Skip to navigation – Site map
Dossier

Minorité juridique et citoyenneté des femmes dans la Rome républicaine

Women in republican Rome : legally minors but citizens in civil society
Aude Chatelard
p. 23-46

Abstracts

Women in republican Rome were legally minors, and as such normally excluded from political privileges such as the right to vote, as well as from citizens’ duties (military service or paying taxes). Women nevertheless enjoyed the full privileges guaranteed by civil law. And although it was exceptional for them to speak in a political context, they were allowed access to certain places dedicated to the exercise of citizenship,. It is in the sphere of public religion that the term civis Romana (a female citizen of Rome) finally appears. This study shows that female citizenship did exist in Rome, in a form close to civitas sine suffragio (non-voting citizenship). Roman society was based on omnipresent inequalities and the existence of a hierarchy : distinctions were made between male citizens enjoying full citizenship, between these men and (male) citizens sine suffragio ; and between male and female citizens. Yet civic actions were for everyone a way to access a form of citizenship.

Top of page

Excerpt

Outline

Aux hommes la citoyenneté, aux femmes la mise sous tutelle ?
La tutelle des femmes
Une capacité à se représenter elles-mêmes dans le domaine judiciaire
Transmission de la citoyenneté par les femmes et origines mythiques de l’identité civique
Citoyenneté sociale et participation civique des femmes
Les femmes et la fiscalité
Des femmes dans les lieux de la citoyenneté
Les femmes aux contiones : une situation ordinaire ou exceptionnelle ?
La religion, lieu privilégié de l’exercice de la citoyenneté pour les femmes ?

First lines

« Les femmes sont tenues à l’écart des fonctions publiques et civiques (feminae ab omnibus officiis civilibus vel publicis remotae sunt).
Elles ne peuvent être juges ou jurés, tenir des magistratures, paraître au tribunal, y agir au nom d’autrui ou être procureur »

La vision qu’Ulpien et d’autres juristes romains nous ont transmise de la capacité qu’auraient eue les femmes à exercer des droits propres à la citoyenneté est particulièrement décourageante. À la suite de Valère-Maxime, nous pourrions alors nous demander : « Qu’est-ce que les femmes ont à voir avec une assemblée délibérative (contio) ? Selon la tradition ancestrale, rien ! ». De fait, avec l’émergence de l’histoire des femmes, puis de l’histoire du genre, un très grand nombre d’ouvrages et d’articles ont mis en lumière les différents aspects de la vie des femmes dans la Rome ancienne. Beaucoup a été écrit sur le mariage et leur statut d’épouse. Les années 1970 et les mouvements féministes ont ouvert la voie à des études s...

Top of page

References

Bibliographical reference

Aude Chatelard, « Minorité juridique et citoyenneté des femmes dans la Rome républicaine », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 43 | 2016, 43 | 2016, 23-46.

Electronic reference

Aude Chatelard, « Minorité juridique et citoyenneté des femmes dans la Rome républicaine », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 43 | 2016, Online since 01 June 2019, connection on 30 May 2017. URL : http://clio.revues.org/13145 ; DOI : 10.4000/clio.13145

Top of page

About the author

Aude Chatelard

Doctorante en histoire romaine à l’Université de Strasbourg. Elle travaille autour de trois axes principaux, que sont les femmes, la citoyenneté et la religion à Rome, afin de déterminer quelle était la place des femmes dans la cité à travers la religion à Rome, du ive au ier siècle avant J.-C.
Aude.chatelard@etu.unistra.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page