Navigation – Plan du site
CLIO a lu

Bernadette AVON, À l’écoute du symptôme IVG. Accompagner la relation, Lyon, Chronique sociale, collection « Comprendre les personnes », 2004, 168 p.

Yvonne KNIBIEHLER
p. 312-313

Texte intégral

1La loi Veil du 17 janvier 1975 qui a autorisé, sous condition, l’interruption volontaire de grossesse, a trente ans. Le fait qu’elle ait été modifiée par la loi Aubry du 4 juillet 2001 révèle que les usagers, patientes et professionnels, ont eu le temps d’évaluer, à l’aune de leurs espérances, ses avantages et ses inconvénients. Elle pourrait constituer un objet d’étude pour les historien(ne)s du temps présent, qui analyseraient ses effets et ses conséquences : dans quelle mesure et de quelle manière a-t-elle transformé le rapport des femmes à leur sexualité, à leur désir d’enfant, à leurs proches (surtout à leur partenaire), aux institutions sanitaires et sociales ? Une telle investigation devrait prendre en compte les changements économiques et sociaux survenus en trente ans, ainsi que la diversité des conditions sociales. Bernadette Avon n’adopte pas une démarche historique. Conseillère familiale auprès du centre d’IVG d’une petite ville méridionale, sa formation et sa sensibilité la conduisent plutôt à penser en psychologue. Mais sa haute capacité d’écoute et d’empathie donne à ses observations une perspicacité, une densité qui en imposent. Elle a noté au jour le jour « ce que disent les femmes », et au delà elle a tenté de comprendre « ce que vivent les femmes ». Loin de se borner à présenter des « cas », elle s’efforce de donner à ses commentaires une portée générale.

2Le mot « symptôme », dans le titre, qualifie l’IVG comme signe de « détresse » plutôt que comme acte de liberté. C’était la justification originelle de la loi Veil, le mot détresse, vague à souhait, servant à couvrir et à cacher toutes les motivations possibles. Or, en trente ans, ces motivations se sont révélées, multipliées, transformées. La détresse exprime un « non désir d’enfant », en un temps où « le désir est devenu le maître mot en matière de sexualité et de transmission de la vie ». Même si le non désir était conscient avant la grossesse, c’est bel et bien la grossesse imprévue qui soudain le condense. Médecins et travailleurs sociaux constatent parfois que l’information sur la contraception est mal relayée par le système scolaire et par la médecine de ville ; les psy parlent d’actes manqués ou de « lapsus contraceptifs » ; les patientes déplorent un « accident » (le préservatif à craqué, le stérilet s’est déplacé, on a oublié la pilule). Bernadette Avon admet ces explications, mais elle en constate l’insuffisance. La détresse, dit-elle, préexiste souvent à la grossesse involontaire. Beaucoup de jeunes femmes souffrent d’isolement moral ; la contraception leur devient insupportable dés lors qu’elle sert à la jouissance d’un homme qui n’est pas ou n’est plus aimé ; l’IVG est souvent le symptôme d’un désaccord entre conjoints, elle marque une rupture. Cependant, du côté des jeunes filles, pour qui l’accès à la liberté sexuelle se révèle souvent chargé d’angoisse, l’IVG peut jouer le rôle d’un rite de passage.

3La loi Veil, pour ceux qui l’ont promulguée, devait d’abord mettre fin aux conséquences odieuses de l’avortement clandestin : mission accomplie tant bien que mal, dit Bernadette Avon. On attendait aussi qu’elle assure l’avènement de la femme sujet, libérée de l’antique loi du père et de l’obligation d’enfanter. Or on découvre aussi l’ambivalence du désir, l’imprévu des relations sexuelles, la faiblesse des rationalisations et les défaillances de la société. Dans un récent numéro de CLIO (n° 18, p. 301), Cyril Olivier, rendant compte de L’histoire de l’avortement (XIXe-XXe siècles) de Jean-Yves Le Naour et Catherine Valenti, regrettait que ces auteurs aient négligé d’observer la vie des femmes et appelait de ses voeux une Histoire des avortées. Le livre de Bernadette Avon, lucide, sensible, émouvant, donne envie de s’atteler à cette tâche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvonne KNIBIEHLER, « Bernadette AVON, À l’écoute du symptôme IVG. Accompagner la relation, Lyon, Chronique sociale, collection « Comprendre les personnes », 2004, 168 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 21 | 2005, 21 | 2005, 312-313.

Référence électronique

Yvonne KNIBIEHLER, « Bernadette AVON, À l’écoute du symptôme IVG. Accompagner la relation, Lyon, Chronique sociale, collection « Comprendre les personnes », 2004, 168 p. », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 21 | 2005, mis en ligne le 06 juin 2005, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://clio.revues.org/1490

Haut de page

Auteur

Yvonne KNIBIEHLER

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page