Navigation – Plan du site
Compléments en ligne : ouvrages collectifs

Laurent Jégou, Sylvie Joye, Thomas Lienhard & Jens Schneider (dir.), Splendor Reginae : Passions, genre et famille. Mélanges en l’honneur de Régine Le Jan

Turnhout, Brepols, 2015, 362 p.
Isabelle Real
Référence(s) :

Laurent Jégou, Sylvie Joye, Thomas Lienhard & Jens Schneider (dir.), Splendor Reginae : Passions, genre et famille. Mélanges en l’honneur de Régine Le Jan, Turnhout, Brepols, 2015, 362 p.

Texte intégral

  • 1 Le 1er volume : L. Jégou, S. Joye, Th. Lienhard et J. Schneider (dir.), Faire lien. Aristocratie, r (...)

1Les travaux de Régine Le Jan sur la société du haut Moyen Âge ont, par leurs thématiques et leurs approches souvent novatrices, fortement marqué la recherche française et internationale depuis une trentaine d’années. Pour rendre hommage à l’importance de son œuvre, ses élèves, collègues et amis chercheurs lui ont consacré, non pas un, mais deux ouvrages collectifs afin de couvrir l’ensemble de ses thèmes de recherche. Le présent volume constitue le 2e volet de ces Mélanges1 et comprend trente contributions qui s’intéressent à la question, centrale chez Régine le Jan, des liens de parenté dans les relations de pouvoir ; elle est ici déclinée en trois parties : « Visages de la parenté », « Genre, domination, discrimination », « Politique de l’amitié, stratégie de la haine ». Ne seront abordées ici que les deux premières, plus proches des problématiques de Clio.

2Les dix premiers articles donnent à voir une sorte de kaléidoscope des liens de parenté, reflétant les différentes facettes du sujet. La première, par le nombre de contributions, est la relation de filiation, celle entre père et fils, envisagée principalement dans sa forme conflictuelle : que ce soit dans la société wisigothique analysée par Bruno Dumézil, dans le traité De Honore parentum de Rhaban Maur adressé à Louis le Pieux qu’étudie en détail Mayke de Jong, ou encore la lettre accompagnant ce même traité examinée par Sumi Shimara, le jugement est toujours en faveur du père, rappelant le devoir d’obéissance des fils, condamnant avec horreur la violence filiale et le parricide, se plaçant ainsi dans la continuité du droit romain et des exemples bibliques. Mais la filiation est aussi vue sous l’angle de la transmission par Laurent Ripart qui, analysant les mentions d’homonymes dans les sources des ixe-xe siècles, montre qu’elles servent à créer une relation d’identité forte entre deux parents (père/fils dans 90% des cas) et à renforcer le droit du fils à la succession paternelle. Autre facette centrale de la parenté, l’union conjugale, envisagée ici sous plusieurs angles : d’abord celui du mariage, à travers le magnifique récit écrit au milieu du xie siècle qui conte (au sens littéral du mot) le mariage d’Ezzo et Mathilde (sœur d’Otton III), et que traduit et analyse avec beaucoup de finesse Laurence Leleu ; le concubinage, évoqué par Michel Sot à partir de la mention d’une quatrième concubine de Charlemagne dans les copies de la Vita Karoli d’Eginhard, peut-être réalisées à Faremoutiers au milieu du ixe siècle à la demande de l’abbesse Rothilde, née de cette union ; l’importance des affins, comme parents de l’épouse, rappelée par Hans-Werner Goetz ; enfin, le divorce unilatéral (ou répudiation) étudié dans deux lois wisigothiques du viie siècle par Céline Martin qui constate la continuité juridique avec le modèle romain. Restent les liens fraternels, assez peu évoqués, si ce n’est à travers la question du partage entre filles et garçons, aîné et puinés, dans le testament d’Evrard de Frioul et de Gisèle (vers 863-865) dont Stéphane Lebecq donne ici la traduction intégrale, ou celle des rivalités entre frères royaux étudiées par Sumi Shimara.

3La deuxième partie de l’ouvrage qui compte onze articles se recentre entièrement sur les femmes. Émergent ainsi de la documentation quelques belles figures féminines : Gisèle, sœur de Charlemagne, dont Anne-Marie Helvétius reprend minutieusement le dossier ; la noble Gisla à qui Théodulphe (798-818) offre un riche psautier, sans doute à l’occasion de son mariage, accompagné d’une lettre dédicace que traduit et analyse Claire Tignolet ; enfin, Goda, qui au début du IXe siècle compose l’épitaphe dédiée à son époux sous la forme d’un extraordinaire poème d’amour conjugal à deux voix que traduit à son tour Cécile Treffort. L’exemple de ces femmes illustre ce que d’autres contributions viennent conforter. Toutes appartiennent à l’élite sociale et, à ce titre, partagent avec leurs pairs, certes avec quelques différences de genre, les critères distinctifs de leur groupe : les pouvoirs, l’indépendance économique, la culture, les pratiques sociales ostentatoires. Ainsi, Gisèle, en tant qu’abbesse, détient une véritable puissance publique, laquelle se double, semble-t-il, d’un rôle actif dans la construction de l’idéologie impériale. Quant aux reines carolingiennes du IXe siècle, Emmanuelle Santinelli montre très bien comment les diplômes de Charles le Chauve utilisent politiquement l’entretien de leur memoria par les monastères (celle de sa mère et de ses épouses), afin de légitimer et de conforter son autorité qui passe désormais par la reconnaissance du couple royal. Les « feminae » du Poitou (au sens de « nobles dames » que leur donne Cécile Treffort) ont également laissé la trace de leur puissance sociale dans leurs épitaphes, de leur indépendance économique dans les chartes, et pour certaines, comme Goda, de leur haut niveau de culture. C’est également vrai de Gisla à qui Théodulphe n’hésite pas à offrir un ouvrage savant, accompagné de conseils moraux qui valent aussi pour les deux sexes, à l’exception de ses devoirs d’épouse : s’adonner aux travaux domestiques et textiles. Ce partage des valeurs propres aux élites est particulièrement visible dans l’article passionnant d’Isabelle Cartron qui, en prenant pour objet la ceinture féminine (observée dans les sources archéologiques et textuelles), la compare avec le même accessoire masculin et montre à la fois les points communs (objet de parure et marqueur identitaire) et les différences liées au genre : d’un côté, un élément associé au port des armes et à la fonction guerrière, de l’autre, un symbole de l’état de mariage et de fécondité.

4Deux contributions rappellent toutefois la « domination » et la « discrimination » subies par les femmes : celui d’Eliana Magnani qui mène une enquête lexicale sur les cooccurrences des lemmes désignant les femmes dans les actes bourguignons des ixe-xie siècles, mettant en évidence que « ego » est presque toujours un homme à qui on associe une « uxor », et que le mode de désignation des femmes (« nomen » + anthroponyme) est le même que celui des serfs, ce qui pourrait traduire un rapport de dépendance (serf/seigneur, femme/homme). De son côté, Didier Lett, analysant trois statuts communaux de la Marche d’Ancône au xve siècle, montre la grande dissymétrie entre les sexes dans les jugements portés sur les cas de concubinage et d’adultère : on condamne bien davantage les femmes, à la fois de se laisser « tenir » comme concubine par un homme marié, et surtout de se laisser « connaître » par d’autres hommes que leur mari.

5Si les élites ont la part belle dans cet ouvrage, deux articles se penchent néanmoins sur les paysannes : le premier, écrit par Bernard Delmaire, permet de les entrevoir parmi les brassiers embauchés par trois propriétaires de l’Artois au xive siècle, travaillant dur lors des travaux agricoles importants (moisson, sarclage, fenaison, hersage) pour un salaire légèrement inférieur à celui des hommes (84% à 90%) ; le second, sous la plume de Soichi Sato, fait sortir des documents comptables de Saint-Martin de Tours au viiie siècle 34 noms féminins (sur 1 565, soit 2,6%), identifiés comme étant des veuves, chefs de famille, parmi lesquelles au moins deux « matrones » dont les charges plus lourdes signalent une exploitation importante. Il reste à signaler la très intéressante étude d’Agnès Graceffa sur la difficile conquête des femmes médiévistes françaises, de leur reconnaissance par le monde scientifique jusqu’à leur accès aux postes universitaires, un peu perdue parmi les autres contributions et qu’on aurait aimé trouver en tête et à part, au début du volume.

6Cet ouvrage collectif, foisonnant par la diversité de ses sujets d’étude, des époques envisagées, des genres documentaires et des méthodes d’approche, trouve sa cohérence dans la qualité d’analyse des sources. Qu’elles soient traduites, passées au crible du microscope lexical, ou disséquées sous toutes les coutures, les sources sont reines, ce qui ne devrait pas déplaire à Régine le Jan à qui elles sont destinées.

Haut de page

Notes

1 Le 1er volume : L. Jégou, S. Joye, Th. Lienhard et J. Schneider (dir.), Faire lien. Aristocratie, réseaux et échanges compétitifs, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015 (Histoire ancienne et médiévale).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Real, « Laurent Jégou, Sylvie Joye, Thomas Lienhard & Jens Schneider (dir.), Splendor Reginae : Passions, genre et famille. Mélanges en l’honneur de Régine Le Jan », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 07 juillet 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://clio.revues.org/13083

Haut de page

Auteur

Isabelle Real

Université Toulouse-Jean Jaurès (Framespa)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page