Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Mme Legros, citoyenne sans le savoir (Paris, fin xviiie siècle)

Madame Legros, a citizen before citizenship ? (Paris late eighteenth century)
Laurence Croq
p. 151-164

Résumés

Madame Legros est une bourgeoise parisienne qui a obtenu en 1784 la libération de Latude, enfermé depuis plus de trente ans dans différentes prisons par des lettres de cachet. Cet article présente son histoire familiale et personnelle avant d’inscrire son action dans une histoire collective des engagements féminins. Il tente une mise en perspective des causes profondes de son engagement par rapport à la lecture qui en a été faite par ses contemporains comme après la Révolution.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce papier a fait l’objet d’une première présentation au séminaire de Robert Descimon, Fanny Cosandey, Élie Haddad et Mathieu Marraud en mars 2014 à l’EHESS lors d’une séance consacrée au thème « Être marchande à Paris au xviiie siècle ». Je remercie Sylvie Steinberg de m’avoir proposé de le publier.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Itinéraire d’une famille bourgeoise en voie de déclassement
Un engagement individuel contre l’injustice

Aperçu du texte

Le 25 août 1784, « Mme Le Gros, Mde Mercière » reçoit de l’Académie française le prix de vertu fondé par Montyon en 1783. Elle est ainsi récompensée de n’avoir « pendant trois ans [...] cessé de secourir par ses soins, ses démarches & ses dépenses, une personne dont le hazard lui a fait découvrir le malheur », Jean Henri Masers de Latude (1725-1805). Au mois de mars, le baron de Breteuil a en effet signé la libération de Latude, aventurier mythomane. Enfermé en 1749 pour avoir dénoncé un faux complot contre Madame de Pompadour, Latude est resté incarcéré pendant plus de trente ans par lettres de cachet dans divers lieux, de la Bastille dont il s’est évadé plusieurs fois et dont il deviendra l’ancien prisonnier le plus célèbre, aux cabanons de l’hôpital de Bicêtre. Le prix attribué à Madame Legros comprend une somme de 12 000 livres et une médaille représentant d’un côté Minerve debout, tenant une couronne de laurier, et de l’autre l’inscription « Prix de vertu », « entourée d’une co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Croq, « Mme Legros, citoyenne sans le savoir (Paris, fin xviiie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, 43 | 2016, 151-164.

Référence électronique

Laurence Croq, « Mme Legros, citoyenne sans le savoir (Paris, fin xviiie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 26 février 2017. URL : http://clio.revues.org/12960 ; DOI : 10.4000/clio.12960

Haut de page

Auteur

Laurence Croq

Maître de conférences en histoire moderne à l’Université Paris-Ouest Nanterre et membre du CHISCO. Elle travaille sur l’histoire sociale, politique et religieuse de Paris, de la Fronde à la Révolution. Elle a dirigé avec David Garrioch la publication de La religion vécue. Les laïcs dans l’Europe moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013. Dernière publication : « La reprise des commerces en difficulté, l’exemple de la mercerie parisienne de Louis xiv à la Révolution », in Natacha Coquery et Matthieu de Oliveira (dir.), L’Échec a-t-il des vertus économiques ?, actes du colloque de l’AFHE tenu à Roubaix les 4-5 octobre 2013, Paris, CHEFF, 2015, p. 93-110.
laurence.croq@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page