Navigation – Plan du site
Dossier

Hendl, Suessel, Putzlein. Les noms des femmes dans les communautés ashkénazes (xive-xve siècle)

Hendl, Suessel, Putzlein. Names of women in Ashkenazi communities (14th-15th century, Austria)
Martha Keil
p. 85-105

Résumés

Cet article traite de deux aspects de la nomination dans des communautés ashkénazes d’Autriche au Moyen Âge : d’une part, comme caractéristique identitaire quant à l’appartenance religieuse et, d’autre part, en relation avec le genre et l’assignation de genre. Diverses prescriptions juridiques et habitudes spécifiquement genrées pèsent en effet sur le port du nom : dans les sources historiques les hommes juifs sont repérés aussi bien par leur nom « sacré » hébreu que par leur prénom usuel, et éventuellement par un surnom, alors qu’on ne repère le plus souvent les femmes que par leur prénom usuel. Selon le droit juif, les hommes produisent dans leur nom hébreu le nom de leur père ; les matronymes ne sont que rarement donnés, et tout au plus avec le prénom usuel. Les femmes, en revanche, s’identifient par le nom de leur mari. Quant aux noms affectueux et aux noms usuels, ils sont très comparables chez les enfants masculins et féminins.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Nom sacré et prénom profane
Les surnoms d’après le père ou la mère
Surnoms de femmes
Les surnoms de lieux
Rachel et Maria : le nom comme marqueur religieux
Hendl, Suessel, Putzlein : nom et genre

Aperçu du texte

Hendl, Suessel et Putzlein, ces trois prénoms ne sont peut-être pas les noms que l’on attend dans un article sur l’onomastique juive médiévale. D’autres noms, à connotation hébraïque, seraient davantage prévisibles : les noms bibliques, par exemple, d’Abraham, Isaac, Jacob, Sara, Lea, Rebecca et Rachel, pour citer les exemples significatifs des trois patriarches et des quatre matriarches. Bien sûr, ces noms, et d’autres noms bibliques se rencontrent fréquemment au Moyen Âge ashkénaze dans l’Europe centrale germanophone. Pourtant, les Juifs et parfois les Juives avaient – et ont toujours, dans les milieux traditionnels – deux noms : un nom sacré hébraïque (en hébreu Shem ha-kodesh) et un nom usuel accompagné ou non d’un surnom (en hébreu Kinnuy). Parce que, à la fin du Moyen Âge, l’usage de noms associés au nom principal est une pratique déjà bien implantée, mais comme une certaine confusion règne dans les dénominations, je me suis décidée à distinguer du « nom hébreu », le « nom usu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martha Keil, « Hendl, Suessel, Putzlein. Les noms des femmes dans les communautés ashkénazes (xive-xve siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, 45 | 2017, 85-105.

Référence électronique

Martha Keil, « Hendl, Suessel, Putzlein. Les noms des femmes dans les communautés ashkénazes (xive-xve siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://clio.revues.org/13504 ; DOI : 10.4000/clio.13504

Haut de page

Auteur

Martha Keil

A étudié l’histoire et les études juives à Vienne et à Berlin. Son doctorat (1998) portait sur la communauté juive de Wiener Neustadt à la fin du Moyen Âge. Affiliée depuis 1988 à l’Institut d’histoire juive en Autriche (INJOEST) dont elle a été directrice adjointe de 1995 à 2004, puis chargée de la direction. Depuis 2016, elle est chef de projet pour les « Fragments hébreux médiévaux dans les bibliothèques autrichiennes » (www.hebraica.at). En 2007, elle a obtenu son habilitation à diriger des recherches sur l’histoire de l’Autriche et depuis 2016 elle est maître de recherches à l’Institut autrichien de recherches historiques, université de Vienne. Elle a récemment publié « What happened to the „New Christians“? The „Viennese Geserah“ of 1420/21 and the forced Baptism of the Jews », in Philippe Buc, Martha Keil, John Tolan (eds), Jews and Christians in Medieval Europe. The Historiographical Legacy of Bernhard Blumenkranz. Turnhout, Brepols, 2016 (Religion and Law in Medieval Christian and Muslim Societies, 7), p. 97-114. martha.keil[@]injoest.ac.at

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page