Navigation – Plan du site
Dossier

« Dépasser l’interdit ». Le châle de prière des femmes en France au xxie siècle

« Overcoming the prohibition ». Women wearing prayer shawls in twenty-first century French synagogues
Béatrice De Gasquet
p. 123-146

Résumés

À partir d’une enquête ethnographique menée dans les années 2000 dans des synagogues non orthodoxes en France, cet article interroge l’accès des femmes à un vêtement rituel longtemps réservé à la pratique religieuse des hommes. L’histoire française du port du talit (châle de prière) par les femmes donne à voir l’exemple d’une circulation internationale d’argumentaires religieux autour de l’accès des femmes au rituel, où les logiques de distinction entre courants religieux jouent un rôle au moins aussi important que les débats féministes français. Les observations montrent que dans le contexte juif français, où les synagogues non orthodoxes sont minoritaires, les femmes sont plus que les hommes contraintes à une forme d’hyper-réflexivité sur le corps qu’elles engagent dans la prière publique. Cela se traduit par des discours et des pratiques variables et ambivalents sur le talit des femmes – si certaines cessent de le percevoir comme genré, d’autres l’associent à un travestissement, et d’autres préfèrent le « féminiser » par la couleur.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Des textes qui habillent le vêtement de masculin
Politiques du châle de prière dans les synagogues non orthodoxes françaises
Une pratique « troublante »
Neutraliser
Féminiser
Un objet qui reste queer : discours et pratiques ordinaires à la synagogue
Se justifier : l’hyper-réflexivité des femmes
Le féminisme à distance
Apprendre à aimer

Aperçu du texte

Parmi ce que le monde juif orthodoxe perçoit comme des transgressions, l’un des gestes radicaux du groupe des « Femmes du Mur » depuis 1988 est de revêtir un châle de prière (en hébreu talit) et, selon les offices, des phylactères (tefilin) pour venir prier entre femmes devant le Mur occidental du Temple de Jérusalem. Visuellement extrêmement fort, ce geste, qui participe à la médiatisation du mouvement, représente pour ceux des rabbins orthodoxes qui s’estiment décisionnaires sur ce lieu hautement symbolique, une forme de travestissement interdit par la Torah, et a valu à certaines l’arrestation. Au sein du judaïsme orthodoxe, l’exégèse juridico-religieuse a en effet associé le châle de prière à la prière des seuls hommes, notamment pendant les offices du matin à la synagogue.

Si le châle de prière est, dans les représentations, associé à la kippa et aux tefilin, on se focalisera ici sur le talit. Plus que la kippa, il est réservé au temps de la prière, tout en étant moins associé ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice De Gasquet, « « Dépasser l’interdit ». Le châle de prière des femmes en France au xxie siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, 44 | 2016, 123-146.

Référence électronique

Béatrice De Gasquet, « « Dépasser l’interdit ». Le châle de prière des femmes en France au xxie siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://clio.revues.org/13245 ; DOI : 10.4000/clio.13245

Haut de page

Auteur

Béatrice De Gasquet

Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris Diderot, travaille sur les questions de genre dans les organisations religieuses, à partir de recherches sur le judaïsme français contemporain. Elle s’intéresse en particulier aux configurations historiques dans lesquelles les questions de genre sont au centre de la conflictualité religieuse, ainsi qu’à la circulation internationale des féminismes religieux. degasquet@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page