Navigation – Plan du site
Regards complémentaires

Plus de leur âge ? La sexualité des femmes de 50 ans dans les séries TV au début du XXIe siècle

Not acting their age? The sexuality of 50-year-old women in TV series in the early twenty-first century
Mathieu Arbogast
p. 165-179

Résumés

De manière continue depuis les débuts de la télévision, on observe que les femmes sont minoritaires dans les séries et plus jeunes que les hommes. L’écart d’âge joue un rôle considérable dans les rapports de genre asymétriques et inégaux, notamment dans les couples hétérosexuels. Les comédiennes de plus de 50 ans sont très rares, les personnages qu’elles incarnent proposent des scripts sexuels nouveaux et des représentations originales de la féminité et de la masculinité. Les concepts de masculinité et de féminité hégémoniques éclairent ces fictions télévisées, dans lesquelles l’aspect « excessif » des rapports de genre représentés est une dimension importante.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Où sont les femmes (de 50 ans) ?
Une année de télévision en France
En avoir ou pas (un compagnon)
Couples : l’art du grand écart
Quand la domination masculine déborde : la place de l’excès dans les rapports de genre
Les femmes mûres ont-elles une vie sexuelle ? Trois études de cas
L’expertise sexuelle de toute une vie
Des seins sous étroite surveillance
L’humour, pour faire passer la pilule de l’âge ?
Martha Rodgers, ou la comédie du non-remariage
Female masculinity ou masculinité hégémonique ?
De nouveaux scripts sexuels ?

Aperçu du texte

En mai 2015, l’actrice américaine Maggie Gyllenhaal a expliqué au magazine The Wrap qu’elle venait d’être écartée d’un casting, parce qu’à 37 ans elle était jugée trop âgée pour interpréter l’amante d’un comédien de 55 ans. Différents travaux soulignent l’âgisme et le sexisme qui pèsent sur les actrices, à Hollywood en particulier. Gyllenhaal soulève un point précis plus rarement abordé, qui pourrait aussi bien s’appliquer à une partie de la fiction audiovisuelle. Une femme jeune, un homme plus âgé, un nombre élevé d’années d’écart, voilà effectivement un schéma ordinaire dans les séries télévisées.

Les fictions télévisées sont une partie de l’expérience sociale. Ni reflet du monde social ni simples œuvres d’imagination, elles occupent une place dans l’économie et dans les loisirs ; nombre d’entre elles rassemblent des millions de spectateurs et ce sont elles qui sont en tête du classement des programmes les plus regardés. Dans la représentation des rapports de genre à l’écran, la d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Arbogast, « Plus de leur âge ? La sexualité des femmes de 50 ans dans les séries TV au début du XXIe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 42 | 2015, 42 | 2015, 165-179.

Référence électronique

Mathieu Arbogast, « Plus de leur âge ? La sexualité des femmes de 50 ans dans les séries TV au début du XXIe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 42 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 23 août 2017. URL : http://clio.revues.org/12805 ; DOI : 10.4000/clio.12805

Haut de page

Auteur

Mathieu Arbogast

Arbogast Mathieu est doctorant en sociologie, sous la co-direction de Sabine Chalvon-Demersay à l’EHESS (IMM-Cems) et de Carole Brugeilles à l’université Paris-Ouest Nanterre (Cresppa-GTM). Sa thèse porte sur l’interaction des mécanismes télévisuels et des normes de genre dans les séries policières contemporaines. Il s’applique notamment à appliquer des outils de la démographie à la population des « héros de série télévisées ». mathieu.arbogast@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page