Navigation – Plan du site
Clio a lu « Genre et religion »

Isabelle Lacoue Labarthe, Femmes, féminisme, sionisme dans la communauté juive de Palestine avant 1948

Paris, L’Harmattan, 2012
Nadia Malinovich
p. 320-322
Référence(s) :

Isabelle Lacoue-Labarthe, Femmes, féminisme, sionisme dans la communauté juive de Palestine avant 1948, Paris, L’Harmattan, 2012, 376 p.

Texte intégral

1Dans ce livre, Isabelle Lacoue-Labarthe fournit aux lecteurs francophones un résumé de l’histoire des mouvements féministes dans le Yishouv (colonie juive de Palestine avant 1948) puis dans le jeune État d’Israël. L’objectif principal du livre est de démentir le mythe, très présent dans la mémoire collective israélienne, que les femmes auraient joui d’une égalité exceptionnelle en terre d’Israël, du début de la colonisation à nos jours.

2Dans le premier chapitre, I. Lacoue-Labarthe décrit la création et la promotion de ce mythe de la femme pionnière, bien ancré dans le folklore israélien. Les écrits des femmes-colons, ainsi que ceux de l’ensemble des historiens de l’État juif dans ses premières décennies, promeuvent l’idée que le Yishouv, puis le jeune État d’Israël, furent des paradis où hommes et femmes travaillèrent ensemble sur un pied d’égalité, pour construire un nouveau pays.

3Le deuxième chapitre se concentre sur le rôle des femmes au début du mouvement sioniste, en présentant ses diverses tendances et leurs points de vue sur le rôle des femmes. Il retrace le taux de participation des femmes au mouvement, illustré par des tableaux statistiques. Les mouvements de jeunesse sioniste – entre autres le Blauweiss en Allemagne, l’Hashomer Hatzair en Pologne, ainsi que les sociétés féminines philanthropiques comme la Hadassah – jouèrent un rôle important dans la politisation de toute une génération de jeunes filles juives et les aidèrent à s’affranchir du rôle traditionnellement assigné aux femmes. Ce chapitre contient aussi une étude démographique de l’immigration féminine juive en Palestine, indiquant le taux de participation des femmes à la vie agricole – surtout dans les kibboutzim et mochavim (fermes collectives) – ainsi qu’à la vie urbaine. Comme le montrent ces statistiques, même si certaines femmes du Yishouv exerçaient des métiers traditionnellement réservés aux hommes, ce fait fut très exagéré par les témoins de l’époque, qui eurent tendance à oublier que la majorité des femmes travaillaient en fait comme domestiques, femmes au foyer ou ouvrières dans la confection. De plus, leur participation à des métiers non traditionnellement féminins baissa à partir du milieu des années 1920 : avec l’urbanisation et la forte croissance du Yishouv, les besoins augmentèrent dans les services et le travail domestique, et la majorité de femmes trouvèrent alors du travail dans ces secteurs.

4I. Lacoue-Labarthe retrace aussi la participation des femmes dans les partis politiques du Yishouv, en montrant que les femmes de la Deuxième alya (1904-1914) furent particulièrement actives dans les partis de gauche, notamment au Mapai et au Hapoel Hatzair. Le nombre de femmes membres de la Histadrout (Fédération générale des travailleurs en Israël) augmenta remarquablement durant les années 1920 et 1930. Toutefois, comme dans les partis politiques, il était rare que les femmes atteignent des positions dirigeantes. En conclusion, bien qu’il y eût des femmes du Yishouv et du jeune État hébreu qui aient correspondu à l’image de la pionnière véhiculée par la littérature, la télévision et la presse israélienne, elles constituèrent toujours une minorité.

5Dans le troisième chapitre, I. Lacoue-Labarthe retrace l’évolution des associations féminines au sein des partis et des syndicats d’orientations politiques et sociales diverses, y compris dans les secteurs ouvriers, agricoles, ainsi qu’au sein de la Histadrout. Elle retrace aussi l’activité du WIZO et de la Hadassah, associations féminines de bienfaisance nées en dehors du Yishouv, qui ne prirent pas part aux luttes de partis mais qui, en plus de leurs activités caritatives, militèrent en faveur de l’égalité politique des femmes. Malgré leurs divergences, ces associations collaborèrent souvent, et des progrès importants dans le domaine de l’égalité politique furent gagnés en 1927, date à laquelle le Yishouv reconnut le suffrage féminin et l’éligibilité des femmes.

6L’aspect fédérateur de ces associations féminines et féministes, en dépit de leurs affiliations et leurs orientations politiques très différentes, fut la lutte sioniste pour la construction d’un État souverain juif, parfois aux dépens de la lutte féministe. Ainsi, aucune de ces associations ne collabora avec des associations féminines arabes, et, après la grande victoire de 1927, elles ne s’intéressèrent plus vraiment à éveiller la conscience politique des nouvelles immigrées. À la fin des années 1930, constate I. Lacoue-Labarthe, la représentation des féministes – et des femmes en général – dans les institutions politiques du Yishouv fut en forte baisse.

7Dans le quatrième et dernier chapitre, I. Lacoue-Labarthe pose la question du rôle que le mythe de l’égalité des sexes a joué dans la société israélienne, et conclut qu’il a surtout servi d’alibi : bien qu’Israël ait été précurseur en matière de droits des femmes, les mentalités restèrent longtemps en deçà des innovations législatives. L’idée que le premier rôle de la femme juive/israélienne est de produire des enfants citoyens reste, encore aujourd’hui, bien ancrée dans l’idéologie nationale. Enfin, le mythe égalitaire rendit la lutte contre les discriminations plus difficile, puisque toute protestation était écartée comme sans fondement légitime. Tandis que les mythes nationaux jouent un rôle important dans tous les pays, note I. Lacoue-Labarthe, ils sont particulièrement forts en Israël, car cet État est fondé sur une entreprise idéologique – le sionisme – qui est toujours contestée. Dans ce contexte politique, la loyauté nationale a nécessairement la priorité sur la loyauté de genre. Ce n’est qu’à partir de la fin des années 1980, avec l’avancée de la question palestinienne sur l’échiquier politique mondial, et l’émergence des « nouveaux historiens » qui contestent les mythes fondateurs de l’État hébraïque, que nous voyons la naissance d’un féminisme israélien libéré du mythe nationaliste.

8Ce livre constitue une bonne ressource pour le lecteur francophone qui voudrait se renseigner sur l’histoire des femmes et du féminisme en Israël. Toutefois, il est difficile de déterminer ce qui est original dans ce livre par rapport à la littérature existante ; l’auteure ne le précise ni dans son introduction, ni dans le reste du livre. Le fait que l’ouvrage ne contienne aucune référence en hébreu suggère que l’auteur ne le maitrise pas, ce qui a forcément limité son accès aux sources. Enfin, le livre est une version remaniée d’une thèse soutenue en 1997, et, sauf dans le dernier chapitre où sont mentionnées quelques sources récentes sur la participation des femmes dans la société israélienne d’aujourd’hui, Lacoue-Labarthe n’a pas mis à jour la bibliographie : l’accablante majorité de références secondaires sont des ouvrages et articles publiés avant 1995 (surtout dans les années 1970 et 1980). Les deux appendices qui recensent des associations et des personnalités sont très utiles, mais la bibliographie est divisée en une dizaine de sous-sections, ce qui n’aide pas à retrouver facilement les informations. En outre, le livre ne contient pas d’index, ce qui me semble rédhibitoire pour un ouvrage de recherche en histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Malinovich, « Isabelle Lacoue Labarthe, Femmes, féminisme, sionisme dans la communauté juive de Palestine avant 1948 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, 44 | 2016, 320-322.

Référence électronique

Nadia Malinovich, « Isabelle Lacoue Labarthe, Femmes, féminisme, sionisme dans la communauté juive de Palestine avant 1948 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 16 janvier 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://clio.revues.org/13363

Haut de page

Auteur

Nadia Malinovich

Laboratoire CORPUS, Université de Picardie Jules Verne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page