Skip to navigation – Site map
Varia

Droit civil et genre en Europe au xixe siècle

Women’s Rights in Civil Law in Europe (nineteenth century)
Ute Gerhard
Translated by Valentine Meunier
p. 250-273

Abstracts

The French Civil Code of 1804 was the first bourgeois law book based on principles of liberty, equality and security of personal property. Thanks to its systematic structure and clear language, it served as the model for law-making in modern times. Compared to other European codification and the customary law of its time with regard to women’s rights, however, the Napoleonic code, was characterized by rigid regulations reinforcing male dominance. In comparative study the author analyses specific issues in marriage and family law that profoundly influenced the daily lives and agency of women as well as the women’s movement. The question arises why French women, who, earlier than others proved themselves an avant-garde in the fight for women’s human rights, fell behind in Europe where only relatively late (first in 1944) did they achieve recognition as full citizens.

Top of page

Editor's notes

Ce texte est traduit de l’allemand.

Excerpt

Outline

Remarques préliminaires
La femme comme sujet de droit
Les droits de la femme dans cinq systèmes juridiques différents
Le Code civil français de 1804
Le Code prussien de 1794 (ALR)
Le Code civil général de l’empire d’Autriche de 1811 (ABGB)
La Common law anglaise
L’espace juridique scandinave
Bref aperçu sur les luttes juridiques des femmes et principales conclusions

First lines

Les femmes, les féministes, mais aussi les mouvements féministes entretiennent une relation ambivalente avec le droit. Cette défiance n’étonne guère, tant l’histoire des femmes montre que leurs rapports avec la justice ont d’abord et essentiellement été des rapports d’injustice. Dans son essai sur la « Culture féminine » (1902), Georg Simmel se montre compréhensif sur l’« hostilité des femmes à l’égard du droit », quand il écrit :

La fréquente opposition de celles-ci aux normes et sentences juridiques ne signifie pas toujours, loin s’en faut, une hostilité à l’égard du droit en général, mais bien à l’égard du droit masculin, le seul en notre possession, qui nous paraît donc être le droit tout court.

D’un autre côté, si les mouvements féministes modernes ont investi l’espace public, c’est d’abord et avant tout en tant que mouvements de défense des droits et pour revendiquer l’égalité des droits. Pour preuve, l’irruption des femmes dans la Révolution française, avec le contre-projet d’O...

Top of page

References

Bibliographical reference

Ute Gerhard, « Droit civil et genre en Europe au xixe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 43 | 2016, 43 | 2016, 250-273.

Electronic reference

Ute Gerhard, « Droit civil et genre en Europe au xixe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 43 | 2016, Online since 01 June 2019, connection on 20 November 2017. URL : http://clio.revues.org/13020 ; DOI : 10.4000/clio.13020

Top of page

About the author

Ute Gerhard

Professeure émérite de sociologie à l’Université de Francfort-sur-le-Main. Elle codirige le Centre Cornelia Goethe d’études sur les femmes et les rapports de genre de l’Université. Ses recherches portent sur l’histoire et la théorie du féminisme, les politiques sociales et d’égalité, l’histoire juridique et la sociologie du droit. Parmi ses publications : « Mouvements féministes et citoyenneté en Allemagne », Cahiers du Genre, 2011/3, « Genre, politiques sociales et citoyenneté » ; Frauenbewegung und Feminismus. Eine Geschichte seit 1789, München 2009 ; Debating Women’s Equality. Toward a Feminist Theory of Law from a European Perspective, New Brunswick, NJ, 2001.
utegerhard@arcor.de

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page