Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Quand le nom marital ne va plus de soi : naissance d’une réflexivité

When taking a husband’s surname is no longer automatic : the appearance of considered choice
Caroline Vasseur-Bovar
p. 185-198

Résumés

À partir d’une enquête par entretiens menée dans la région nantaise avec des femmes mariées d’âges différents, on a pu mettre en évidence les évolutions qui se sont produites en l’espace de deux à trois générations dans la pratique du nom marital et le sens qui lui est donné par les femmes mariées. Il montre comment l’adoption du nom marital, autrefois automatique et vécue dans une relative indifférence, tend à devenir aujourd’hui un choix réfléchi et investi de sens pour les femmes qui l’adoptent.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La loi et l’usage
Un non-choix
Un choix désormais clair
La gestion de deux noms
Porter le nom de ses enfants
Un cadeau au conjoint

Aperçu du texte

Selon Norbert Elias, « la plus grande révolution qu’ait connue notre civilisation occidentale depuis ses origines est, au xxe siècle, l’accession des femmes à une identité qui leur soit propre, ne dépendant plus de celle ni de leur père ni de leur mari ».

Comment comprendre dès lors que cette nouvelle « identité propre », puisse se concilier avec le maintien de la coutume qui voit l’épouse prendre le nom de son mari ? Nombre de mariées continuent en effet, aujourd’hui encore, à se rallier au port du nom marital. Une enquête Eurobaromètre de 1995 évaluait, à 98% la part des femmes mariées françaises utilisant le nom de leur mari, dont 7% en l’accolant à leur propre nom. Nous n’avons pas connaissance de statistiques récentes consacrées aux pratiques actuelles lors des mariages, mais, au vu des éléments recueillis dans notre enquête, l’adoption par les mariées du nom marital semble encore très fréquente. Rien n’aurait donc changé sur ce terrain, où survivrait, à travers l’imposition du...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Vasseur-Bovar, « Quand le nom marital ne va plus de soi : naissance d’une réflexivité », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, 45 | 2017, 185-198.

Référence électronique

Caroline Vasseur-Bovar, « Quand le nom marital ne va plus de soi : naissance d’une réflexivité », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://clio.revues.org/13553 ; DOI : 10.4000/clio.13553

Haut de page

Auteur

Caroline Vasseur-Bovar

Doctorante à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Elle prépare une thèse sous la direction d’Irène Théry et sous le titre provisoire « Les femmes et le nom qu’elles portent ». Sa recherche vise à comprendre les pratiques féminines actuelles de nomination en France ; elle porte sur les choix faits pour le nom marital et la transmission du nom aux enfants, choix qui peuvent varier selon les différents contextes et les relations dans lesquelles les femmes sont engagées. De formation initiale commerciale et comptable (HEC, expert-comptable diplômée), elle étudie la sociologie depuis 2008, parallèlement à une activité professionnelle de consultante, avec un cursus de second cycle suivi à l’université de Nantes. Les thèmes de recherche qu’elle souhaite développer portent sur l’agir féminin, ainsi que sur les questions d’identité comprise comme récit de soi. caroline.bovar[@]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page