Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Éros et politique dans l’Athènes démocratique. À propos des tyrannicides

Eros and politics in democratic Athens (sixth century BCE) : the case of the Tyrannicides
Diego Paiaro
Traduction de Grégory Reimond
p. 139-150

Résumés

Cet article analyse la relation entre l’idéal de citoyenneté athénienne et la masculinité (andreía), à partir de la figure des Tyrannicides. En opposition aux lectures “modernisantes” – influencées par Thucydide – de ceux qui voient dans le tyrannicide un acte guidé par une passion amoureuse à caractère “privé”, l’idée avancée ici est que l’éros qui unissait Harmodios et Aristogiton n’était pas occulté dans le récit officiel de la démocratie. L’analyse de l’imagerie des Tyrannicides permet de comprendre l’importance des relations érotiques au niveau idéologique – particulièrement celles de type homosexuel (désignées par le terme de pédérastie) – pour le maintien de la concorde civique et la reproduction du groupe des citoyens.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Andreia et citoyenneté
Éros ou politique ?
Éros et politique dans la représentation figurée des Tyrannicides

Aperçu du texte

Andreia et citoyenneté

L’idée selon laquelle « les hommes sont la cité » (andres gar polis) est récurrente dans le discours masculin dominant en Grèce ancienne. Mais la cité, entendue comme une communauté de citoyens, n’était pas constituée de n’importe quel type d’homme. Les « hommes » auxquels était fait référence n’étaient pas ceux qui appartenaient au « genre humain » – sans qu’importe, par exemple, les différences masculin/féminin. Au contraire, l’usage du terme andres renvoie à un type particulier d’homme. À la différence d’anthrôpos qui évoque l’homme au sens générique – grec ou barbare, libre ou esclave, etc. –, andres (et son singulier anêr) désignait ceux qui étaient à la fois masculins, majeurs, virils, aptes à la politique et à la guerre. En définitive, le mot opérait comme un synonyme des citoyens (politai) en offrant la synthèse des attributs qui constituaient l’archétype du citoyen dans la pensée politique grecque.

Laissons la question des hommes qui composent la cité p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diego Paiaro, « Éros et politique dans l’Athènes démocratique. À propos des tyrannicides », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, 43 | 2016, 139-150.

Référence électronique

Diego Paiaro, « Éros et politique dans l’Athènes démocratique. À propos des tyrannicides », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 43 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://clio.revues.org/12953 ; DOI : 10.4000/clio.12953

Haut de page

Auteur

Diego Paiaro

Docteur en histoire ancienne de la Universidad de Buenos Aires (Argentine) avec une thèse intitulée Las « paradojas » de la democracia. Igualdades y asimetrías en la Atenas Clásica. Il travaille sur différents aspects de la politique, de l’économie et de la société dans le monde grec archaïque et classique, spécialement sur les relations entre les hommes politiques et les masses dans la démocratie athénienne. Il enseigne l’histoire ancienne à l’Universidad de Buenos Aires (UBA) et l’Universidad Nacional de General Sarmiento (UNGS). Il est chercheur assistant au Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas (CONICET). Il a publié différents articles dans Anales de Historia Antigua, Medieval y Modern, Sociedades Precapitalistas. Revista de Historia Social ainsi que dans des recueils collectifs.
diegopaiaro@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page