Navigation – Plan du site
Dossier

La nationalité des femmes mariées sur la scène internationale (1918-1935)

The nationality of married women in the international context (1918-1935)
Linda Guerry
p. 73-93

Résumés

Inscrites dans la législation sur la nationalité de nombreux États au cours du xixe siècle, les discriminations de sexe concernant la transmission, l’acquisition ou la conservation de la nationalité, en particulier la dépendance de l’épouse à l’égard de la nationalité de son mari, suscitent des protestations de la part de groupes internationaux de femmes dès le début du xxe siècle. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, dans un contexte marqué par le nationalisme et l’acquisition du suffrage pour les femmes dans de nombreux pays, le débat s’internationalise. Cet article analyse, à l’échelle internationale, les arguments des différents protagonistes de ce débat qui réactive la ligne de tension entre individualisme et familialisme et constitue l’occasion d’une reformulation des contours de la citoyenneté des femmes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Émergence et circulation d’une revendication
La question au sein de la Société des Nations : du sous-comité d’experts sur la nationalité (1925-1927) à la Conférence de La Haye (1930)
Le débat au temps du « Comité consultatif des femmes sur la nationalité » à la SdN
Une mobilisation familialiste

Aperçu du texte

Les normes juridiques disent beaucoup sur les sociétés qui les façonnent et les transforment. Une approche historique de la nationalité entendue comme un statut et un lien juridiques entre un individu et un État permet de mieux comprendre ses territoires et frontières mouvantes mais aussi ceux de la citoyenneté qui lui est liée. Comme l’a noté le juriste Paul Weis « si tout citoyen est un national, tous les nationaux ne sont pas citoyens ». En effet, dans de nombreux pays, les nationaux ne sont pas égaux face aux droits et aux obligations liés à la citoyenneté. Par exemple, les droits politiques ont été limités pour les ressortissants des colonies, les « naturalisés » (personnes qui ont acquis une nationalité suite à leur demande) et les femmes. Les contours du groupe des femmes « nationales », catégorie qui peut en recouper une autre, comme dans le cas des femmes colonisées, sont eux aussi instables. Si les nationaux n’ont pas été égaux concernant les droits et devoirs civiques, le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Linda Guerry, « La nationalité des femmes mariées sur la scène internationale (1918-1935) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, 43 | 2016, 73-93.

Référence électronique

Linda Guerry, « La nationalité des femmes mariées sur la scène internationale (1918-1935) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 20 août 2017. URL : http://clio.revues.org/13163 ; DOI : 10.4000/clio.13163

Haut de page

Auteur

Linda Guerry

Docteure en histoire. Elle est l’auteure d’articles et d’un livre intitulé Le Genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940), Lyon, ENS Éditions, 2013. Ses recherches portent sur le genre dans les politiques d’immigration et d’accès à la nationalité. Elle travaille aussi sur le rôle des femmes dans le façonnement des politiques migratoires et de la législation relative à la nationalité dans une perspective transnationale. Sa recherche actuelle porte sur les mobilisations autour de la discrimination de sexe dans le droit de la nationalité auprès des organisations internationales au xxe siècle.
guerry.linda@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page