Navigation – Plan du site
Varia

Revisiter la Défense des femmes (1726) de Benito Jerónimo Feijoo

Revisiting Benito Jerónimo Feijoo’s “Defence of women” (1726)
Mónica Bolufer Peruga
Traduction de Rudy Chaulet
p. 223-249

Résumés

Une double conjoncture historiographique invite à revisiter la pensée du célèbre auteur espagnol Benito Jerónimo Feijoo (1676-1764) sur la différence des sexes : d’une part le renouveau récent des études sur le personnage et son œuvre, d’autre part les perspectives ouvertes par les études internationales sur la « querelle des femmes ». Alors que Feijoo est souvent présenté comme “en avance sur son temps”, l’analyse du contexte social, intellectuel et politique de sa pensée, tant en Espagne que dans le reste de l’Europe, montre qu’il a développé ses idées dans un dialogue critique avec ses prédécesseurs et ses contemporains, particulièrement avec les auteurs femmes qui ont défendu une égalité entre les sexes. Non dénué d’ambiguïtés et de paradoxes, sa contribution a pris place dans un débat ardent où ses œuvres furent avidement et passionnément lues et débattues.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est traduit du castillan.

Notes de l’auteur

Ce travail fait partie du projet de recherche HAR2014-53802-P financé par le ministère espagnol de l’Économie et de la Compétitivité. Une première version, différente, a été présentée au colloque L’engagement des hommes pour l’égalité des sexes (Paris, 2010). Je remercie Florence Rochefort de l’occasion qui m’a été offerte de pouvoir présenter ce texte à ce colloque, ainsi que Juan Gomis Coloma pour les références fournies sur les tomes IV et VIII du Teatro crítico.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Ce que Feijoo doit à la tradition de la « querelle »
Critique rationaliste et milieux mondains
Une argumentation originale ?
Polémiques, contradictions, protections

Aperçu du texte

C’est une belle gageure que je tiens là. Ce n’est plus seulement le vulgaire ignorant avec qui j’entre en querelle : défendre toutes les femmes, cela revient à offenser presque tous les hommes ; car rare est celui qui ne s’attache pas à la préséance de son propre sexe par le mépris de l’autre.

La Défense des femmes, publiée pour la première fois en 1726 par le religieux et homme de lettres espagnol Benito Feijoo, est l’un des textes les plus connus de la « querelle des femmes » du xviiie siècle espagnol. Cet essai, très discuté dès sa publication, fut à l’origine d’une longue et intense polémique qui est considérée comme un tournant dans l’histoire de ce débat. Sur ce point comme sur d’autres, l’historiographie classique a considéré Feijoo comme un précurseur isolé, une figure solitaire dans le supposé désert intellectuel de l’Espagne de la première moitié du xviiie siècle. Depuis un certain nombre d’années, cette interprétation qui met en exergue la rupture opérée par Feijoo a été r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mónica Bolufer Peruga, « Revisiter la Défense des femmes (1726) de Benito Jerónimo Feijoo », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, 43 | 2016, 223-249.

Référence électronique

Mónica Bolufer Peruga, « Revisiter la Défense des femmes (1726) de Benito Jerónimo Feijoo », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://clio.revues.org/13005 ; DOI : 10.4000/clio.13005

Haut de page

Auteur

Mónica Bolufer Peruga

Professeure d’histoire moderne à l’Université de Valencia (Espagne) et spécialiste en histoire sociale et culturelle. Ses recherches portent sur la diffusion et la réception des écrits de femmes, sur les discours philosophiques, moraux et médicaux relatifs aux questions de genre, sur l’histoire de la civilité et de la sensibilité et sur les récits de voyage. Elle est l’auteure de Mujeres e Ilustración (1998), d’Amor, matrimonio y familia (avec Isabel Morant, 1998) et de La vida y la escritura en el siglo xviii. Inés Joyes : « Apología de las mujeres » (2008). Elle a publié de nombreux articles, notamment dans Clio et dans la revue Dix-huitième siècle, et a participé aux volumes Women, Gender and Enlightenment, éd. Sarah Knott et Barbara Taylor, 2005 et Eve’s Enlightenment, éd. Catherine M. Jaffe et Elizabeth F. Lewis, 2009.
monica.bolufer@uv.es

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page