Navigation – Plan du site
Portrait

Les femmes et les filles du peuple de mon père, l’Arabe imaginaire

Leïla Sebbar
p. 217-222

Notes de la rédaction

Le 20 novembre 2015, Clio FGH fêtait son vingtième anniversaire avec une pensée émue pour les victimes de la semaine précédente. Après un récit à trois voix de l’histoire de la revue, celles des directrices d’hier et d’aujourd’hui (Florence Rochefort, Françoise Thébaud, Michelle Zancarini-Fournel), Laura Frader1 a posé un regard chaleureux sur l’ensemble des numéros parus et Francisca de Haan2 a présenté la jeune revue Aspasia qui introduit en histoire des femmes et du genre une perspective d’Europe centrale. Puis, Leïla Sebbar, notre invitée d’honneur qui a participé avec bonheur aux débuts de l’histoire des femmes au sein du journal Histoires d’elles (1977-1980), a lu le superbe texte que nous publions aujourd’hui et dont nous la remercions chaleureusement. La bio-bibliographie, présente en fin de volume sera, nous l’espérons, une invitation à découvrir d’autres de ses écrits.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Des femmes et des filles inconnues.

Les femmes et les filles du peuple de mon père. Je ne les connais pas. Je ne vais pas dans leur maison.

Je les entrevois dans le quartier arabe où nous vivons à l’écart dans l’école de mon père, clôturée, fermée par un grand portail.

Je les entrevois et je les entends derrière des linges, dans le patio, depuis la rue.

Je les entrevois derrière le voile blanc, le haïk qui laisse un œil découvert, parfois deux yeux au-dessus de la voilette.

Je les entrevois, assises en rond sur l’esplanade, terre rouge, où elles pilent des piments rouges, dans les mots et les rires de la langue de mon père. Elles portent des foulards serrés, noués sur le front. Pas un cheveu ne dépasse.

Je vois, dans ce quartier arabe, pauvre, déshérité (le « Village nègre ») leurs filles, pas encore voilées, pas encore nubiles. Parfois je joue avec elles et mes sœurs dans la grande cour de l’école, interdite aux garçons à cette heure-là. La marelle (la galline), les roseaux, les osselets...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leïla Sebbar, « Les femmes et les filles du peuple de mon père, l’Arabe imaginaire », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, 43 | 2016, 217-222.

Référence électronique

Leïla Sebbar, « Les femmes et les filles du peuple de mon père, l’Arabe imaginaire », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 27 février 2017. URL : http://clio.revues.org/13003 ; DOI : 10.4000/clio.13003

Haut de page

Auteur

Leïla Sebbar

Née à Aflou (Algérie), d’un père algérien, lettré en arabe et en français et d’une mère « française de France », tous deux instituteurs de l’instruction publique laïque, dans l’Algérie française et coloniale. Leïla Sebbar vit à Paris depuis 1963. Elle a publié des essais dont : On tue les petites filles (Stock, 1978) ; Je ne parle pas la langue de mon père (Julliard, 2003) ; L’arabe comme un chant secret (Bleu autour, 2007, 2010) ; des romans dont la trilogie Shérazade (Stock), La Seine était rouge, Paris octobre 1961 (Babel, Actes Sud, 2009), Mon cher fils (Elyzad, 2009, Poche, 2012) ; des recueils de nouvelles dont Isabelle l’Algérien, dessins de Sébastien Pignon (Al Manar-Alain Gorius, 2005) et Écrivain public (Bleu autour, 2012) ; des récits de voyages dont Voyage en Algéries autour de ma chambre (Bleu autour, 2008). Elle a dirigé plusieurs recueils collectifs de récits d’enfance inédits d’écrivains en exil, nés dans les colonies, dont : Une enfance algérienne (Folio Gallimard, 1999), Enfances tunisiennes avec Sophie Bessis (Elyzad, 2010), Une enfance juive en Méditerranée musulmane (Bleu autour, 2012).
Derniers titres publiés : Le pays natal (dir. Leïla Sebbar, Elyzad, 2013) ; Le pays de ma mère, voyage en Frances, texte et images de Sébastien Pignon (Bleu autour, 2013) ; La fille du métro, monologue, dessins de Sébastien Pignon (Al Manar-Alain Gorius, 2014). À paraître : Une enfance dans la guerre, Algérie 1954-1962 (Bleu autour, 2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page