Skip to navigation – Site map
État de la recherche

Lien de sang – lien social. Matrilinéarité, convertis et apostats, de l’Antiquité tardive au Moyen Âge

Blood ties – Social ties. Matrilinearity, converts and apostates, from Late Antiquity to the Middle Ages
Sylvie Anne Goldberg
p. 171-200

Abstracts

The principle of matrilineage reveals as much about the norms governing the social bond in Jewish society as it does about the status of women. The matrilineal system in Judaism is grounded on an interpretation of the Talmudic saying “Your son born to an idolater is not your son but hers (Qid. 68b).” It perpetuated and fixed a process that had begun a few centuries earlier, during the time of the Mishnah, around the first century CE, which put an end to a long biblical tradition that allowed only patrilineal descent and established a model for the transmission of Jewishness that endures to this day. Was this major transformation the result of changes internal to rabbinic thought in an effort to rationalize Jewishness through descent, or to external constraints such as the imposition of new regulations stemming from changes in the status of the individual in surrounding societies? Both interpretations are discussed – and sometimes blended together – in historical research about parentage and Jewish identity. This article examines the conditions under which the transmission of the identity of the person have been defined over the centuries by the implementation of legal and social norms regulating descent, conversion and inheritance. It thus sheds light on the changes in the status of Jewish women between Late Antiquity and the Middle Ages.

Top of page

Excerpt

Outline

De la filiation paternelle à la matrilinéarité : les hypothèses explicatives
De l’influence du droit romain
L’enfant illégitime : le mamzer
Appartenance et Citoyenneté
Le tribut juif
La position des femmes
Conversions
Les femmes “importantes”

First lines

Croissez et multipliez-vous. Au cœur des attitudes israélites et juives à l’égard de la vie en général se trouve cette injonction de la Genèse. Plaçant la procréation au centre du système de valeurs juives, elle en assure la transmission et fait de l’enfant le garant de la continuité et de la survie du peuple. Or, s’il est admis de nos jours que le judaïsme se transmet essentiellement par la mère, le système de filiation et d’affiliation a connu de multiples formes que l’on ne saurait réduire à la seule matrilinéarité ou à l’engendrement naturel. On pouvait en effet y entrer par simple auto-déclaration, conversion ou adoption, comme on le verra plus loin. Paradoxalement, la banalité actuelle de l’observation selon laquelle le judaïsme rabbinique a été conçu par des mâles pour des mâles, n’a d’équivalent que l’importance de la place occupée par les femmes dans la survie et la transmission de la judéité, place que l’on retrouve dans les normes juridiques, la littérature, et les fondem...

Top of page

References

Bibliographical reference

Sylvie Anne Goldberg, « Lien de sang – lien social. Matrilinéarité, convertis et apostats, de l’Antiquité tardive au Moyen Âge », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 44 | 2016, 44 | 2016, 171-200.

Electronic reference

Sylvie Anne Goldberg, « Lien de sang – lien social. Matrilinéarité, convertis et apostats, de l’Antiquité tardive au Moyen Âge », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 44 | 2016, Online since 01 December 2019, connection on 21 October 2017. URL : http://clio.revues.org/13274 ; DOI : 10.4000/clio.13274

Top of page

About the author

Sylvie Anne Goldberg

Directrice d’études à l’EHESS, est directrice du Groupe d’études juives du Centre de recherches historiques (CRH). Elle est membre du bureau éditorial de Modern Jewish Studies (Oxford), du comité scientifique de la revue Les cahiers du judaïsme (Paris) et du conseil d’administration de la Société des études juives (Paris). Elle a enseigné dans de nombreuses universités européennes, américaines et israéliennes, écrit et dirigé de nombreux ouvrages, notamment La Clepsydre, I et II, Paris, Albin Michel, 2000 et 2004, et, avec Yosef Yerushalmi, Transmettre l’histoire juive (2012). sylvie-anne.goldberg@ehess.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page