Navigation – Plan du site
Itinéraire de recherche

Présences du féminin dans le judaïsme

The feminine in Judaism
Claudine Vassas
p. 201-228

Résumés

Dans le judaïsme, la préséance masculine instaurée par le Code de l’Alliance fondatrice contractée entre Dieu et le peuple élu se maintient dans le rapport que chaque juif entretient avec la Lettre, et se renouvelle tout au long de sa vie au travers des rites et des objets qui le mettent en rapport avec le « sacré ». La Torah en est l’incarnation majeure aux côtés de la Shekhinah, manifestation féminine de la présence de Dieu qui, animant des figures bibliques comme Rachel, Léah ou Esther, s’attache aussi à chaque femme.

Cela suffit-il à combler l’écart, à résoudre la question que les femmes d’aujourd’hui posent : celle d’un recouvrement effectif dans le judaïsme entre la place réelle qui leur est accordée en tant que personnes sociales et la reconnaissance du « féminin » comme composante du sacré voire du divin ?

Cet article qui retrace le parcours de recherche de l’anthropologue Claudine Vassas donne profondeur tant aux revendications portées par les femmes d’aujourd’hui qu’aux résistances des hommes à céder sur ces points et vis-à-vis des lieux et objets d’où justement les femmes ont été si durablement écartées.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Un sacré féminin
« Mâle et femelle il le créa... »
La double alliance
La loi du désir
Le corps du texte
Torah des hommes, Torah des femmes
Un féminin pluriel

Aperçu du texte

C’est un fait avéré que, dans le judaïsme, une vénérable tradition inscrit les hommes dans l’ordre de la Lettre, les femmes dans l’ordre de la Coutume en leur concédant certes un rôle rituel important mais restreint au domaine privé. L’assignation, dans ce cas précis, pourrait trouver sens et origine dans la notion d’« alliance » contractée entre le peuple élu et son Dieu qui, si l’on se reporte aux textes fondateurs, concerne d’abord les hommes. Le « code de l’Alliance » donné à Moïse dicte en effet la Loi religieuse et civile à suivre désormais et établit les prêtres et les lévites en tant que servants et garants de l’organisation du culte et du service divin. La préséance masculine est établie et sera maintenue. Exclues d’emblée des fonctions religieuses et donc de la manipulation des objets sacrés qui s’y rattachent, les femmes seront, en conséquence, « dispensées » de l’apprentissage de l’hébreu, la langue sacrée elle aussi réservée aux hommes, non astreintes à la fréquentation...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Vassas, « Présences du féminin dans le judaïsme », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, 44 | 2016, 201-228.

Référence électronique

Claudine Vassas, « Présences du féminin dans le judaïsme », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://clio.revues.org/13285 ; DOI : 10.4000/clio.13285

Haut de page

Auteur

Claudine Vassas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page