Navigation – Plan du site
Dossier

Algériennes : quelle citoyenneté ? (années 1930 – années 1960)

Algerian women in France : what kind of citizenship ? (1930s-1960s)
Marc André
p. 94-116

Résumés

Cet article porte sur les femmes algériennes qui, migrant à travers la méditerranée après 1947, migrent également à travers la citoyenneté : en une vie, elles ont été “indigènes”, Françaises musulmanes, Françaises à part entière (c’est-à-dire aussi dotées du droit de vote) durant quatre années (1958-1962), puis Algériennes et donc étrangères, toujours immigrées. Il examine ces parcours de femmes passées du statut de sujet colonial à celui d’autres statuts (citoyennes, étrangères, binationales). Pour cela, il repose sur une enquête orale menée dans la région lyonnaise et sur des archives préfectorales (dossiers de naturalisation notamment). Dans le flou des discours, il analyse comment les Algériennes contribuent à faire naître, empiriquement, une définition de la citoyenneté, laquelle les signale en retour comme d’éternelles immigrées.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Nationalité sans citoyenneté : le statut hybride des Algériennes avant 1947
Femmes « indigènes » : une impensable migration
Françaises musulmanes : oser la migration
Nationalité et citoyenneté : adaptations et résistances en métropole (1947-1962)
Une fabrique de citoyennes exemplaires
La fabrique d’une citoyenneté multiple
Citoyenneté sans nationalité française ? Vers une double appartenance (1962 à nos jours)
Le choix d’une nationalité : devenir Algérienne
Le choix d’un territoire

Aperçu du texte

« Citoyenneté paradoxale » ou « diminuée », « nationalité dénaturée » ou « innommable » : les formules abondent pour qualifier le statut des Algériennes et des Algériens durant la période coloniale. De fait, juristes, sociologues, politologues et historiens se sont penchés sur ce statut hybride des colonisés. Certains considèrent que la situation coloniale est un régime d’exception donnant naissance à une « monstruosité juridique » puisque la citoyenneté et la nationalité sont disjointes quand le modèle républicain français, théoriquement, les intrique. D’autres, au contraire, s’emparent du pluralisme juridique républicain et étudient l’appareillage qui institue la citoyenneté en critère primordial de distinction sociale dans l’Algérie coloniale. Tous soulignent que, durant la période coloniale, on pouvait être Français de différentes manières. La citoyenneté est alors un concept polysémique, d’autant plus si l’on examine une citoyenneté vécue à travers la migration entre l’Algérie ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc André, « Algériennes : quelle citoyenneté ? (années 1930 – années 1960) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, 43 | 2016, 94-116.

Référence électronique

Marc André, « Algériennes : quelle citoyenneté ? (années 1930 – années 1960) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://clio.revues.org/13173 ; DOI : 10.4000/clio.13173

Haut de page

Auteur

Marc André

Agrégé, docteur en histoire et chercheur associé au Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes (LARHRA). Sa thèse, soutenue sous la direction de Jacques Frémeaux à l’Université Paris-Sorbonne en 2014, porte sur les Algériennes à Lyon entre 1947 et 1974. Il a récemment publié : « Les Groupes de choc du FLN : particularité de la guerre d’indépendance algérienne en métropole », Revue historique, n° 669, janvier 2014, p. 87-122.
gmarcandre@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page