Navigation – Plan du site
Documents

Les Femmes du Mur (Jérusalem, 2016-1880)

Women of the Wall (Jerusalem, 2016-1880)
Valérie Pouzol
p. 253-263

Résumés

En janvier 2016, le gouvernement israélien présentait un projet d’aménagement d’un espace cultuel où hommes et femmes juifs pourraient prier ensemble dans une zone excentrée du Mur des Lamentations, zone non régie par les autorités orthodoxes. Ce « compromis » du Mur censé mettre fin au long combat d’un groupe de féministes juives religieuses désireuses de pouvoir prier publiquement au Mur (les Femmes du Mur), permettait également de reconnaître territorialement et symboliquement l’existence et l’influence d’un judaïsme libéral en quête d’affirmation dans le pays. Ce sont en effet les autorités juives orthodoxes qui sont en charge, depuis la création de l’État et surtout depuis la conquête de Jérusalem, en 1967, de l’administration du Mur et de sa partition genrée. Dans cet espace réaménagé comme une synagogue orthodoxe, femmes et hommes ne prient pas ensemble (installation et construction d’une Mehitza) et la prière des femmes est reléguée à une prière privée, seuls les hommes étant habilités à conduire une prière publique.

L’examen et la confrontation d’une photographie des années 1880 et d’un texte des renseignements français de 1928, permettent de comprendre comment une géographie genrée du Mur s’est patiemment construite le long de lignes aux enjeux clairement nationalistes et politiques. L’installation et la construction de frontières entre les sexes renvoient dans ce haut lieu religieux et nationaliste à la question des frontières au sens large et, par là même, à la question du conflit israélo-palestinien.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La construction d’une géographie sacrée
La mobilisation des femmes du Mur
Frontières entre les sexes, frontières entre judaïsmes et frontières géopolitiques…

Aperçu du texte

Le dimanche 31 janvier 2016, le gouvernement israélien annonçait qu’il autorisait l’aménagement d’un espace de prière mixte dans une partie excentrée du Kotel (Mur occidental du temple de Jérusalem). Sans remettre en cause l’actuelle séparation entre hommes et femmes dans ce lieu, ce « compromis » prévoyait l’aménagement et l’agrandissement d’un troisième espace où Juifs et Juives, libéraux et orthodoxes pourraient prier ensemble. La presse internationale a salué cette décision comme une victoire historique pour le droit des femmes à l’égalité dans le domaine de la pratique religieuse ainsi qu’une victoire de la mixité. Pourtant, replacées dans une chronologie de longue durée à l’aide des deux documents ici présentés, les choses sont nettement plus nuancées. Le Kotel a une histoire et, au cours du temps, l’enjeu d’un réaménagement « féministe » du Mur a revêtu d’autres dimensions, religieuses, politiques et même géopolitiques.

La construction d’une géographie sacrée

Leah Shakdiel, fém...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Pouzol, « Les Femmes du Mur (Jérusalem, 2016-1880) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, 44 | 2016, 253-263.

Référence électronique

Valérie Pouzol, « Les Femmes du Mur (Jérusalem, 2016-1880) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://clio.revues.org/13323 ; DOI : 10.4000/clio.13323

Haut de page

Auteur

Valérie Pouzol

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris 8 et chercheure au LEGS (Laboratoire d’Études de Genre et de Sexualité/Paris 8-CNRS). Elle a publié sur l’histoire du militantisme des femmes israéliennes et palestiniennes contre la guerre, avec un intérêt particulier pour la construction et l’instrumentalisation des identités de genre par les deux nationalismes. Elle est l’auteure d’un ouvrage Clandestines de la paix. Israéliennes et Palestiniennes contre la guerre, Paris, Complexe, IHTP-CNRS, paru en 2008. Dans le cadre d’un programme de recherche international (MOFIP/ mofip.mmsh.univ-aix.fr), elle a mené des recherches sur le militantisme LGBTQ en Israël et en Palestine. Depuis 2011, elle étudie le militantisme féministe dans les communautés juives orthodoxes en Israël en s’attachant à la question de la ségrégation spatiale entre les sexes. v.pouzol@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page