Skip to navigation – Site map
Dossier

Les patrons célestes des filles et des garçons au baptistère de Florence (xive-xve siècle)

Patron saints of girl and boy infants at the Florence Baptistery (14th to 15th century)
Christiane Klapisch-Zuber
p. 61-83

Abstracts

Did giving a saint’s name to a child at baptism signify a special link between one or both parents and the saint, or was it a way of establishing patronage between the saint and the baptised child? Did it mean proposing a moral and religious role-model for the child, in which case the Italian practice of feminizing the names of male saints appears at odds with this aspiration? Or did those who chose the name intend above all to honour the saint so as to receive in return « honour and profit » themselves, thus strengthening the link with the saint through the name they were bestowing on their child? This article draws on baptismal registers and family records from fourteenth- and fifteenth-century Florence, as a contribution to the debate on differences in naming practices between Mediterranean countries and those of further north in Europe.

Top of page

Excerpt

Outline

Une révolution inachevée
Les donneurs de nom
Ancêtres et saints
Des dévotions ciblées
Noms de saints altérés et noms de fantaisie pour les filles
Les noms de religion

First lines

Selon l’un de ses descendants qui vivait vers 1500, Bartolomeo fils de messire Maffeo Tedaldi († vers 1340) « eut trois fils mâles et onze filles à Pise [...] Entre autres filles, il en eut deux la même année, l’une le 5 mai 1306, puis [sa femme] en fit une autre le 30 août 1306 ; à la première il donna pour nom Pisa, peut-être pour s’attirer la bienveillance des Pisans ; à la seconde, il donna pour nom Fina, comme si, s’adressant à sa femme, il lui disait : “Après tant de filles, comme s’il ne te suffisait pas d’en avoir fait autant, tu m’en fais encore deux en quatre mois” ».

En attribuant à son ancêtre une irritation, qui lui paraissait légitime, le rédacteur de cette notice aurait pu s’aviser que la sainte Fina de San Gimignano, dont la réputation dépassait largement la ville où elle était morte, était une référence plus honorable que le mauvais jeu de mot qu’il attribuait au père, après avoir sans doute mal compris les dates de naissance des deux filles. Dans la mémoire familial...

Top of page

References

Bibliographical reference

Christiane Klapisch-Zuber, « Les patrons célestes des filles et des garçons au baptistère de Florence (xive-xve siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 45 | 2017, 45 | 2017, 61-83.

Electronic reference

Christiane Klapisch-Zuber, « Les patrons célestes des filles et des garçons au baptistère de Florence (xive-xve siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 45 | 2017, Online since 01 May 2020, connection on 22 November 2017. URL : http://clio.revues.org/13491 ; DOI : 10.4000/clio.13491

Top of page

About the author

Christiane Klapisch-Zuber

Directrice d’études honoraire à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Elle a publié de nombreuses études sur la population et la famille italiennes, dont (avec David Herlihy) Les Toscans et leurs familles (1978), et des essais sur les femmes dans l’Italie du Moyen Âge et de la Renaissance (La Maison et le nom. Stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaissance, 1990). Elle a coédité plusieurs ouvrages, dont l’Histoire de la famille (1986) ; l’Histoire des femmes en Occident, II : Le Moyen Âge (1991) ; la Storia delle donne in Italia. Storia del matrimonio (1996). Son dernier livre tente une confrontation entre images, textes, société et justice (Le Voleur de paradis. Le Bon larron dans l’art et la société, Alma éd., 2015). Klapisch[@]ehess.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page