Skip to navigation – Site map
Dossier

Nommer les prêtresses en Grèce ancienne (ve-ier siècle)

Naming priestesses in Ancient Greece
Marie Augier
p. 33-59

Abstracts

This article examines the ways in which women were given names in Ancient Greece, and how sex difference operated in the context of naming practices. It draws on epigraphs and in particular honorific decrees – texts carved in stone and often placed in public spaces – honouring a person for his/her actions benefiting the city. Women were chiefly honoured in this type of text if they held a religious position, such as priestess. Starting from an Athenian decree honouring a priestess by the name of Timokrite, this study will explore the role of gender, by examining the manner in which priestesses were chosen and asking what this procedure indicated about their status and function. It will show that certain women were able, in their role as priestess, to have citizen status and carry out the political functions of a magistrate.

Top of page

Excerpt

Outline

Un décret honorifique en l’honneur de la prêtresse Timokritè
Comment nommer Timokritè ?
Timokritè la prêtresse
Où joue le genre ?
Les décrets honorant des prêtresses avec leur époux : le cas de Zeuxion, un contre-exemple ?
Afficher le nom pour le louer : extension et pérennité d’une telle pratique

First lines

Dans son traité intitulé Économique, Xénophon passe sous silence le nom de l’épouse d’Ischomaque, cet Athénien qui lui sert à décrire le modèle du bon citoyen. Sa description du rôle complémentaire des époux dans le foyer reflète-t-elle l’idée que les citoyennes athéniennes n’avaient que peu de place en dehors de l’oikos et que leurs époux étaient chargés des relations avec l’extérieur ? Si l’on en croit David Schaps dans un article de la fin des années 1970, la retenue et l’anonymat de l’épouse sont liés à un code social et discursif : dans le cadre des plaidoyers, la bonne réputation des citoyens se construit sur celle des membres féminins de leur famille qui passe par l’effacement de leur nom personnel. Cependant, le contexte discursif fort complexe du texte de Xénophon, où sont enchâssées plusieurs discussions, et le caractère exemplaire du discours qui a pour but la définition de l’homme de bien ne permettent pas de généraliser le cas de la femme idéale d’Ischomaque.

Les études ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Marie Augier, « Nommer les prêtresses en Grèce ancienne (ve-ier siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 45 | 2017, 45 | 2017, 33-59.

Electronic reference

Marie Augier, « Nommer les prêtresses en Grèce ancienne (ve-ier siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 45 | 2017, Online since 01 May 2020, connection on 22 November 2017. URL : http://clio.revues.org/13480 ; DOI : 10.4000/clio.13480

Top of page

About the author

Marie Augier

Docteure en histoire grecque et agrégée de lettres classiques, est actuellement chercheuse associée au laboratoire ARCHIMEDE (UMR 7044, université de Strasbourg). Ses recherches portent sur les femmes, le genre et la religion en Grèce ancienne, notamment à partir de la documentation épigraphique. Elle travaille plus particulièrement sur les charges religieuses – comme la prêtrise – et sur l’évergétisme féminin. Un autre pan de ses recherches concerne la question de la souillure et des interdits rituels liés à l’impureté corporelle. Elle a publié plusieurs articles sur ces thématiques (Ktèma, Revue de philologie, Ellipses, Pallas, Presses universitaires de Rennes). marie.augier@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page