Navigation – Plan du site
Clio a lu « Genre et citoyenneté »

Rebecca Futo Kennedy, Immigrant Women in Athens. Gender, Ethnicity, and Citizenship in the Classical City

New York, Routledge, 2014, 178 p.
Romain Guicharrousse
p. 274-277
Référence(s) :

Rebecca Futo Kennedy, Immigrant Women in Athens. Gender, Ethnicity, and Citizenship in the Classical City, New York, Routledge, 2014, 178 p.

Texte intégral

  • 1 David Whitehead, The Ideology of the Athenian Metic, Cambridge, Philological Society, 1977.

1L’ouvrage de Rebecca Futo Kennedy sur les femmes étrangères à Athènes vient combler un vide historiographique. Si les études portant sur la place des femmes citoyennes dans l’Athènes classique sont, depuis plus d’une trentaine d’années, toujours plus nombreuses, celles consacrées aux femmes étrangères sont quasi absentes. L’intention de l’auteure est d’ouvrir un champ délaissé jusqu’ici, en soulignant les stéréotypes pouvant porter à la fois sur les femmes et sur les étranger(e)s. Elle souhaite ainsi discuter, dans la lignée des travaux de D. Whitehead sur les métèques1, la réalité de la vie des femmes métèques, qui doit, selon elle, être distinguée de l’idéologie citoyenne et des généralités antiques et modernes. Cette problématique est développée au travers de cinq chapitres.

2Le premier s’ouvre sur un rappel de la condition juridique des femmes étrangères, c’est-à-dire des femmes installées à Athènes dont l’identité ethnique (confondue ici avec le terme ethnicity) n’est pas athénienne. Reprenant les grandes lignes établies par D. Whitehead, l’auteure note que la loi de Périclès sur la citoyenneté de 451/450 et sa réactivation en 403/402 a eu des conséquences importantes pour les femmes métèques. Ces dernières, qu’elle assimile aux épouses étrangères des citoyens des grandes familles, ont vu la voie du mariage civique se fermer progressivement. Ici, l’auteur ne distingue de fait hommes et femmes métèques que de manière rhétorique. Il y aurait cependant eu, au ive siècle, des alternatives : en devenant des pallakê ou des hétaïres, ces femmes auraient continué à fréquenter des citoyens. Ce rappel des soubresauts statutaires athéniens est suivi (chapitre 2) d’une description de la place et de la figure des femmes étrangères dans l’imaginaire athénien. L’auteure analyse les préjugés sur les immigrées, avant d’étudier la réalité de leur condition sociale dans l’Athènes classique. Par l’analyse de sources très diverses (vases, pièces des Tragiques), elle met en évidence les préjugés de genre qui pèsent sur ces figures de femmes. Cette analyse part du postulat, discutable, que les vases ou les discours tragiques reflètent ce que les femmes métèques éprouvaient lorsqu’elles franchissaient les limites imposées par leur statut. Ainsi, dans les Suppliantes d’Eschyle, antérieur à 451, les Danaïdes sont présentées à la fois comme des étrangères qui, en tant que telles, font peur aux Argiens - entendons les Athéniens - et comme des femmes qui, en tant que telles, grâce au mariage et à la filiation pourraient s’intégrer dans le corps civique et social. Mais la promulgation de la loi sur la citoyenneté, traduite sur la scène tragique, montre malgré tout « clearly [an] anxiety over their presence » (p. 51). Pour R. Kennedy, à partir de 451, les étrangères – la distinction de genre n’est pas réellement questionnée, comme souvent dans les deux premiers chapitres – sont considéré(e)s dans les représentations comme un bénéfice pour la cité, tant qu’ils ou elles sont maintenues dans un espace social ségrégé, distinct de celui des citoyennes. Une barrière idéologique se développe alors entre le monde des citoyens et celui des métèques, et les statuts deviendraient imperméables.

3Lorsque les femmes franchissent les barrières statutaires, elles seraient victimes d’attaques et de préjugés liés à leur origine et à leur sexe (chapitre 3). L’auteure montre toutefois que ces attaques sur leur sexe tiennent autant des préjugés d’une élite athénienne que des jugements de valeur portés par les historiens modernes. Rappelant que les termes d’hétaïre et de pallakê ne sont pas à négatifs à l’origine mais désignent simplement des compagnes de citoyens après 451, R. Kennedy souligne que la vie commune entre une femme métèque et un Athénien citoyen n’avait rien d’original : ce sont les préjugés, anciens et modernes, qui se sont développés peu à peu, jusqu’à faire de ces femmes des cibles faciles de l’accusation de prostitution.

4Il y a donc des « dangers » à vivre dans la « Big City », comme le rappelle le titre du quatrième chapitre. Les femmes métèques, tenues de plus en plus à l’écart des citoyens, se trouvent dès lors vulnérables face à la loi. Une femme indépendante doit affronter accusations – que l’auteure considère comme incessantes –, absence de soutien familial et incapacité à se défendre contre des violences éventuelles. Elle est ainsi « a legal non-entity » (p. 103) dans l’Athènes classique, d’autant que les jurés lors de procès « may have been predisposed to believe the worst of these women » (p. 106) – ce qui sous-entendrait que les préjugés présents dans les représentations sont pris systématiquement au pied de la lettre par les juges. Pour survivre, la stratégie la plus simple est alors de devenir hétaïre – définie comme une femme indépendante fréquentant un ou des hommes hors mariage – ou la pallakê (autrement dit une gunê sans le mariage) d’un citoyen, qui pourrait ainsi la protéger de sa condition précaire.

5Pourtant, certaines d’entre elles, comme le souligne le dernier chapitre consacré aux métiers occupés par des femmes, travaillent et mettent en valeur leur activité, notamment sur les stèles funéraires. Ces métiers sont variés (musiciennes, tisseuses, médecins etc.) et ne sont pas tous attachés à des activités sexualisées, comme l’ont longtemps compris les historiens. Une joueuse d’aulète dans un banquet n’a rien d’une prostituée, de même les tenancières de tavernes n’ont rien de proxénètes. Ce sont simplement des préjugés de citoyens estimant qu’une femme respectable ne travaille pas qui ont forgé ces images, reprises au xixe siècle par les historiens. Il s’agit de métiers comme les autres, correctement payés et que les femmes elles-mêmes, sur les stèles funéraires, considèrent comme positifs. Si le parcours de l’ouvrage s’achève sur ces formes valorisées de la présence des « immigrant women » à Athènes, on aurait aimé qu’une conclusion générale revienne sur les interrogations premières d’un ouvrage qui, en ouvrant un champ, pose des questions intéressantes.

  • 2 Un excellent parallèle est IG II2 8636 = Clairmont (Classical Attic Tombstones, Kilchberg, 1993) (...)
  • 3 Michael J. Osborne & Sean G. Byrne, The Foreign Residents of Athens: an Annex to the Lexicon of G (...)
  • 4 Madeleine M. Henry, Prisoner of History. Aspasia of Miletus and her Biographical Tradition, Oxfor (...)

6L’ouvrage est toutefois desservi par de graves problèmes de méthode. Bien souvent, R. Kennedy ne cite ni ses sources ni ses références. Beaucoup de démonstrations tiennent de reconstructions, parfois séduisantes, mais peu soutenues par une discussion solide. Ainsi, la discussion du terme « hétaïre » ne repose pas sur une analyse renouvelée des sources, mais uniquement sur la confrontation de deux définitions modernes – la première qui insiste sur la dimension sexuelle du travail de l’hétaïre, l’autre qui fait au contraire de l’hétaïre une femme proche par le comportement de ce qui est attendu d’une épouse. Quand des sources sont citées, leur interprétation est discutable : l’auteure affirme ainsi à deux reprises (p. 120, n. 28 et p. 131) qu’une stèle comporte l’image d’une fileuse alors que le relief est très fragmentaire (on ne voit que la tête et une partie du buste d’une femme). Aucun parallèle n’est fourni, alors que la position évoque une scène de poignée de main (dexiosis) comme on la retrouve dans de très nombreux reliefs réunis par Clairmont2, plutôt que la fileuse connue par d’autres stèles. De même, pour l’analyse d’une autre stèle funéraire (p. 141-142), l’auteure réfute des restitutions de Kirchner et de Daux qui faisaient de la femme médecin décédée une citoyenne, avant de proposer une restitution qui en fait une Milésienne. Elle en conclut rapidement – idée neuve – que certaines familles devaient avoir des femmes médecins étrangères à demeure. L’auteure justifie sa proposition ainsi : « Milesians were the largest group of immigrants to the city » (p. 141). Cependant, une lecture rapide de l’annexe au LGPN concernant les étrangers montre que, si bien des Milésiens affluent vers Athènes, la quasi-totalité ne sont connus qu’à partir du iie siècle av. J.-C.3 et non à l’époque classique. Ce point souligne le fréquent manque de contextualisation, notamment chronologique, des sources utilisées : ainsi, lorsque l’auteur évoque la présence de joueuses d’aulètes dans les banquets à la toute fin du ive s., elle illustre son propos par un vase attique daté « ca 490 ». Il y a pourtant une différence nette entre les représentations figurées et ce que l’on appelle communément les realia. Ce problème de contextualisation se retrouve dans le cas d’Aspasie, où R. Kennedy propose une « reconstruction » (p. 76) de la vie de la célèbre compagne de Périclès en mélangeant tous les types de sources : or M. Henry a bien montré les grandes différences de jugement dans les traditions véhiculées par les sources antiques4. L’auteure a conscience des limites de sa méthode, puisqu’elle affirme : « whether it is completely accurate or not does not matter » (p. 77). On voit alors mal l’intérêt scientifique d’une telle démarche.

7Outre ces difficultés, l’ensemble de l’ouvrage est fondé sur un présupposé historiographique : la lecture de ces femmes étrangères, doublement « autres » (p. 28), se fait uniquement par un biais juridique. Le statut civique semble une barrière infranchissable pour ces femmes, considérées dans l’ensemble de l’ouvrage comme des victimes potentielles : « at every level the vulnerability of these women is evident » (p. 153). Dans le chapitre 4, l’idée sous-jacente est qu’une femme étrangère ne peut être en sécurité juridiquement et respectable qu’en étant mariée à un citoyen – dans tous les autres cas, elle prend le risque d’être traînée devant les tribunaux où elle pourra être traitée de prostituée et menacée d’esclavage. La question du mariage avec un étranger n’est d’ailleurs pas abordée, et bien souvent, ces femmes ne sont étudiées qu’au prisme des hommes citoyens, et non en regard des femmes citoyennes ou même des hommes métèques. Toujours vulnérables, jamais considérées pour elles-mêmes et pour ce qu’elles sont, ces femmes, qui valorisent pourtant leur activité sur les stèles funéraires comme l’admet elle-même R. Kennedy, apparaissent victimes d’un système pensé par et pour les citoyens mâles. Ce point de vue, contestable, est d’autant plus dommageable que le dernier chapitre montre que certaines étrangères ont une existence par-delà leur statut et par-delà leur mariage, dans l’exercice de leur métier et la mise en valeur de celui-ci.

Haut de page

Notes

1 David Whitehead, The Ideology of the Athenian Metic, Cambridge, Philological Society, 1977.

2 Un excellent parallèle est IG II2 8636 = Clairmont (Classical Attic Tombstones, Kilchberg, 1993) n°2.433a, où la figure de la personne debout est rigoureusement la même que celle proposée ici.

3 Michael J. Osborne & Sean G. Byrne, The Foreign Residents of Athens: an Annex to the Lexicon of Greek Personal Names: Attica, Louvain, 1996, p. 162-240. L’auteure ne semble d’ailleurs pas connaître l’ouvrage, pourtant essentiel pour étudier les étranger.e.s, absent de la bibliographie.

4 Madeleine M. Henry, Prisoner of History. Aspasia of Miletus and her Biographical Tradition, Oxford, Oxford University Press, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Guicharrousse, « Rebecca Futo Kennedy, Immigrant Women in Athens. Gender, Ethnicity, and Citizenship in the Classical City », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, 43 | 2016, 274-277.

Référence électronique

Romain Guicharrousse, « Rebecca Futo Kennedy, Immigrant Women in Athens. Gender, Ethnicity, and Citizenship in the Classical City », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 23 août 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://clio.revues.org/13102

Haut de page

Auteur

Romain Guicharrousse

AnHiMA – UMR 8210
Université Paris 1 / École Française d’Athènes

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page