Navigation – Plan du site
Compléments en ligne : Clio a lu

Brigitte Hamann, Bertha von Suttner. Une vie pour la paix. Biographie, traduit de l’allemand par Jean-Paul Vienne

Paris, Éditions Turquoise, coll. « Le temps des femmes », 2015, 597 p.
Marie-Claire Hoock-Demarle
Référence(s) :

Brigitte Hamann, Bertha von Suttner. Une vie pour la paix. Biographie, traduit de l’allemand par Jean-Paul Vienne, Paris, Éditions Turquoise, coll. « Le temps des femmes », 2015, 597 p.

Texte intégral

1Quand l’historienne autrichienne Brigitte Hamann publie en 1986 Bertha von Suttner. Ein Leben für den Frieden, elle met fin à la longue traversée du désert que subissait depuis sa mort en juin 1914 la pacifiste autrichienne Bertha von Suttner, Prix Nobel de la paix en 1905 et auteure de Die Waffen nieder!, roman antimilitariste signé de son nom et titre, paru en 1889 et devenu le best-seller de la fin du xixe siècle. Alors qu’elle avait été une des grandes figures publiques du tournant du siècle, tantôt glorifiée en Friedensbertha, tantôt raillée et souvent cruellement caricaturée en Friedensfurie, la baronne Bertha von Suttner avait sombré dans un oubli qui va durer près de trois quarts de siècle. Mis à part l’opuscule d’Ellen Key Florence Nightingale und Bertha von Suttner. Zwei Frauen wider den Krieg paru en 1919 à Zurich, où la plupart des pacifistes avaient trouvé refuge, personne ne s’intéressera à celle qui, morte quelques jours avant l’attentat de Sarajevo qui déclenche la Première Guerre mondiale, avait prédit très tôt un ‘Weltkrieg’ aux dimensions apocalyptiques. Bertha von Suttner, la « Cassandre de notre temps », comme la nommait son compatriote Stefan Zweig, ne connaît un regain d’intérêt qu’à partir des années 1980, tout particulièrement avec l’ouvrage que lui consacre alors Brigitte Hamann et qui fait date. Pour la première fois, la personne et l’itinéraire de Bertha von Suttner sont saisis à leur juste mesure : « c’est justement le large spectre balayé par mon sujet, mêlant la politique, le pacifisme, la littérature, le journalisme, le mouvement féministe, le libéralisme, l’aristocratie autrichienne et le mécénat international, qui m’a incitée à éclairer la vie de Bertha von Suttner à la lumière de son époque » (Avant-propos p. 17). Voyageant sur les traces du couple Suttner exilé dans le Caucase, puisant aux nombreuses archives encore inexploitées et dispersées de Vienne à la Géorgie, de Berlin à Washington (Carnegie Foundation), de Genève (Fonds Fried/Suttner, Bibliothèque de l’UNOG) à Stockholm (Fonds Nobel), très au fait de la vie sociale et culturelle de l’Autriche fin de siècle à laquelle elle a consacré de nombreuses études et monographies, Brigitte Hamann avait alors redonné vie à une femme paradoxalement de son temps et en avance sur son temps. Elle avait aussi rendu justice à la pionnière qui s’était, au mépris de son rang et des normes et codes auxquels étaient alors soumises les femmes, aventurée dans le domaine exclusivement réservé aux hommes, celui de la guerre et de la paix. Des recherches plus récentes, reposant sur l’immense correspondance de et à Bertha von Suttner déposée dans le Fonds Fried/Suttner de la Bibliothèque de l’ONU à Genève et désormais numérisée, ont permis de mettre plus l’accent sur la vision européenne de Suttner, cette « Europe en devenir » qu’elle baptise, avec A.H. Fried, du nom plein d’avenir de ‘Pan-Europa’, ainsi que sur son appréciation aussi juste qu’effrayante d’une ‘Weltkrieg’ dont elle prédit la teneur apocalyptique dans un roman en 1910 : « Ainsi nous tenons en mains un potentiel de puissance dont nous n’avons pas encore idée… Tout sur quoi nous dirigeons le rayon mortel est irrémédiablement perdu, nous pouvons produire la mort de masse ». La traduction de l’ouvrage de Brigitte Hamann dans sa réédition de 2006 (une nouvelle édition est parue sous le titre Bertha von Suttner. Kämpferin für den Frieden, München, Piper-Verlag, mars 2015) que nous offre Jean-Paul Vienne apporte donc un élément majeur à la connaissance de Bertha von Suttner, sa vie, son œuvre et permet d’éclairer l’évolution de la réception suttnérienne depuis les dernières décennies du xxe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claire Hoock-Demarle, « Brigitte Hamann, Bertha von Suttner. Une vie pour la paix. Biographie, traduit de l’allemand par Jean-Paul Vienne », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 25 avril 2017, consulté le 26 mai 2017. URL : http://clio.revues.org/13406

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Hoock-Demarle

Université Paris Diderot (Laboratoire Identités-Cultures-Territoires)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page