Skip to navigation – Site map
Actualité de la recherche

Le genre du nom dans l’Occident médiéval (vie-xie siècle)

Gender and name in medieval Western Europe (6th to 9th centuries)
Arnaud Lestremau
p. 199-221

Abstracts

Studies in anthropological onomastics generally take names as a guide to understanding social and cultural practices in a given community. The specific status of women in the Early Middle Ages suggests that their names might help us to understand their status. The sparse nature of the documentation does not make this easy. Nevertheless, by considering names, it is possible to analyse the role of women in kinship patterns: indeed, they had much more difficulties than men to transmit their names to their descendants and also to transmit the names of their forebears, except in cases of hypogamy. It would however be rash to assume the existence of radical differences betwen the names of men and women, and equally risky to attach gendered meaning to names.

Top of page

Excerpt

Outline

La rareté des femmes dans la documentation
La moindre transmission des noms féminins dans la parenté
Une anthroponymie sous domination masculine
Une onomastique sans enjeux et donc plus libre ?
Les causes du changement anthroponymique
Le nom, indicateur de vertus ou de valeurs féminines ?

First lines

Le roi Alfred épousa une femme de Mercie de noble famille, fille d’Æthelred Mucil, comte des Gaini. La mère de cette femme s’appelait Eadburh et elle était issue de la lignée des rois des Merciens

Dans cet extrait, Asser révèle toute l’ambiguïté qui entoure les noms féminins. Le biographe du roi Alfred (871-899) fait le choix d’escamoter le nom de la reine Ealhswith, qui est pourtant connu de sa source principale, et, dans le même temps, restitue le nom, inconnu par ailleurs, de sa mère, Eadburh, dans la mesure où son sang royal permet de conforter la puissance du roi et de légitimer ses descendants. C’est là tout le paradoxe qui entoure les femmes médiévales : elles sont mineures dans la société, mais peuvent être des pourvoyeuses de noblesse. À ce titre, leurs noms font parfois l’objet de louanges, mais ils sont souvent oubliés. Comment cela se traduit-il dans la documentation ? Comment les femmes reçoivent-elles et transmettent-elles du matériau onomastique ? Cette différence est-...

Top of page

References

Bibliographical reference

Arnaud Lestremau, « Le genre du nom dans l’Occident médiéval (vie-xie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 45 | 2017, 45 | 2017, 199-221.

Electronic reference

Arnaud Lestremau, « Le genre du nom dans l’Occident médiéval (vie-xie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 45 | 2017, Online since 01 May 2020, connection on 24 November 2017. URL : http://clio.revues.org/13562 ; DOI : 10.4000/clio.13562

Top of page

About the author

Arnaud Lestremau

Ancien élève de l’ENS-Lyon, agrégé d’histoire, docteur en histoire médiévale, est actuellement chercheur associé du LAMOP (UMR 8589, université Paris 1). Ses recherches portent notamment sur l’onomastique anglo-saxonne et, ce faisant, sur de nombreux thèmes adjacents, comme la parenté, la liturgie, la mémoire, l’ethnicité dans l’Europe septentrionale. Pour ce faire, il s’intéresse à la plupart des sources anglo-saxonnes, qu’elles soient diplomatiques, fiscales, narratives, liturgiques, numismatiques ou épigraphiques. Il s’est intéressé en particulier à la forme de la parenté dans l’Angleterre anglo-saxonne et à la transmission du nom au sein de la famille. Un autre aspect de ses recherches porte sur les relations entre Danois et Anglo-Saxons, sur les échanges culturels et les formes de médiation qui découlent de leurs rencontres. Il a publié en ce sens plusieurs articles, majoritairement dans des actes de colloques. Sa thèse est en cours de publication chez Brepols. arnaud.lestremau[@]wanadoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page