Navigation – Plan du site
Clio a lu

Paola TABET, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque du féminisme, 2004, 207 p.

Félicie Drouilleau
p. 284-286

Texte intégral

1 Ethnologue, spécialiste des rapports sociaux de sexe et du racisme, Paola Tabet est notamment l’auteure de La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps paru aux éditions l’Harmattan en 1998. La promptitude, toute remarquable, avec laquelle La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel aura été traduit en français, tout comme l’introduction rapide et unanime de cet ouvrage, témoigne en elle même de la renommée dont jouit l’ethnologue italienne dans notre pays.

2 Ce livre attendu est de fait la compilation d’une série d’articles novateurs, parus entre 1987 et 20011, sur le thème des « relations sexuelles impliquant compensation »2. Dans un essai important – « Du don au tarif » –, Paola Tabet posait les premiers jalons analytiques de son étude. Aussi les travaux qui suivirent prirent-ils toute consistance et cohérence à l’aune de ce cadre théorique rigoureux. À son tour, la construction de La grande arnaque porte l’empreinte de ce trajet conceptuel particulier, les premiers chapitres en dessinant la trame. Au travers de ses réflexions, Paola Tabet propose une réponse à la question suivante, esquissée par B. Malinowski dans Les Argonautes du Pacifique (1922) : Pourquoi, aux Iles Trobriand (et à l’époque à laquelle Malinowski a enquêté), les actes sexuels impliquent-ils systématiquement un don-paiement des hommes aux femmes ? À l’aide d’un appareil comparatif ambitieux, l’auteur étend ce questionnement à l’ensemble des relations hétérosexuelles. Elle se demande alors si l’on peut affirmer que « l’échange économico-sexuel structure les relations sexuelles et la sexualité elle-même dans les rapports hétérosexuels ». S’appuyant à la fois sur un travail de terrain mené en 1986 à Niamey (Niger)3, et sur un vaste panel de sources ethnographiques et historiques4, Paola Tabet montre comment la division sexuelle du travail et l’accès différencié des hommes et des femmes aux ressources concourent à l’utilisation par les femmes de la sexualité comme monnaie d’échange – la seule dont elles puissent effectivement disposer. Dès lors les relations sexuelles prennent un relief tout asymétrique, devenant à la fois symbole et verrou de l’inégalité des sexes.

3 L’auteur complète et affine, ici, les positions de l’ethnologue américaine Jill Nash5. laquelle, à partir de l’étude de trois sociétés de Bougainville a en effet isolé, sous une catégorie unique, différentes formes d’échange « économico-sexuels » entre hommes et femmes, réintégrant ces données dans le système économique global. L’originalité de Paola Tabet est d’avoir assumé jusqu’à leurs termes les conclusions de ce modèle analytique – opérant notamment une déconstruction très intéressante du concept de prostitution. L’ensemble des échanges économico-sexuels comprend, en effet, toute une série de rapports qu’il serait bien réducteur de nommer prostitution. Dès lors, si le paiement ne permet pas d’amender les rapports vénaux, quelle en est donc la caractéristique première ? Pour l’ethnologue italienne, la prostitution n’est pas déterminée par un contenu particulier. Il s’agit bien plus d’une catégorie normative dont la fonction est d’énoncer les règles d’un usage légitime et illégitime du corps des femmes dans différentes sociétés. De cette manière, elle en conclut au peu de pertinence de l’utilisation du concept de prostitution en sciences sociales, au profit de celui d’échanges économico-sexuels, plus neutre.

4 Ces réflexions, déjà présentes dans « Du don au tarif », sont, dans La grande arnaque, renforcées et systématisées par leur intégration à une théorie des rapports de classes – « le plus complexe, le plus solide et le plus durable […] de toute l’histoire humaine, le rapport entre hommes et femmes ». Ce faisant, Paola Tabet complète et affine une pensée amorcée il y a plus de vingt ans. On retiendra, de cet ouvrage, sa portée novatrice et stimulante. Les nombreuses références ethnologiques et historiques permettent un point de vue comparatif large et éclairant. Toutefois, cette compilation manque parfois de « liant », et l’on regrettera par endroits la limpidité de ses précédents articles.

Haut de page

Notes

1  « Du don au tarif. Les relations sexuelles impliquant compensation » in Les Temps Modernes, n° 490, mai 1987 : 1-53 ; Étude sur les rapports sexuels contre compensation. Rapport présenté à l’UNESCO, Division des Droits de l’Homme et de la Paix, 1988 ; « Les dents de la prostituée : échange, négociation, choix dans les rapports économico-sexuels », in M.-C. Hurtig, M. Kail, H. Rouch (eds.), Sexe et Genre. De la hiérarchie entre les sexes, Paris, Éditions du CNRS, 1991 : 227-243 ; « La grande arnaque », Actuel Marx, n° 30, 2001.
2  Il s’agit là de la terminologie adoptée par l’auteur dès 1987. Depuis quelques années, elle lui préfère celle d’‘échanges économico-sexuels.
3  « Enquête sur les conditions socio-économiques et les stratégies de subsistance des femmes émigrées en ville », Recherche financée par l’ATP « recherches sur les femmes et recherches féministes », CNRS 1985-1988.
4  Principalement d’Afrique, mais aussi d’Asie, d’Amérique Latine ou encore d’Europe.
5  J. Nash, « Sex, Money, and the Status of Women in Aboriginal South Bougainville », in American Ethnologist, 8, 1, 1981 : 106-126.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Félicie Drouilleau, « Paola TABET, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque du féminisme, 2004, 207 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 22 | 2005, 22 | 2005, 284-286.

Référence électronique

Félicie Drouilleau, « Paola TABET, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque du féminisme, 2004, 207 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 22 | 2005, mis en ligne le 09 novembre 2006, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://clio.revues.org/1820

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page