposition dans la France des années noires. Pratiques et représentations, Marc Bergère (IHTP CNRS), Différence des sexes et répression judiciaire pour faits de collaboration : le genre à l’épreuve de l’occupation, approches comparées des deux guerres mondiales.

Après-Midi, deux ateliers en parallèle

Crises et révolutions 14h 30 - 18h 30

Nicole Dufournaud (EHESS), Les femmes face aux mutations économiques, politiques, religieuses et juridiques dans le duché de Bretagne au XVIe siècle,Eliane Viennot (Univ. St Etienne), L’invention de la loi salique et ses répercussions sur la scène politique de la Renaissance, Luisa Accati (Univ. Trieste), Le fils célibataire et le fils marié : le pape, le roi et leurs mères au XVIIe siècle, Fanny Cosandey (Paris), Les femmes en monarchie : épouses ou héritières, Darline Levy (Univ New York), Confusion de genre, identité citoyenne et droits politiques dans le « théâtre de justice » du Paris pré-révolutionnaire, Philippe Corno (Univ. Rennes 2), Hommes et femmes face au divorce dans le théâtre révolutionnaire : une redéfinition de la différenciation sexuelle, Jacques Guilhaumou (CNRS Marseille), L’exclusion des femmes du savoir politique pendant le Révolution française : de la vérité (Sieyès) à l’apparence, Gwénaël Murphy (EHESS), Mariage des religieuses pendant la Révolution, Martine Lapied (Univ. Aix Marseille), La fanatique révolutionnaire, réalité ou représentation ?

Le Genre face aux situations inédites 14h 30-18h 30

Monica Raisa Schpun (Univ. Milan), Le sexe de la ville, urbanisation et codes sexués à Sao Paulo dans les années 1920, Christophe Granger (Univ. Paris 1), Le genre prend-il des vacances ? Visions et divisions sexuelles face aux mutations du temps libre (1950-1975), Martine Cocaud (Univ. Rennes 2), Mutations technologiques, profils professionnels et féminité chez les agricultrices, Joana Maria Pedro (Univ. fédérale de Santa Catarine, Brésil), Contraception et changement de genre : Brésil/France (1960-1970), Laurence Tain (Univ. Lyon 2), Sexe, techniques et reproduction : nouvelles figures d’hommes et de femmes, Philippe Charrier (Univ. Pierre Mendès France, Grenoble), Genre et mutation dans le domaine professionnel : le cas des sages femmes hommes.

Samedi 28 septembre

Le Genre face aux mutations culturelles ? 9h 30-12h.

Claudie Martin-Ulrich (Univ. Pau et pays de l’Adour), Des princesses et des hommes de lettres à la Renaissance : des affinités électives ?, Catherine Goldstein (Univ. Paris Sud), Genre des mathématiques, genre des textes au XVIIe siècle, Isabelle Brouard (Univ. Rennes 2), Accès des femmes au monde littéraire et à l’écriture au XVIIIe siècle, Michèle Rio-Sarcey (Univ. Paris 8), Le féminin dans les discours politiques et littéraires de la première moitié du XIXe siècle, un genre très singulier.

Compte rendu du colloque « Genre et politique », IEP de Paris, 30-31 mai 2002 par Mathilde Dubesset (maîtresse de conférences, IEP Grenoble).

Le colloque qui s’est tenu à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris était une première et il convient de saluer l’événement. On saura gré à Janine Mossuz-Lavau, Christian Baudelot et Christine Bard d’avoir organisé cette manifestation. Le programme de ces deux journées était ambitieux, dense et les horizons disciplinaires très variés à tel point que les aspects proprement politiques de la question ont été finalement assez peu abordés. L’assistance était nombreuse, très largement féminine et l’on pouvait noter la présence de jeunes doctorant(e)s, un bon signe pour la vitalité de la recherche dans ce domaine. Les débats, riches et animés, ont montré la capacité des participant(e)s à dépasser les clivages de discipline, de points de vue et de positionnement respectif en particulier entre le monde de la recherche et les militantes et militants, la frontière n’étant d’ailleurs pas aussi nette. Parmi les points forts, on pourra retenir la mise au point utile sur la notion de genre acclimatée tardivement en France, concept fécond mais qui ne doit pas contribuer à marginaliser à nouveau les femmes comme l’on souligné certaines participantes. La nécessité de promouvoir et d’approfondir les échanges intellectuels sur cette question du genre entre chercheuses et chercheurs de pays et d’horizons culturels différents a été soulignée. On a noté que la science politique avait été l’une des disciplines les plus lentes à adopter et à travailler ce concept de genre. Concernant le féminisme et son histoire, l’importance des mobilisations féministes pour la mise en œuvre des changements dans les rapports entre les sexes appuyée sur toute une réflexion sur la construction du genre a été rappelée mais avec une invitation à opérer un retour critique sur cette histoire. A propos de l’actualité récente, le bilan de l’application de la loi devant mettre en œuvre la parité avait une tonalité critique : certes les élections municipales constituent une avancée - à nuancer quand on analyse de près les résultats - mais ce n’est pas du tout le cas des autres élections du printemps 2002, d’où la nécessité d’améliorer sensiblement cette loi « dite de la parité ». Si la réflexion sur les rapports entre genre et politique est désormais légitime dans le champ intellectuel, il reste à souhaiter que le prochain colloque sur ce thème se déroule dans un amphi de Science-Po et non dans la salle de réunion de l’Association française de Science Politique installée sous les toits de ce prestigieux lieu où la place manquait. Mais après tout l’assistance nombreuse et vivante à ce colloque témoigne de l’intérêt suscité par un thème qui représente un enjeu essentiel dans nos sociétés.

Séminaires

Séminaire pluridisciplinaire du DEA « Sociétés occidentales, temps, espaces, civilisations » option Sexes et Sociétés : « Hommes-femmes : identités et échanges », 2e année.

Responsables : Régine Dhoquois et Gabrielle Houbre (dhoquois@cicrp.jussieu.fr ; houbre@ccr.jussieu.fr).

Université Paris 7-Denis Diderot 2002-2003

Attention !  Le séminaire se déroule dans les nouveaux locaux de L’UFR GHSS dalle des Olympiades, 59 rue Nationale, 75013 Paris (entrée libre) mercredi 17h-19h, salle 014 (rez-de-chaussée)

30 octobre : - Régine Dhoquois (droit et sociologie ; université Paris 7) et Gabrielle Houbre (histoire ; université Paris 7-IUF) : présentation du séminaire.

Isabelle Ernot (thèse histoire Paris 7 ; IUFM Lyon), La hiérarchie du genre dans les écrits des historiennes au XIXe siècle.

6 novembre : Nancy Green (histoire ; EHESS), De l’immigré à l’immigrée.

13 novembre : Cécile Dauphin (histoire ; EHESS) et Danièle Poublan (histoire ; CNRS/EHESS), Pratiques épistolaires et imaginaire social.

20 novembre : Gabrielle Houbre, ‘Madame Isabelle, devant arriver incessamment à l’École de Cavalerie par ordre de M. le ministre de la Guerre...’ (1854).

27 novembre : Francine Muel Dreyfus (sociologie ; EHESS), L ’identité féminine : un genre politique ?

4 décembre : Maryse Jaspard (sociologie ; INED), Violences envers les femmes et rapports sociaux de sexe : réflexions autour des données de l’enquête Enveff.

11 décembre : Gilda Nicolau (droit ; université Paris 7), Feu sur l’autorité parentale.

18 décembre : Fani Carenco (thèse histoire Paris 7), Les actrices au travail : les femmes au centre de l’espace théâtral au XIXe siècle.

8 janvier : Serge Chaumier (sociologie ; université de Bourgogne), De la fusion à la fission dans les relations amoureuses.

15 janvier : Anne Hugon (histoire ; université de Grenoble-IUF), Obstétrique et pédiatrie en contexte colonial : métier d’homme ou métier de femme ? Le cas du Ghana dans l’entre-deux-guerres.

22 janvier : Evelyne Grossman (littérature ; université Paris 7), Masculin, féminin, neutre.

29 janvier : conclusion, Régine Dhoquois et Gabrielle Houbre

Le Groupe interdisciplinaire sur la mixité dans l’éducation

de l’université Marc Bloch-Strasbourg organise depuis deux ans un séminaire régulier. Ce séminaire accueille des doctorants et des collègues de disciplines variées (langues, histoire, mathématiques, sociologie). Le groupe prévoit la publication d’un ouvrage sur la mixité suite a l’organisation de deux tables rondes en 2001 et 2002. Pour plus d’informations sur les activités de ce groupe, contactez Rebecca Rogers  rrogers@umb.u-strasbg.fr.

Séminaire franco-italien « Femmes, espace, public et Etat-nation en France et en Italie (XIXe-XXe) », Responsable Christiane Veauvy.

Le séminaire se réunit à l’EHESS depuis 1998, avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme. A la suite de la collaboration qui s’est instaurée pendant plusieurs années avec le département d’histoire de l’Université de Cagliari, autour de la préparation de l’ouvrage de Laura Pisano et Christiane Veauvy, (Paroles oubliées. Les femmes et la construction de l’Etat-nation en France et en Italie  1789-1860, Armand Colin, « Références » Histoire, 1997 - 1ère éd. Rome, 1994), il est apparu que nombre de travaux italiens dans le champ de l’histoire des femmes (entendu au sens large du terme), n’ayant pas d’équivalent en France, y demeurent néanmoins ignorés faute de traductions. Le séminaire « parisien » s’est donné pour objet de faire connaître ces travaux, le plus possible en présence de leurs auteures, de les confronter avec les travaux français lorsque c’est possible et de susciter des débats à partir de ces différents apports. Calendrier prévu :

27 février 2003 (54 bd Raspail, 17 h 30-19h, salle 214 – suivi dans toute la mesure du possible d’un « pot » au fumoir, à côté de la cafétéria) :

- présentation par Laura Pisano, professeure, du Dizionario storico-biografico delle giornaliste italiane dall’700 a oggi (540 biographies), dont elle a dirigé l’élaboration et la réalisation dans le cadre de son séminaire de recherche en histoire du journalisme et de l’information (Université de Cagliari) ; cette présentation sera suivie d’un débat.

- synthèse des travaux du séminaire franco-italien (1998-2002) et leur discussion. Ces travaux vont faire l’objet d’un numéro des Cahiers de l’Institut d’Etudes Européennes de Paris 8 « Le fil d’Ariane » ; ce numéro devrait être paru pour la séance du 27 février.

Ce séminaire devrait maintenant s’ouvrir à une perspective « méditerranéenne » en histoire des femmes (toujours entendue au sens large du terme, dans l’interdisciplinarité). Année de transition, 2002-2003 comportera principalement, après la séance du 27 février, la tenue d’un colloque international (Maghreb/Europe du sud) sur le thème « La question du ‘sujet féminin’ entre menaces, incertitudes et stratégies de liberté », (voir colloque ci dessus).

Séminaire de Recherches Rapports sociaux de sexe dans le champ culturel «Émancipation sexuelle ou contrainte des corps ?» (2) 2002-2003

Responsables : Geneviève Sellier et Eliane Viennot. Université de Versailles/ Saint-Quentin Centre d’Histoire culturelle des sociétés contemporaines.Le séminaire se tient le vendredi de 17h à 19h une fois par mois  au Centre Universitaire de New York University 56 rue de Passy, 75016 Paris (Métro Muette).

Le sexe – et surtout le sexe « hors-normes » (mais, aujourd’hui, entre adultes consentants) – est à la mode. Il ne se passe pas un jour qu’on ne nous suggère, par la publicité, dans les colonnes de Libération ou du Monde, sur Arte ou sur M6, sans parler d’Internet, que la libération des pulsions, des identités sexuelles, est le Grand enjeu de la société d’aujourd’hui. Côté culture de masse, Loft Story, suivie par des milliers de jeunes des deux sexes, disséquée, commentée aussi bien dans des émissions graveleuses (l’affaire Skyrock) que dans des articles savants du Monde. Côté culture d’élite, le livre de Catherine Millet (accompagné de celui de Jacques Henric, présentant ses photos intimes) qui relate ses multiples expériences sexuelles : vendu à plus de 200.000 exemplaires, le livre franchit les barrières de classe, trône sur les présentoirs aussi bien à la librairie du Centre Pompidou que dans les relais de gare.

Loft Story, tout comme La Vie de Catherine M., sont perçus par beaucoup comme représentations et véhicules d’émancipation individuelle. Mais n’y a-t-il pas quelque raison de penser qu’il s’agit plutôt d’une nouvelle stratégie dans la construction du consommateur et de la consommatrice idéal-e, voire de l’être idéal, individualisé-e et individualiste, qui ne remet en cause ni les rapports de domination entre hommes et femmes, ni les rapports de domination tout court ?

Des femmes et des hommes, pourtant, cherchent à échapper à cette instrumentalisation de leur corps et de leur être, à tenir sur le sexe et l’érotisme un autre discours : un discours à vocation égalitaire, qui rende compte de leurs désirs aussi bien que de leurs efforts pour trouver les voies d’une authentique émancipation sexuelle. Comme le montrent les polémiques soulevées par des films comme A Vendre ou Baise-moi, l’entreprise est aussi malaisée à penser et à réaliser qu’à jauger, en raison de l’environnement social où elle prend place, mais aussi du poids des schémas culturels construits, en France tout particulièrement, autour des relations entre sexe et liberté. Ces efforts pourtant, existent, et il convient de forger un espace critique à leur réception, qui sorte de l’alternative « cela parle de sexe donc c’est formidable » versus « cela parle de sexe donc c’est méprisable ». Ces efforts ne datent du reste pas d’hier : les féministes que l’on a appelées Précieuses, celles qui ont connu le libertinage du siècle dit des Lumières, celles qu’on a pu dire « décadentes fin de siècle », et bien d’autres encore, ont souvent fait part de leur questionnement quant à l’émancipation des corps et à ses enjeux – même si leurs propos ne sont pas parvenus jusqu’à nous, ou du moins si déformés que nous ne les connaissons pas pour ce qu’ils étaient.

Nous nous proposons donc d’explorer cette année les discours culturels d’émancipation sexuelle au regard des aspirations à l’émancipation des femmes et à l’égalité entre les sexes.

Afin de conférer plus de cohérence au programme de notre séminaire, rappelons que nous étudions, non les faits sociaux « bruts » et leurs ramifications dans le réel, mais les représentations (celles de la culture d’élite comme de la culture de masse) de ces faits, ainsi que leurs interférences avec ces derniers. La prise en compte du contexte culturel de production des artefacts étudiés est donc indispensable ; celle de leur réception est souhaitable.

Calendrier

11 octobre 2002 : Florence Dupont (Paris 7) : La sexualité dans la Rome antique

15 novembre : Eliane Viennot (Saint-Étienne) : Un discours émancipé au seizième siècle : Les Comptes amoureux de «Jeanne Flore». Bilan d’une supercherie

13 décembre 2002 : séance sur l’amour courtois

10 janvier 2003 : Raphaëlle Legrand (Paris 4) : L’image des chanteuses d’opéra au dix-huitième siècle

14 mars 2003 : Olivier Blanc : Le libertinage dans la deuxième moitié du dix-huitièmesiècle

25 avril 2003 : Michel Brix (Namur) : Fourier, utopie amoureuse et libération sexuelle

16 mai 2002 : Christine Bard (Angers) : Une libération par le vêtement ? (France, 1890-1930)

14 juin 2003 : Journée d’études

*Michèle Brandini : Images du désir homosexuel féminin dans le cinéma contemporain

*Patricia Caillé (Strasbourg) : La réception critique française des films de femmes maghrébines

*Isabelle Charpentier (Versailles/ Saint-Quentin) : La réception critique de Passion simple d’Annie Ernaux

*Hélène Marquié (chorégraphe) : Représentations et discours sur les sexualités chez les chorégraphes contemporaines françaises

*Claudine Raynaud  (Tours): Réflexions croisées sur le devenir-image et la représentation de la sexualité en France et aux Etats-Unis

*Geneviève Sellier (Caen) : Images de la sexualité chez les cinéastes françaises contemporaines

*Images de la sexualité dans les séries américaines type Sex and the City (intervenant-e à préciser)

Contacts : Geneviève Sellier : sellier.g@wanadoo.fr (56 rue de Paradis, 75010 Paris) - Eliane Viennot : EViennot@aol.com (6 rue Jean Monnet, 94270 Le Kremlin Bicêtre)

Hommes, femmes, masculin, féminin : les usages du genre en histoire. Séminaire pluri-périodes sur le genre. Paris 1.

Année 2002 / 2003. Semestre 1, lundi 10h-12h, salle Perroy. Responsables : Isabelle Brian (moderniste), Didier Lett (médiéviste), Violaine Sebillotte (antiquiste), Geneviève Verdo (contemporanéiste)

- Le genre, une catégorie parmi d’autres

14 octobre - Présentation, historiographie, introduction aux catégories en histoire.

21 octobre - Engager les sciences et les techniques dans la question du genre : Delphine Gardey.

La « confusion des genres »

4 novembre - Présentation de travaux d’étudiants de l’an dernier.

18 novembre - La confusion des genres : Sylvie Steinberg.

25 novembre - Psychanalyse et histoire : père/mère ; masculin/féminin : Geneviève Delaisi.

- Des espaces et des genres

2 décembre – Genre et espaces dans la France moderne : Daniel Roche.

9 décembre – L’évidence des femmes au XIXe siècle : gender et espace public : Maïté Bouyssy.

- Les ruptures et la re-formulation des genres

16 décembre - Autour de la première guerre mondiale : Jean-Yves Le Naour.

6 janvier - Identités de genre et guerres au XXe siècle : Fabrice Virgili.

13 janvier - La Révolution française et le genre : Dominique Godineau.

« La Controverse des sexes »

séminaire de Geneviève Fraisse : de 15h à 17h les deuxième et quatrième vendredi de chaque mois de janvier à juin 2003. La première séance a lieu le 17 janvier 2003 à la Maison des Sciences de l’Homme, 105 boulevard Raspail 75006 PARIS, salle 4.

Séminaire doctoral Sexes et Genre

animé par Marlène Albert-Llorca, professeur d’ethnologie à l’UTM, Alain Ballabriga, helléniste, directeur de recherches au CNRS, Agnès Fine, historienne et anthropologue, directrice d’Etudes à l’EHESS

thème de l’année 2002-2003 : Amour et sexualité (suite)

Tous les jeudi entre 16h-18 heures, algeco de la Maison de la Recherche, Université de Toulouse-Le Mirail à partir du 5 décembre.

5 décembre : Serge Tcherkezoff, anthropologue, Directeur d’Etudes à l’EHESS « Qu’est-ce qu’un acte sexuel à Samoa » ?

12 décembre : Anne Richardot, maîtresse de conférence en littérature, Amiens : Le libertinage au XVIIIe siècle

19 décembre : Annie Paradis, anthropologue, chercheur associé au Centre d’anthropologie de Toulouse : Le corps et le coeur chez Mozart

9 janvier : Gabrielle Houbre, historienne, maîtresse de conférence à Paris 7 : Le sentiment amoureux à l’époque romantique

16 janvier : pause et discussion sur les conférences précédentes.

Pour avoir des renseignements sur les conférences suivantes s’adresser à Agnès Fine, afine@univ-tlse2.fr

Actualité sexuelle. Politiques et savoirs du genre, de la sexualité et de la filiation.

Animé par Eric Fassin, professeur agrégé à l’ENS, Paris, Michel Feher, philosophe, et Michel Tort, psychanalyste (Paris-VII). Séminaire hebdomadaire ouvert à tous : le mercredi de 14 à 16h, à partir du 6 novembre.

École normale supérieure, 48 bd Jourdan 75014 Paris, salle 8 (fassin@ens.fr ; secrétariat : 01 43 13 62 20)

Aujourd’hui en France, les questions sexuelles sont devenues des enjeux politiques explicites. Aux controverses qui ont accompagné les réformes du PACS, de la parité et de la transmission du nom, se sont ajoutés des différends à propos de la bioéthique, du harcèlement et des violences sexuelles, ou de la pornographie.

Cette actualité est l’effet d’une double politisation. D’une part, les questions sexuelles sont traversées par le politique. D’autre part, à l’inverse, les questions politiques sont traversées par le sexe. Le séminaire fera l’hypothèse que ce double mouvement correspond à deux moments, qui se sont succédé à intervalles rapprochés. A la fin des années 1990, l’enjeu était de modifier (ou non) les normes régissant les relations entre les sexes et les sexualités, à l’articulation de la vie publique et de la vie privée. En revanche, aujourd’hui, les polémiques émergentes concernent plutôt la relation existant (ou pas) entre les bouleversements de l’intimité qui, au cours des dernières décennies, ont affecté le genre, la sexualité, l’amour et la vie familiale, et les évolutions les plus inquiétantes de nos sociétés (montée des populismes ou sentiment d’insécurité), bref, l’impact présumé de l’évolution des rôles sexuels et parentaux sur la détérioration supposée du lien social.

Le séminaire testera cette hypothèse en étudiant au présent l’enchaînement des deux moments. On s’attachera à décrire les débats eux-mêmes et leur entrelacement, l’usage de disciplines comme la psychanalyse et l’anthropologie, ainsi qu’un ensemble de représentations littéraires ou cinématographiques. Enfin, on utilisera la comparaison avec d’autres pays, notamment les États-Unis, pour mieux faire ressortir la singularité des débats français.

Groupe de recherches sandiennes.

Responsables : José-Luis Diaz et Françoise Guyon

Les séances du séminaire se tiennent à la Bibliothèque XIXe siècle de l’Université Paris 7 - Denis Diderot Tour 55, Rez-de-Chaussée (en fait, 1er sous-sol, sous la « dalle »).

Le thème de la Journée d’étude de juin 2003 a été choisi lors de la précédente Journée d’étude sur « Le roman sandien après 1850 ». Les personnes désireuses d’intervenir sur ce thème sont invitées à nous proposer le titre et un bref descriptif de leur projet de communication.

16 novembre à 14h. Catherine Masson (Wellesley College,) Les préfaces de Théâtre de George Sand.

14 décembre 2002, 14 h. Caroline Babulle (Paris IV), Les lecteurs des romans de George Sand à travers leurs correspondances : vue d’ensemble.

22 mars 2003, 14 h Marie-Eve Thérenty (Montpellier), Poétique journalistique de George Sand (1830-1848).

21 juin 2003, 9h -18 h. Journée d’étude « Femme, féminin, féminisme chez George Sand ».

Contact : joseluisdiaz@wanadoo.fr

Groupe de travail pour la recherche interdisciplinaire sur le genre et les masculinités

(Arbeitskreis für interdisziplinaere Maenner- und Geschlechterfor-schung, AIM Gender) organise un colloque les 7-9 novembre 2002 à Stuttgart :  http://www.ruendal.de/aim/gender.html

Conférences

Les femmes pendant la Grande Guerre. Cours publics les mardis à 18h 30 Abbaye Saint Vincent, Le Mans.

5 novembre 2002 : Florence Rochefort, Les féminismes et l’Union sacrée pendant la Première Guerre mondiale, 12 novembre 2002 : Laura Lee Downs, Travailler en usine, travailler aux champs, 19 novembre 2002 : Colette Cosnier, L’itinéraire d’une pacifiste : Louise Bodin, rédactrice de la Voix des femmes, 26 novembre 2002 : Yvonne Knibielher, Les anges blancs : naissance difficile d’une profession féminine, 3 décembre 2002 : Jean-Louis Robert, Les femmes et le syndicalisme pendant la Première Guerre mondiale : l’impossible rencontre, 10 décembre 2002 : Jean-Yves Le Naour, Épouses, marraines et prostituées : le repos du guerrier, entre service social et condamnation morale, 17 décembre 2002 : Annette Becker, Se rappeler et oublier l’occupation : y a-t-il une spécificité du genre ?, 7 janvier 2002 : Stéphanie Petit, Les solitudes de la victoire : veuves de guerre et veuves blanches, 14 janvier 2003 : Pascale Prévost-Bault, Le service des enfants, 21 janvier 2003 : Anne Dopffer, Des Américaines en Picardie, aux sources de l’Humanitaire, 28 janvier 2003 : Françoise Thébaud, La Guerre et après ?, 4 février 2003 : Christine Bard, Les années folles : une femme émancipée ?

Organisation Contact : Evelyne Morin-Rotureau : Délégation aux Droits des femmes Sarthe 02 43 39 72 15.

Conférences débats 2002-2003 « Femmes & Hommes en Église, genre en christianisme», salle Lacordaire, 20 rue des Tanneries, 75013 Paris.

Mardi 12 novembre 2002 20 h. Conférence d’ouverture par Irène Théry, sociologue, directrice d’études à l’EHESS : Introduction aux études de genre et enjeu du questionnement dans le champ religieux.

Lundi 2 décembre 2002 20 h. Conférence-débat par le Professeur Urs von Arx de l’Université de Bern : Débat anthropologique et théologique ; Image de Dieu et genre, regards sur l’interprétation des données bibliques chez les Pères Grecs IIIe-VIe siècle.

Thèmes prévus 2003 : les femmes des premiers siècles chrétiens ; les arguments scripturaires de la non-ordination des femmes, exégèse et théologie ; l’écoféminisme, question posées à l’éthique, à la politique et à la théologie ; réalité paternelles aujourd’hui et image de la paternité de Dieu.

Contact : mtlunenchenu@ipoint.fr, site www.fhe.asso.fr

De nos correspondantes

Ingrid Galster : Les recherches sur les femmes et le genre en Allemagne

Un réseau de recherches sur les femmes existe en Allemagne depuis 1986 (Netzwerk Frauenforschung NRW). Il rassemble de nombreuses universités (Bielefeld, Bochum, Bonn, Dortmund, Duisburg, Düsseldorf, Essen, Cologne, Münster, Paderborn, Siegen) et plusieurs écoles supérieures. Il siège à l’université de Dortmund et édite un bulletin d’information. La coordination de ce réseau se fait à l´université de Dortmund.

Contacts : kortendiek@netzwerk-frauenforschung.de

ou caroline.filmon@freenet.de

Site www.raumplanung.uni-dortmund.de/fwr

Sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Recherche vient d’être édité un CD qui recense tous les projets de recherche sur les femmes et le genre : FemProject. Die Datenbank der Frauen-und Gender - Forschungsprojekte accessible online :

www.cews.uni-bonn.de/datenbank/femproject.html et www.sfs-dortmund.de. On peut aussi commander le CD-ROM chez Ursula Ammon à Dortmund: ammon@sfs-dortmund.de

Associations

Mnémosyne. Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre

a tenu le 5 octobre 2002 son assemblée générale et sa journée d’études « Le temps de l’action, les dynamiques associatives dans le développement de l’histoire des femmes et du genre ». Karen Offen a retracé l’historique de la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes (site www.historians.ie/women) depuis sa fondation. La fédération dont Mnémosyne est la représentante en France organise du 11 au 14 août 2003 un colloque sur « Women Family, Private Life and Sexuality » (voir ci dessus). Siân Reynolds a présenté le réseau britannique et le réseau écossais d’histoire des femmes. Elle a insisté sur les différences de contexte universitaires et politiques entre la France et le Royaume Uni qui différencient les stratégies de promotion de l’histoire des femmes et du genre. Elle a présenté les divers projets en cours présentés sur leur site (site : www.womenshitorynetwork.org). Michela de Giorgio a évoqué les dix ans d’activité de la Società Italiana delle Storiche, un réseau d’historiennes et d’histoire des femmes et a annoncé la parution de leur nouvelle revue Genesis (email : viella@flashnet.it). Françoise Thébaud a lu le texte envoyé par Maria Cid à propos de « La Associación Española de Investigación de Historia de las Mujeres ». Ces communications seront publiées dans le bulletin annuel de Mnémosyne en 2003, qu’on peut se procurer en adhérant à l’association. Le bulletin 2002 qui retrace l’historique de Mnémosyne et rassemble les 4 communications de la première journée d’étude « Profession : historienne ? » est encore disponible. Un bulletin d’adhésion est disponible sur le site de Mnémosyne : www.mnemosyne.asso.fr. Le site, créé et géré par Isabelle Ernot, contient nombre d’informations et de liens utiles concernant l’histoire des femmes et du genre en France et à l’étranger.

Contacts : Françoise Thébaud, présidente : françoise.thebaud@univ-avignon.fr

Pour obtenir les bulletins annuels, s’adresser à Rebecca Rogers (rrogers@umb.u-strasbg.fr) ou à la trésorière Evelyne Diebolt (ediebolt@noos.fr, 3 rue du Rataud, 75005 Paris).

Archives du féminisme.

L’association vient de tenir son assemblée générale à Paris le 12 octobre 2002, élisant un nouveau CA composé de Colette AVRANE, Christine BARD, Sylvie CHAPERON, Véronique FAU-VINCENTI, Françoise FLAMANT, Odile KRAKOVITCH, Annie METZ, Anne-Marie PAVILLARD, Christelle TARAUD ainsi que de Valérie NEVEU, conservatrice du Centre des archives du féminisme. L’association se félicite du travail de cette dernière à la BU d’Angers où plusieurs gros fonds d’archives sont arrivés et ont été sans tarder classés.

Les inventaires sont disponibles sur le site :

http://buweb.univ-angers.fr/EXTRANET/CAF/index.htm. On y trouve toutes les indications pour se rendre au CAF (Angers est à 1h30 en TGV de Paris).

Soulignons le beau travail réalisé par les étudiantes : Violaine Poubanne et Soizic Thuau ont classé le fonds Brunschvicg puis consacré la partie « Histoire » de leur mémoire de maîtrise, l’une aux groupe locaux de l’Union française pour le suffrage des femmes et l’autre à l’action de Cécile Brunschvicg au gouvernement, au sein du ministère de l’Education nationale. Aurélie Prinaon a, dans le cadre de son DESS d’Archivistique, classé le fonds Yvette Roudy. Le fonds du Conseil national des femmes françaises est actuellement en cours de classement (maîtrise d’Aude Moulon) ainsi que celui de l’Association des femmes journalistes (maîtrise d’Alexia Bernier). D’autres fonds d’archives arrivent à Angers, les dernières en date étant celles de Femme Avenir, une association féminine gaulliste.

Autre chantier de l’association : la réalisation d’un Guide des sources de l’histoire du féminisme en France depuis la Révolution. Cet important travail est mené en partenariat avec la Direction des Archives de France (Magali Lacousse se chargeant des archives publiques) et devrait être publié en 2004. Un comité de pilotage a été créé, formé de C. Bard, O. Krakovitch, A. Metz, M. Lacousse, E. Verry, M. Dreyfus, V. Neveu. Merci de prendre contact avec C. Bard si vous voulez participer à ce travail ou simplement signaler un fonds d’archives.

L’association vient de former une commission Archives audiovisuelles, et prépare une journée d’études Archives audiovisuelles et histoire du féminisme qui aura lieu en 2003, sans doute à la BNF.

Enfin, le site de l’association (http://buweb.univ-angers.fr/ARCHFEM/index.htm) devrait s’étoffer dans les mois qui viennent avec une très importante bibliographie sur le féminisme français. Petites annonces de recherche, résumés de travaux universitaires, critiques de livres ou de documentaires : à vos plumes…

Pour contacter le Centre des archives du féminisme :

Conservatrice : Valérie Neveu
Bibliothèque universitaire d’Angers
5 rue Le Notre 49045 Angers cedex
tel : 02 41 35 21 00
fax : 02 41 35 21 05
Valerie.Neveu@univ-angers.fr

Pour contacter l’association Archives du féminisme

Présidente : Christine Bard
1 square de Contades 49100 Angers
tel : 02 41 24 05 99
fax : 02 41 72 12 00
Christine.Bard@univ-angers.fr

La SIEFAR, Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime

créée à l’automne 2000 pour faire connaître et promouvoir les recherches sur les femmes de l’Ancien Régime français, développe (parmi d’autres outils de recherche, comme le Répertoire bibliographique des chercheuses et chercheurs du domaine, en ligne sur son site) un projet de Dictionnaire des femmes de l’Ancienne France. Celles-ci sont en effet généralement absentes des autres dictionnaires (au-delà des « grands noms »), ou alors évoquées de manière fantaisiste, voire malveillante.

Plusieurs caractéristiques de ce Dictionnaire en feront un objet unique :

* Il sera consultable gratuitement sur le site de l’association ;

* Il recensera les femmes, célèbres ou non, qui se sont illustrées ou méritent d’être connues dans quelque domaine que ce soit (politique, culture, science, arts, religion, société, économie…) et ayant vécu du Ve au XVIIIe siècle (de sainte Geneviève aux femmes nées en 1780), mais qui ont un rapport établi avec la France : Françaises exerçant une activité dans le royaume même (ou au moins en partie), étrangères s’exprimant en français, émigrées, missionnaires, traductrices… Les figures mythiques et les personnages littéraires sont exclus ;

* Ce dictionnaire comportera 1) des notices modernes, réalisées par les meilleur-e-s spécialistes actuel-le-s ; 2) des notices anciennes, issues de dictionnaires des XVIe, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, aujourd’hui très difficilement consultables ; 3) des notices «en construction», pour des femmes dont on sait très peu de choses mais qui paraissent avoir été importantes ou remarquables, et que d’éventuel-le-s visiteurs et visiteuses du site pourront compléter ;

* Il permettra d’effectuer des recherches spécifiques : trouver les enlumineuses, les historiennes, les soignantes, etc.

Ce dictionnaire permettra donc de disposer d’informations fiables et récentes, de suivre l’évolution de l’opinion sur les femmes les plus connues, et d’initier des recherches. Il sera ainsi un outil d’information et de travail pour divers types de publics ayant accès à Internet (chercheurs, enseignants, étudiants, lycéens et collégiens, institutions, grand public).

Moyens d’action et modalités de confection du dictionnaire :

Un Comité de Pilotage, composé de membres de la SIEFAR spécialistes de différents domaines et de différentes périodes, a été mis en place. Il supervise à la fois la production des nouvelles notices et la saisie des anciennes.

La rédaction des nouvelles notices est confiée aux meilleur-e-s expert-e-s (membres ou non de la SIEFAR) par le Comité de Pilotage. Chaque responsable de domaine ou de période gère le travail avec les collaboratrices et collaborateurs sollicité-e-s. Le Comité de Pilotage centralise les notices récoltées par chaque responsable et donne son aval pour leur mise en ligne. La rédaction de ces notices ne donne pas lieu à rémunération, mais celles-ci sont signées et datées par leurs auteur-e-s.

La saisie des anciennes notices sera assumée de deux manières : d’une part grâce à des collaborations entre membres de la SIEFAR (des enseignant-e-s donnant des notices à saisir à leurs étudiant-e-s, dans le cadre de maîtrises par exemple, la participation de ces étudiant-e-s étant signalée sur le site) ; d’autre part grâce aux subventions demandées à divers organismes pour financer ce travail, qui sera également confié à des étudiant-e-s spécialisé-e-s.

SIEFAR, 6 rue Jean Monnet, 94270 Le Kremlin-Bicêtre, France

siefar@aol.com ; http://siefar.femmes.free.fr

Le Réseau d’Information Sexualités et Sciences Sociales

coordonnée par Jérôme Courduriès et David Michels, diffuse un bulletin d’information. Pour communiquer documents et informations, joindre :

David Michels, Jérôme Courduriès, Centre d’anthropologie, 39 allée Jules Guesde  31000 Toulouse : jerome.toulouse@wanadoo.fr ; david.michels@free.fr

Rubrique informations et initiatives
s’adresser à Florence Rochefort
florence.rochefort@wanadoo.fr