Navigation – Plan du site
Dossier

Minorité juridique et citoyenneté des femmes dans la Rome républicaine

Women in republican Rome : legally minors but citizens in civil society
Aude Chatelard
p. 23-46

Résumés

En tant que mineures juridiques, les femmes romaines sont normalement exclues des privilèges politiques tel que le droit de vote, tout comme elles sont exemptes des devoirs des citoyens (armée ou charges fiscales). Les femmes bénéficiaient cependant pleinement des privilèges garantis par le droit civil. Et bien que leur prise de parole dans des contextes politiques relève de l’exceptionnel, les lieux d’exercice de la citoyenneté leur étaient accessibles. C’est dans la religion publique que le terme civis Romana apparaît finalement. De cette étude, il résulte que la citoyenne romaine existait bel et bien, et que cette citoyenneté se rapprochait de la civitas sine suffragio. La société romaine reposait avant tout sur des inégalités et une hiérarchie omniprésentes : entre les hommes citoyens de plein droit, entre eux et les citoyens sans suffrage, et entre citoyens et femmes citoyennes. Cependant, tous pouvaient expérimenter une forme de citoyenneté à travers des actes civiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Aux hommes la citoyenneté, aux femmes la mise sous tutelle ?
La tutelle des femmes
Une capacité à se représenter elles-mêmes dans le domaine judiciaire
Transmission de la citoyenneté par les femmes et origines mythiques de l’identité civique
Citoyenneté sociale et participation civique des femmes
Les femmes et la fiscalité
Des femmes dans les lieux de la citoyenneté
Les femmes aux contiones : une situation ordinaire ou exceptionnelle ?
La religion, lieu privilégié de l’exercice de la citoyenneté pour les femmes ?

Aperçu du texte

« Les femmes sont tenues à l’écart des fonctions publiques et civiques (feminae ab omnibus officiis civilibus vel publicis remotae sunt).
Elles ne peuvent être juges ou jurés, tenir des magistratures, paraître au tribunal, y agir au nom d’autrui ou être procureur »

La vision qu’Ulpien et d’autres juristes romains nous ont transmise de la capacité qu’auraient eue les femmes à exercer des droits propres à la citoyenneté est particulièrement décourageante. À la suite de Valère-Maxime, nous pourrions alors nous demander : « Qu’est-ce que les femmes ont à voir avec une assemblée délibérative (contio) ? Selon la tradition ancestrale, rien ! ». De fait, avec l’émergence de l’histoire des femmes, puis de l’histoire du genre, un très grand nombre d’ouvrages et d’articles ont mis en lumière les différents aspects de la vie des femmes dans la Rome ancienne. Beaucoup a été écrit sur le mariage et leur statut d’épouse. Les années 1970 et les mouvements féministes ont ouvert la voie à des études s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aude Chatelard, « Minorité juridique et citoyenneté des femmes dans la Rome républicaine », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, 43 | 2016, 23-46.

Référence électronique

Aude Chatelard, « Minorité juridique et citoyenneté des femmes dans la Rome républicaine », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 27 février 2017. URL : http://clio.revues.org/13145 ; DOI : 10.4000/clio.13145

Haut de page

Auteur

Aude Chatelard

Doctorante en histoire romaine à l’Université de Strasbourg. Elle travaille autour de trois axes principaux, que sont les femmes, la citoyenneté et la religion à Rome, afin de déterminer quelle était la place des femmes dans la cité à travers la religion à Rome, du ive au ier siècle avant J.-C.
Aude.chatelard@etu.unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page