Navigation – Plan du site
Dossier

Nommer son enfant lorsqu’on est deux parents du même sexe

The naming of children in same-sex families
Jérôme Courduriès
p. 151-169

Résumés

Le Code civil français, depuis juin 2013, permet aux couples de même sexe de se marier, d’adopter conjointement, et de recourir à l’adoption de l’enfant du conjoint. Malgré ces changements juridiques considérables, nombre de situations parentales sont difficilement prises en considération. Tel est le cas, par exemple, lorsque des couples de femmes recourent à une reproduction assistée avec don de sperme ou lorsque des couples d’hommes recourent à une gestation pour autrui, tous ces couples ayant élaboré conjointement le projet de fonder une famille. Le choix du nom de famille et du prénom de leur enfant est alors une occasion d’affirmer le statut parental des deux membres du couple de même sexe. L’examen précis de quelques situations laisse entrevoir les pratiques spécifiques de ces couples mais aussi les différences entre couples de pères et couples de mères. Si les enquêtes disponibles montrent qu’en France les mères se soucient rarement de transmettre leur nom à leur enfant, les mères lesbiennes y portent au contraire une grande attention et vont même jusqu’à quelquefois donner en premier le nom de la mère non biologique. Les familles qu’elles composent ont ceci de particulier qu’à condition que l’état civil le leur permette, elles favorisent la transmission des noms féminins.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Filiation et état civil dans les familles homoparentales
Des prénoms qui racontent les origines de l’enfant
Donner à ses enfants un double nom, l’inscrire dans ses deux lignées paternelles ou maternelles

Aperçu du texte

Depuis le 1er janvier 2005, en France, un enfant peut porter soit le nom de son père, soit le nom de sa mère, soit les deux, dans un ordre ou dans l’autre. Chacun des parents, s’il a deux noms, n’en transmet qu’un et le choix opéré pour le premier enfant vaut pour tous ceux qui suivront dans la fratrie. Auparavant, les enfants portaient le nom du père si les parents étaient mariés ou le nom de celui des parents l’ayant le premier reconnu s’ils ne l’étaient pas. Ces modalités sont d’ailleurs toujours celles par défaut lorsque les parents n’explicitent pas dans une déclaration conjointe auprès de l’officier de l’état civil leur choix que leur enfant porte le nom de la mère seulement ou leurs deux noms. Les mères célibataires ou mariées ont donc désormais la possibilité de transmettre leur nom, y compris lorsque l’enfant a un père. Ce changement apparaît comme un nouvel acquis de l’égalité croissante entre les mères et les pères. Outre cette égalité que la loi du 4 mars 2002 prolonge e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Courduriès, « Nommer son enfant lorsqu’on est deux parents du même sexe », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, 45 | 2017, 151-169.

Référence électronique

Jérôme Courduriès, « Nommer son enfant lorsqu’on est deux parents du même sexe », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://clio.revues.org/13533 ; DOI : 10.4000/clio.13533

Haut de page

Auteur

Jérôme Courduriès

Anthropologue, maître de conférences à l’université Toulouse Jean Jaurès, chercheur au LISST-CAS. Ses recherches s’inscrivent dans les domaines de l’anthropologie de la parenté et de l’anthropologie du genre. Après avoir travaillé sur la conjugalité homosexuelle masculine, il s’est intéressé à ce que l’homosexualité produit sur l’expérience de la parenté et travaille aujourd’hui sur la gestation pour autrui. Il a notamment publié Être en couple (gay). Conjugalité et homosexualité masculine en France, en 2011 aux Presses universitaires de Lyon ; « Ce que fabrique la gestation pour autrui. Les relations entre la femme porteuse, l’enfant et ses parents », Journal des anthropologues, n°144-145, 2016, p. 53-76 et il a coordonné avec Agnès Fine l’ouvrage collectif Homosexualité et parenté paru en 2014 chez Armand Colin. jerome.courduries[@]univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page