Navigation – Plan du site
Documents

Revendiquer des droits politiques au Nigéria. Le Women Movement dans les années 1950

Campaigning for political rights in Nigeria: the Women Movement in the 1950s
Sara Panata
p. 174-183

Résumés

La révision de la Constitution nigériane prévue en 1956 fut perçue par le Women Movement of Nigeria (WM) comme une occasion pour revendiquer l’inclusion politique des femmes. L’article Allocation system for women, écrit en 1954 par Mrs Elizabeth Adekogbe, présidente du WM, met en évidence les droits politiques qu’elles réclament, notamment l’accès au suffrage et à l’éligibilité. Ces revendications divisent les femmes qui, selon leur appartenance politique, ont des conceptions différentes de l’émancipation politique. Ces divisions invitent à déconstruire la catégorie « femmes du Nigéria » et à interroger la pluralité de leurs revendications, largement inspirées des débats qui ont eu lieu en Europe occidentale à propos de l’accès au suffrage féminin. Cet article permet aussi de s’interroger sur les parallélismes avec les suffragistes occidentales et en conséquent sur le concept de « citoyenneté » et sur son emploi et non-emploi de la part de ces femmes africaines

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Un système électoral à réformer
Les responsabilités politiques, un sujet qui divise les femmes
Citizen et citizenship, des concepts ambivalents

Aperçu du texte

Comme ailleurs en Afrique de l’Ouest, les années 1950 sont marquées au Nigéria par l’émergence de débats sur l’accès des femmes aux responsabilités politiques, en particulier au droit de vote. Dans ces années-là, sous la pression des partis politiques locaux, Nigérians et Britanniques entament une révision du mode de gouvernement de la colonie, déclenchant une série de conférences constitutionnelles qui se poursuivent jusqu’en 1960, date de l’indépendance du pays. Une partie des Nigérianes de l’espace yoruba, au sud-ouest du pays, perçoit ce moment de réformes comme l’occasion pour elles de se mobiliser afin d’obtenir une constitution qui leur soit plus favorable en leur reconnaissant certains droits politiques, avant tout l’accès au suffrage et à l’éligibilité.

Le document présenté ici se penche sur les revendications politiques dont les Nigérianes du parti politique féminin Women Movement of Nigeria (WM) se font les porte-paroles. Il présente les réformes électorales demandées par...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sara Panata, « Revendiquer des droits politiques au Nigéria. Le Women Movement dans les années 1950 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, 43 | 2016, 174-183.

Référence électronique

Sara Panata, « Revendiquer des droits politiques au Nigéria. Le Women Movement dans les années 1950 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 août 2017. URL : http://clio.revues.org/12988 ; DOI : 10.4000/clio.12988

Haut de page

Auteur

Sara Panata

Doctorante au CNRS, en partenariat avec l’IMAF et l’IFRA Nigeria. Elle s’intéresse aux mobilisations féminines et aux dynamiques de construction de genre à l’époque coloniale et postcoloniale. Après une première recherche axée sur la ville d’Ibadan, elle travaille désormais sur le sud du Nigéria. Ses recherches portent sur l’engagement politique et socio-économique des femmes aux échelles locale, nationale et internationale. Elle emploie, entre autres, une approche prosopographique, accordant une attention particulière à la représentation de ces femmes au travers de l’analyse des photos et des vêtements.
sarapanata@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page