Skip to navigation – Site map
Actualité de la recherche

Ces citoyennes qui reconfigurent le politique. Trente ans de travaux sur l’Antiquité grecque

Those citizen women who sketch another political frame. Thirty years of ancient Greece studies
Violaine Sebillotte Cuchet
p. 185-215

Abstracts

The use of gender as a scientific category of analysis, combined with the pioneering studies of women’s history in the 1980s and the more recent work (in the 2000s) on varieties of citizenship within the Roman Empire, suggests that this is an appropriate time to review the state of scholarship concerning citizenship in antiquity. This category, formulated a posteriori by contemporary researchers, has essentially been constructed from the idea of ancient Greek citizenship (based on Athenian documentation). The latter has been seen as providing, since Aristotle, the most authentic definition of citizenship, or at least as proposing an original basis for modern citizenship. Yet from this definition of citizenship, women are more or less entirely excluded. Recent research has suggested that we should deconstruct both the notion of “citizenship” and that of “politics”, by paying greater attention to the actual terms used by the ancient Greeks, to translations of these across cultures, and to the variety of collective and public practices (family groups, city, ethnos, empire) as well as to the specific articulation of what we define as different social contexts (religion, economy, politics) in ancient societies. Nevertheless, the almost entire failure of even these recent studies to take women into consideration has led to unsatisfactory results. This article therefore sets out to promote a dialogue between the two currents in historiography today : the study of women and the study of politics in the ancient world. Putting women back into the city means that we have to reformulate what we mean by a political community.

Top of page

Excerpt

Outline

D’impossibles citoyennes
La richesse du lexique antique de la citoyenneté
Fonctions citoyennes
Décentrer la citoyenneté : le contexte élargi des périodes hellénistique et impériale
La spécificité de la citoyenneté antique

First lines

Avant que ne s’imposent, dans le contexte de l’Empire romain, les termes latins de civitas (cité) et de civis (citoyen) à partir desquels un certain nombre de langues occidentales modernes ont constitué leur lexique de la citoyenneté, les Grecs de l’âge classique auraient inventé l’idée moderne de la citoyenneté. Considérée dans son sens contemporain, la citoyenneté traduit l’expérience démocratique du politique, du grec dêmokratia, propre à la cité (polis) et à son régime (politeia – parfois également traduit par droit de cité, citoyenneté). La démocratie, autrement dit le fait de partager, de participer et de décider plus ou moins collectivement (en fonction des contours donnés au dêmos, le peuple) et en tant que citoyen d’un destin commun, serait née dans les pratiques que les Grecs désignaient par l’expression ta politica, « les affaires de la polis ». Ces diverses affirmations qui établissent une filiation entre l’Antiquité classique et les démocraties occidentales, ne sont pas...

Top of page

References

Bibliographical reference

Violaine Sebillotte Cuchet, « Ces citoyennes qui reconfigurent le politique. Trente ans de travaux sur l’Antiquité grecque », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 43 | 2016, 43 | 2016, 185-215.

Electronic reference

Violaine Sebillotte Cuchet, « Ces citoyennes qui reconfigurent le politique. Trente ans de travaux sur l’Antiquité grecque », Clio. Femmes, Genre, Histoire [Online], 43 | 2016, Online since 01 June 2019, connection on 22 June 2017. URL : http://clio.revues.org/12998 ; DOI : 10.4000/clio.12998

Top of page

About the author

Violaine Sebillotte Cuchet

Professeure d’histoire ancienne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’UMR 8210 – Anhima (anthropologie et histoire des mondes antiques – anima.fr). Elle a d’abord travaillé sur la question de l’attachement à la cité (communauté et territoire) à travers une étude des diverses interprétations antiques de la « patrie » grecque : Libérez la patrie ! Patriotisme et politique en Grèce ancienne, Belin, 2006. Elle a ensuite poursuivi ses recherches en histoire du genre et a coédité divers collectifs, ainsi : Problèmes du genre en Grèce ancienne, Publications de la Sorbonne, 2007 (avec N. Ernoult), Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine. Le genre : méthode et documents, Paris, A. Colin, 2011 (avec S. Boehringer) et Des femmes en action. L’individu et la fonction, Métis, h.s. 1, 2013 (avec S. Boehringer). Elle s’est particulièrement intéressée aux méthodes et problématiques des études de genre en histoire ancienne (voir son article « Régimes de genre et Antiquité grecque classique » Annales HSS, 67, 2012, p. 573-603). Elle développe actuellement des recherches sur les femmes nommées notamment dans le contexte des échanges économiques. Elle a coordonné le numéro 31 de Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, « Érotiques », printemps 2010, avec Sylvie
Steinberg.Violaine.Sebillotte@univ-paris1.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page